HOMMAGE À DADO (1933-2010)

dessins, collages, gravures de 1953 à 2010
Exposition
Arts plastiques
MRAC - 34410 Sérignan
Le Musée Régional d’Art Contemporain Languedoc-Roussillon présente, du 17 septembre 2011 au 22 janvier 2012, un hommage à l’artiste Dado disparu en novembre dernier. Dado a définitivement marqué la ville de Sérignan où trois expositions ont été consacrées à son œuvre en 1993, 1999 et 2007 et où, surtout, il a résidé régulièrement de 1994 à 2002 pour réaliser une œuvre monumentale et magistrale au Domaine des Orpellières, inaugurée et ouverte au public en 1999. Cette exposition au cabinet d’arts graphiques donnera à voir un ensemble d’œuvres sur papier depuis les dessins des années cinquante de l’ancienne collection Jernej Vilfan, présentés pour la première fois au public, de nombreuses gravures, technique à laquelle l’artiste s’est consacré de nombreuses années, jusqu’aux derniers dessins réalisés pour sa petite-fille Diotime en 2010. Dado, immense dessinateur, a toujours considéré ses dessins comme autonomes. Devant ses œuvres sur papier, on est saisi par sa virtuosité technique, la qualité du trait, la ligne sûre et appuyée, l’intensité des figures d’un seul trait car le dessin ne supporte aucune hésitation. On lit la naissance d’une forme jusqu’à son épanouissement. Le dessin s’engendre lui-même pour mettre en place un monde énigmatique peuplé de monstres étranges, de plantes exubérantes, d’hybridations anatomiques, de ruines, projections de rêves entre horreur et merveilleux. Cette aptitude virtuose le range dans le grande Histoire de l’Art, en successeur légitime de Dürer. Une salle, dans les espaces dédiés aux collections du musée, est aussi entièrement consacrée à son œuvre peint de 1957 à 2005. À l’occasion de cet hommage, une soirée de projections de films de Pascal Szidon sur l’artiste est organisée au Domaine des Orpellières le vendredi 16 septembre 2011 à 20h. Le site des Orpellières à Sérignan Plage, entre fleuve et mer, est un espace naturel exceptionnel, réserve naturelle pour la faune et la flore typiques des terrains salins. Au milieu de ce territoire, les bâtiments abandonnés d’une ancienne ferme viticole, le Domaine des Orpellières, ont été investis par Dado qui a recouvert les murs et piliers intérieurs d’immenses peintures murales aux couleurs vives et profondes, a accumulé des objets, fétiches de l’enfance. Les fresques, réalisées sur des tags anonymes, figurent des personnages monstrueux, corps mutilés et souffrants, des gueules béantes et yeux globuleux, des organes disséminés, des pantins gesticulant, des visages figés dans une vraisemblable douleur. Eparpillés dans l’espace, des voitures ossuaires, une collection de squelettes, des poupées démantibulées participent à cet univers d’une force créatrice incroyable. Débutée au moment de la guerre des Balkans, cette œuvre est un véritable manifeste qui dénonce l’horreur de la guerre. Dado a composé un « manuscrit ouvert » sur la violence du monde, une sorte de « Guernica en couleur ». Suite à un dommage sur la toiture, le site est actuellement fermé au public. Un projet général de réhabilitation et de transformation de l’ensemble de la ferme viticole en « Centre d’interprétation Art et Environnement » est en cours de concrétisation. Grâce à la réunion de plusieurs partenaires, ce projet global sera l’occasion de pérenniser et restaurer cette œuvre majeure de l’artiste. Ils sont tous là – remontés de la ténèbre intérieure de Dado et venus s’écraser sur les murs des Orpellières ou s’agglutiner en monceaux de sculptures hybrides et délirantes, les rompus, les torturés, les déchirés, les déchaînés, toute la lie de l’enfance, toute l’engeance des cauchemars. Ils grouillent et souillent. Si l’on s’abstrait des bruits ordinaires de la vie et si l’on prête l’oreille, par-delà le silence propre à la peinture, au colloque des formes, c’est un concert qui nous saisit, de hurlements, de gémissements, d’imprécations. L’âme serait soulagée si elle entendait sinon une parole du moins un rire. Mais ici les bouches ne sont tracées que pour le cri, de même que les yeux, quand ils ne sont pas vides, ne se signalent que par les larmes. Aux Orpellières, pour une éternité aux dimensions de l’humain, l’exode des figures de la douleur et de la déréliction s’est arrêté. Les murs retiennent les monstres. Ils n’iront pas plus loin. En quelque sorte, les voilà sauvés – rescapés arrêtés dans la fureur et absous par la plus sombre et la plus tumultueuse beauté qui soit. Encore savons-nous bien que d’autres hordes dadomorphes se sont exilées de tous les malheurs de nos temps et se sont engouffrées dans d’autres refuges. Tant qu’il y aura Dado et tant qu’il y aura des murs, le peuple des saccages continuera de proliférer et ses essaims de saturer les lieux de repos jusqu’à la destruction du monde. Claude Louis-Combet, 2006 DADO Né en 1933 à Cetinje (Monténégro) – Décédé en 2010 à Pontoise Miodrag Djuric, plus connu sous le nom de Dado, surnom que lui donne sa mère lorsqu'il est enfant, est né le 4 octobre 1933 à Cetinje, en ex-Yougoslavie (Monténégro). Très tôt, il est confronté à l'horreur de la guerre, puisque la région est occupée par l'armée nazie et par les fascistes italiens. Il raconte avoir dû passer pendant plusieurs jours, pour aller et venir chez sa tante, devant deux partisans pendus sur la place du village et laissés en état de décomposition. Cet épisode, qui se déroule en janvier 1944, marque profondément le petit garçon de dix ans qu'était Dado. Très tôt, il est attiré par l’organique et le corps humain. Véritable figure tutélaire, son grand-père maternel, médecin hygiéniste, traducteur d’Homère et de Tolstoï, encourage sa vocation, tout comme sa mère, professeur de biologie. Il lui confie la réalisation de dessins pour illustrer ses ouvrages et l’encourage à « recopier » des planches anatomiques. Après la disparition de sa mère en 1944, Dado est recueilli par son oncle peintre. Il fréquente ensuite, entre 1947 et 1952, l'École des beaux-arts de Herceg Novi puis celle de Belgrade. Exilé volontaire, Dado arrive en France en 1956. Travaillant dans un atelier de lithographie, il est très vite amené à rencontrer beaucoup d'artistes parisiens. L'un d'entre eux, Jean Dubuffet, avec qui Dado se lie d'amitié, lui présente son galeriste, Daniel Cordier, qui lui achète son premier tableau en 1957. Héros de la Résistance, Daniel Cordier devient alors son marchand d’art. Le collectionneur est dans un premier temps intéressé par des œuvres plus anciennes qui procèdent certes d’une part d’enfance et d’une mythologie très personnelle, mais aussi d’une culture visuelle et intellectuelle qui n’avait pas grand-chose à voir avec le tissu culturel français des années 1950. L’arrivée à Paris, la confrontation avec un nouvel environnement, les relations nouées avec d’autres artistes, des aînés comme Dubuffet, Giacometti ou Michaux, son amitié fraternelle avec Bernard Réquichot bouleversent la scène visionnaire de l’enfance, l’enrichissent d’éléments formels. Son don exceptionnel d’observation le conduit à s’émerveiller devant ce qui d’ordinaire est considéré comme laid, monstrueux – ce devant quoi on apprend à détourner le regard. Peintre de l’organique, l'artiste nourrit une immense admiration pour Buffon, célèbre naturaliste du XVIIIe siècle. En référence à son bestiaire artistique monstrueux, on l'a souvent désigné comme le Jérôme Bosch du XXe siècle. Très vite, les expositions s'enchaînent partout en Europe, aux États-Unis à partir de 1962. Une grande rétrospective lui est consacrée au Centre national d'art contemporain à Paris en 1970. Au cours des années 1980, le Musée national d'art moderne accorde une place importante à l'artiste, grâce aux importantes donations de Daniel Cordier et à l’exposition de 1981 au Cabinet d’art graphique, « L’Exaspération du trait ». En 1991, l'artiste voit se créer un musée portant son nom dans sa ville natale, Cetinje. Il représente le Monténégro à la 53e Biennale de Venise en 2009 et à l’Exposition universelle de Shanghai en 2010. Artiste inclassable, Dado multiplie les mediums : peinture, dessin, gravure, collage, sculpture, céramique, fresques murales in situ (notamment au Domaine des Orpellières à Sérignan, à la chapelle Saint-Luc de la maladrerie Saint-Lazare à Gisors, dans un blockhaus de Fécamp et dans l'« Ambassade de la IVe Internationale » à Montjavoult). Les dernières années de sa vie, il va même jusqu’à se passionner pour Internet et le numérique, absorbé par la création testamentaire d’un « anti-musée virtuel en ligne » (www.dado.fr).

Complément d'information

LES RENDEZ-VOUS

/ Vendredi 16 septembre 2011 à 20 h
Lancement des Journées du Patrimoine au Domaine des Orpellières à Sérignan-Plage
Projections de films sur Dado en plein air

/ Samedi 17 septembre 2011 à 11h : Vernissage de l’exposition
HOMMAGE À DADO (1933-2010)
dessins, collages, gravures de 1953 à 2010 au cabinet d’arts graphiques

/ Dimanche 18 septembre 2011 à 15h : visite de l’exposition et des collections permanentes
dans le cadre des Journées Européennes du Patrimoine

/ Dimanche 25 septembre 2011 à 16h : concert de Davide Balula
Dans le cadre des Internationales de la guitare
Davide Balula est fait de bois, d'ondes radio, de céramique, de lumière d'explosions, de verre issu de sable magnétique, de chlorophylle, de températures variables, de peinture, d'organes d'occasion, de nylon, de poussière, de marbre, d'aluminium, de différents gaz, de papier, de plâtre, d'actions, de gestes et de nombreux autres liquides chauds. Originaire des montagnes portugaises, Davide Balula passe son adolescence dans les Alpes où il étudie une musique électroacoustique traditionnelle. Il développe aujourd'hui un travail de sculpture et vit à Paris. À l'occasion de l'exposition "C'est l'amour à la Plage", il sera accompagné cette fois d'une guitare.
Concert gratuit avec le billet d'entrée au Musée Régional d'Art Contemporain à Sérignan

/ Samedi 22 octobre 2011 à 14h30 : visite en Langue des Signes Française (LSF)
Visite à destination des publics sourds et malentendants de l’exposition temporaire "C’est l’amour à la plage" et de la Collection permanente.

/ Lycéens Tour
Afin de permettre au plus grand nombre de lycéens et d’apprentis de la région Languedoc-Roussillon de s’ouvrir aux Arts, à la Culture et au Patrimoine, le Conseil Régional a mis en place, en partenariat avec le Rectorat et la DRAC, un programme d’éducation culturelle nommé « Lycéens Tour ». Il a notamment pour objet de sensibiliser à l’art contemporain les lycéens de la région par le biais d’interventions conçues par les associations et structures culturelles du Languedoc-Roussillon.
Dans ce cadre, le Musée Régional d’Art Contemporain propose aux lycéens du Languedoc-Roussillon, des actions éducatives adaptées, en lien avec les programmes de l’Éducation Nationale.

> Le jeudi 20 octobre 2011 : C’est l’amour à la plage
- Visites thématiques de l’exposition temporaire « C’est l’amour à la plage » et mises en situation des élèves dans un exercice d’analyse d’œuvres et de réflexion sur le statut de l’œuvre d’art
- À 15h : Rencontre avec un artiste de l’exposition

> Le jeudi 1er décembre 2011 : Rencontre avec l’artiste Cécile Bart
- Visites thématiques des expositions temporaires « Cécile Bart » et « Alerte Météo 2 », Diplômés des Écoles d’art du Languedoc-Roussillon
- À 15h : Conférence-rencontre animée par Cécile Bart.

/ Pour les enfants : les ateliers des vacances de la Toussaint
Mercredi 26, jeudi 27 et vendredi 28 octobre 2011 : stage autour de l'Hommage à Dado
de 10h à 12h pour les 5/7 ans et de 15h à 17h pour les 8/12 ans
12 € / 3j / enfant – inscription obligatoire

Autres artistes présentés

DADO

Partenaires

La Région Languedoc-Roussillon Le Ministère de la Culture et de la Communication Exposition réalisée grâce à la collaboration de Alain Controu, de Diotime, petite-fille de Dado, de la Galerie Jaeger Bucher, Paris, du L.A.C., Sigean et du site www.dado.fr

Horaires

Ouvert du mardi au vendredi de 10h à 18h le week-end de 13h à 18h Fermé le lundi et les jours fériés

Adresse

MRAC - 34410 146, avenue de la Plage - BP4 34410 Sérignan France

Comment s'y rendre

Dernière mise à jour le 2 mars 2020