Jérôme Touron, Réserve

Exposition
Arts plastiques
Galerie La Ferronnerie Paris 11

Jérôme Touron, 'Botanique', 2011
installation in situ,
galerie la Ferronnerie, Paris

A l’occasion de l’exposition Réserve, Jérôme Touron (né en 1967 à Chartres, France) investira l’espace de la galerie avec, notamment, la pièce monumentale ‘Botanique’ créée à l’été 2010 à l’occasion d’une résidence en Bourgogne à la Cour Dieu. Depuis 2010, Jérôme Touron utilise fréquemment la plasticité du métal, jouant le contraste entre ses qualités techniques et la fraîcheur de pièces colorées rapportées, comme pour la série des Carlingues. Il continue ainsi le processus engagé depuis plusieurs années, utilisant volontiers des matériaux de chantier pour élaborer des œuvres qui vont ainsi mieux se fondre dans l’espace d’exposition. Emmanuel Hermange, dans son texte ‘La valeur en exposant’, soulignait l’ambigüité soulevée par l’exposition pour Jérôme Touron : ‘..Les œuvres de Jérôme Touron pointent ainsi, pour les brouiller, les déterminations et les limites de l’exposition. En ce sens, il n’hésite pas à juxtaposer des pièces d’atelier, constituées de divers matériaux incrustés dans des carreaux de plâtre — ici, Pile —, qu’il accumule à la manière d’un réservoir de formes et d’essais, et des productions spécifiquement adaptées à l’architecture du lieu d’exposition telles que Airlines, BI, Lames, etc. Ce questionnement sur l’exposition est également développé par l’utilisation de matériaux tels que le minium orange, l’adhésif, le plâtre, les rails pour la fixation des cloisons en plâtre, etc., tous déterminés en premier lieu par leur fonctionnalité — la raison esthétique s’ajustant à celle-ci — et portant ainsi avec eux d’autres usages et d’autres valeurs de l’exposition. Dans les Elevages, comme dans Airlines et Lames, la variété des couleurs est fixée par le nombre limité d’adhésifs monochromes disponibles sur le marché (une douzaine). Dans ce jeu de la contrainte, avec le principe de l’échantillon qui leur donne forme, les Elevages rappellent une expérience très courante dans le commerce des matériaux où le choix suppose cette opération très particulière qui consiste à projeter mentalement la facture et la couleur d’un échantillon dans un site : le support, la surface et le contexte où le client — puisque commerce il y a — souhaite appliquer un matériau — pur travail d’abstraction s’il en est. C’est de cette opération mentale que semble découler des œuvres comme Lames où la couleur des échantillons, tournés vers le mur, se diffuse à sa surface grâce à la lumière. Une situation que l’on pourrait condenser en une formule que j’emprunte à l’artiste et paysagiste Luc Léotoing : « donner une géographie à la couleur »…

Adresse

Galerie La Ferronnerie 40 rue de la Folie Méricourt 75011 Paris 11 France

Comment s'y rendre

Dernière mise à jour le 2 mars 2020