Jean-Gabriel Ganascia, chercheur en sciences cognitives

Conférence
Arts plastiques
École nationale supérieure d'art de Bourges Bourges
La Box organise trois discussions publiques pendant l'exposition "Opération Massarbault - une problématique de l’invention" (du 8 octobre au 2 novembre). La première rencontre aura lieu dans la galerie le mardi 26 octobre 2004 à 19h30' avec Jean-Gabriel Ganascia, chercheur en sciences cognitives (LIP6 - Laboratoire d’Informatique de Paris 6 - Université Pierre et Marie Curie)

Complément d'information

Approches cognitives et calculatoires de la créativité

En va-t-il de la créativité comme du bon sens qui, selon Descartes, serait la chose du monde la mieux partagée? L’expérience montre que partout et toujours, dans leur langage, dans leurs inventions, dans leurs organisations sociales, dans le mal comme dans le bien, les hommes ont été spontanément créatifs. Cela signifie-t-il que la créativité est le propre de l’homme? Si oui, qu’y aurait-il de si magique dans la créativité? Sinon, une machine pourrait-elle faire preuve de créativité? Mais, dans cette éventualité, qu’en irait-il de la singularité individuelle de chaque créateur qui semble si étroitement liée à son génie propre? Cette question liminaire introduit tout naturellement les apories auxquelles se confrontent les spécialistes de sciences cognitives lorsqu’ils se risquent à aborder la créativité et sa simulation au moyen de système de traitement de l’information. D’ailleurs, la possibilité même d’une originalité pour une machine posa problème bien avant l’existence des ordinateurs, au début du XIXième siècle, et cette question fût reprise au plan théorique, par Alan Turing au milieu du XXième siècle. Ce fût là l’une des objections les plus couramment retenues contre l’idée d’intelligence artificielle. En dépit de ces objections théoriques, les scientifiques n’ont pas tous renoncé; ils ont tenté d’aborder pragmatiquement la modélisation des facultés créatives de l’esprit humain. Ce sont ces approches que nous décrirons ici. Plus exactement, trois questions seront abordées, trois questions qui ont toutes trait à la créativité, trois questions qui mettent en regard nos propres capacités créatives et celles des machines, trois questions dont l’élucidation devrait permettre de mieux comprendre nos facultés imaginatives en les confrontant avec celles, supposées, des ordinateurs. La première porte sur la possibilité d’une étude scientifique de la créativité, ce qui semble problématique au vu de la spontanéité même de la créativité. La deuxième envisage l’utilisation des machines pour comprendre la notion de créativité, ce qui heurte, là encore, notre intuition, tant la création paraît échapper à tout déterminisme mécanique. Enfin, la troisième explore les éventuelles capacités créatrices des machines. Point n’est besoin de dire à quelle point est choquante la seule idée qu’une machine échappe à ses créateurs et fasse preuve d’originalité.

Horaires

19 h 30

Adresse

École nationale supérieure d'art de Bourges 7 rue Edouard-Branly 18006 Bourges France

Comment s'y rendre

Dernière mise à jour le 2 mars 2020