Karina Bisch

Exposition
Arts plastiques
le Crédac Ivry-sur-Seine

Karina Bisch, vue partielle de l'exposition

L’exposition de Karina Bisch, artiste actuellement en résidence à la Rijksakademie à Amsterdam, se développe sur deux espaces du crédac. Fascinée par les formes du modernisme, tant en art qu’en architecture, Karina Bisch explore l’histoire de l’art ; ses peintures et ses sculptures poursuivent une recherche inachevée.

Complément d'information

communiqué de presse

A l’instar du titre de l’exposition, issu d’un jeu vidéo où le joueur compose et édifie son univers domestique et social, Karina Bisch propose un itinéraire au coeur de ses multiples pratiques. Peintures et sculptures se croisent dans l’espace et conduisent le visiteur à un face-à-face avec les références et les intuitions de Karina Bisch. Reprenant des dessins de Giacomo Balla pour des costumes, Karina Bisch réalise quatre Géants en feutre et acrylique sur toile de jute. Surdimensionnés, les Géants dominent l’espace, les visiteurs mais paradoxalement ouvrent plusieurs voies de réflexion sur le collage cubiste, le futurisme, la mode, la physicalité des matériaux. Jamais réalisés par Balla, ces costumes trouvent une nouvelle destination.

Se mesurant cette fois-ci à un objet bien réel, Karina Bisch s’empare de la théière de Kasimir Malevitch. Créée vers 1920, cette théière rééditée depuis, peut être considérée comme l’antithèse du design contemporain. Inutilisable, elle semble ne pas vouloir jouer son rôle d’objet. Alors, Karina Bisch la dissèque et nous en propose une reproduction monumentale. Le plâtre vernis imite la porcelaine. Les formes de l’objet initial sont respectées selon les quelques images existantes et les zones invisibles forcément interprétées. Ici Karina Bisch propose à cette forme de retourner à l’état de « sculpture ».

Nunchakube, sculpture réalisée en bois, métal et chaînes, reprend les arêtes d’un cube construit à partir du nunchaku, arme d’origine japonaise utilisée dans les arts martiaux, formée de deux bâtons reliés par une chaîne. Suspendue dans l’espace, elle domine la perspective et devient un véritable casse-tête géométrique inspiré à la fois de la Danse des Bâtons d’Oscar Schlemmer et de La 36e Chambre de Shaolin de Liu Chia-Liang.

Enfin quatre tableaux permettront de saisir le rapport subtil que Karina Bisch entretient avec l’architecture moderniste. Nés de l’observation de paysages urbains, les tableaux reprennent des motifs géométriques, des façades de bâtiments au gré des voyages de l’artiste.

Artistes

Horaires

du mardi au vendredi de 14h à 18hsamedi et dimanche de 14h à 19hentrée libre

Adresse

le Crédac 1 place Pierre Gosnat La Manufacture des Œillets 94200 Ivry-sur-Seine France

Comment s'y rendre

Accès : Métro ligne 7, station Mairie d'Ivry / RER C, Ivry-sur-Seine

Dernière mise à jour le 2 mars 2020