L’institut des archives sauvages

Exposition
Arts plastiques
Villa Arson Nice

Matt Mullican, educational Tool , 2007-09. Boîte, dessins sur lames de verre, éclairage diodes, inter- rupteur. Courtesy Fonds cantonal de Genève.
1 of 6

Cette exposition réunira une trentaine d'oeuvres contemporaines qui ont toutes pour point commun de proposer des systèmes d'archivages orignaux et singuliers, tant dans leur forme que dans leur contenu. Il s'agira de sortir des classifications habituelles à vocation scientifique ou historique pour inventer des nouveaux moyens de collecte, de restitution ou de consultation de documents. Chaque archive sauvage crée sa propre institution, ses méthodes de classement, ses catégories propres, ses fonctions et usages.

Si les archives se définissent généralement par la constitution et le classement d’objets et de documents à des fins historiques, scientifiques, culturelles, administratives ou même domestiques, il est possible d’établir entre elles des distinctions qui dépassent ces catégories disciplinaires. Les moyens de la collecte, le statut et la nature des objets réunis, leur organisation ainsi que leurs systèmes de consultation constituent autant de points où sont amenés à varier les principes, les processus et les usages de l’archive.

En effet, de la tour de Babel aux cabinets de curiosités de la Renaissance, de la Bibliothèque d'Alexandrie aux archives de la Nasa, en passant par les labyrinthes sans fin ni parcours de Jorge Luis Borges, il existe une grande diversité d'archives. Et pourtant, on assiste aujourd'hui dans le champ de l'art à un processus de banalisation de ses formes, systématiquement associées à la restitution de documents, le plus souvent photographiques ou textuels, présentés de manière linéaire ou frontale, sur table ou sur meuble, offrant une lecture accessible à tout visiteur.

Les recherches de L’institut des archives sauvages s'attachent à distinguer des œuvres contemporaines qui ont pour point commun de proposer des systèmes d'archivages originaux. Il est alors entendu que toute archive «  sauvage » crée sa propre institution, ses méthodes de classement, ses catégories propres, ses fonctions et ses usages jusqu'à la possible invention de savoirs. Son travail consiste donc à repérer et à comprendre la singularité des dispositifs artistiques de l’archive, les logiques spécifiques qui président à leur formation. Son horizon est une "archivologie", ou science des schémas de construction, des modes de fonctionnement et des formes potentielles de l’archive.

L'institut des archives sauvages s'inscrit dans un cycle de réflexion mis en place par le centre d'art de la Villa Arson depuis 2006. Ce cycle a produit les expositions Intouchable / L'idéal transparence (30 juin – 24 septembre 2006), A moitié carré / A moitié fou (10 février – 3 juin 2007), Ne pas jouer avec des choses mortes (29 février – 24 mai 2008), Acclimatation (31 octobre 2008 – 24 mai 2009) et Double Bind / Arrêtez d'essayer de me comprendre ! (5 février – 30 mai 2010). Pour chacune de ces expositions, il s'est agit de traiter un sujet balisé de l'histoire de l'art ou de l'esthétique, mais au travers de ses paradoxes et ambivalences.

Liste des artistes : Åbäke (France - Suède - Grande Bretagne), Ant Farm (USA), Eva Aeppli (Suisse), Bertille Bak (France), Andrea Cera (Italie), Collective JukeBox (France), Sylvie & Chérif Defraoui (Suisse), Patrick Everaert (Belgique), Hans Peter Feldmann (Allemagne), Christoph Fink (Belgique), Ryan Gander (Grande-Bretagne), Gilbert & Georges (Grande-Bretagne), Joana Hadjitomas & Khalil Joreige (Liban - France), Susan Hiller (USA), Ilya & Emilia Kabakov (Russie), Christoph Keller (Allemagne), Mike Kelley (USA), Kit Rangeta (France), Alexandre Lenoir (France), Matt Mullican (USA), Daphné Navarre (France - Autriche), Anna Oppermann (Allemagne), Dan Peterman (USA), Julien Prévieux (France), Michael Riedel (Allemagne), Alain Rivière (France), Ian Simms (Afrique du Sud - France), Jules Spinatsch (Suisse), Tatiana Trouvé (Italie - France), Patrick Van Caeckenbergh (Belgique), Franz Erhard Walther (Allemagne), Tamara de Wehr & Joshua Burgr (France - Suisse).

Membres et chercheurs de L'Institut des Archives Sauvages  : Jean-Michel Baconnier, Christophe Kihm, Eric Mangion, Florence Ostende et Marie Sacconi.

L’exposition L'institut des archives sauvages est associée au projet de recherche Archive, histoire, projet. Recherches sur les pratiques artistiques de l’archive, qui bénéficie du soutien du Fonds national suisse de la recherche scientifique (DOREsearch) et du concours de la HEAD, Haute école d'art et de design de Genève.

Tarifs :

Gratuit

Horaires

Ouverte tous les jours, sauf le mardi, de 14h à 18h. Entrée libre.

Adresse

Villa Arson 20 avenue Stephen Liégeard 06105 Nice France

Comment s'y rendre

Dernière mise à jour le 2 mars 2020