INTERSTICES

Exposition
Arts plastiques
La BF 15 Lyon
Silvia Bächli, Sans titre, 2019, gouache sur papier, 44 x 62 cm

Silvia Bächli, Sans titre, 2019, gouache sur papier, 44 x 62 cm

Je suis de moins en moins intéressée par les histoires qui ont un début et une fin. Les interstices entre les histoires prennent de plus en plus d’importance, avec tout ce qui n’est pas dit, le ton, les allusions, les pauses..., les histoires sans début et sans fin qui ne peuvent être apprivoisées par les mots. S.Bächli

Construites avec une précision qui joint la pensée au geste, les œuvres et les expositions de Silvia Bächli nous invitent à faire l’expérience des Interstices dans lesquels se noue la relation de tout individu avec son environnement immédiat.
Son travail souligne que toute existence est le fruit d’un agencement que seule une approche intuitive et fragmentaire permet d’appréhender. 
À La BF15, les perspectives de l’artiste et des spectateurs évoluent, à travers une nouvelle composition, dans un jeu de fluctuations réciproques.  

 “La mise en espace crée bien un ensemble de relations et de connexions entre les dessins eux-mêmes, mais elle crée aussi les conditions pour que le spectateur trouve l’espace de son propre cheminement. L’exposition, pour Silvia Bächli, n’est pas une forme de modélisation du monde extérieur, elle est la mise en pratique d’une ligne de fuite qui prolonge et recrée un véritable lieu. Elle est une structure atemporelle que le visiteur a charge de retemporaliser, de transformer en histoire. Par ses déplacements, ses regards, ses actes et commentaires, le spectateur joue et interprète l’exposition au sens théâtral ou musical du terme. On peut d’ailleurs rappeler que l’artiste a très souvent décrit ses accrochages comme des partitions de musique où les espaces et les pauses ont autant d’importance que les notes. L’exposition apparaît alors comme une partition donnée au spectateur pour des interprétations multiples. Cette forme de présentation permet à Silvia Bächli de faire coïncider le faire avec l’appréhension de son travail, puisque celui-ci est aussi le résultat de déplacements. Mais l’exposition est aussi l’occasion d’une rencontre, une rencontre entre une pratique privée, presque intime, et la mise en place d’une conversation. Il n’est pas seulement question d’une conversation que les dessins pourraient avoir entre eux ; il est aussi question d’un mode de rencontre et d’échange avec le public. Une rencontre qui travaille beaucoup sur la présence et l’expérience que l’on peut faire du lieu. La relation à l’œuvre ne se limite donc pas à un fait purement optique. Elle fait appel à une visite assez gestuelle pendant laquelle les murs se répondent les uns aux autres et pendant laquelle l’idée de déroulement et de défilement est également très présente. Ensemble, ces éléments concordent à réhabiliter le corps, celui de l’artiste et celui du spectateur, et ainsi, à y provoquer une liberté des sens et de l’esprit.” 1

 

1 - Catherine Pavlovic, “Das – l’installation de Silvia Bächli comme paysage fragmenté”, dans Silvia Bächli, far apart – close together, 2012

Commissaires d'exposition

Artistes

Partenaires

avec le soutien de Pro Helvetia, Fondation suisse pour la culture

Adresse

La BF 15 11 quai de la Pêcherie 69001 Lyon France

Comment s'y rendre

Dernière mise à jour le 6 février 2021