Stefano Harney et Fred Moten, Les sous-communs, planification fugitive et étude noire

Lancement du livre
Projet soutenu par le Cnap
Parution
Arts plastiques
Maison populaire Montreuil
Les sous-communs, planification fugitive et étude noire de Stefano Harney et Fred Moten publiés par les éditions Brook-2022

Lancement du livre, samedi 19 février dès 19h, à la Maison Populaire à Montreuil. La publication de cet ouvrage par les éditions Brook est l’occasion de convier les participant·e·s aux ateliers de traduction pour une soirée de conversations et de performances, dans le cadre de la résidence curatoriale d'Elsa Vettier.

« Y a-t-il une façon d’être intellectuel.le qui n’est pas sociale ? Quand je pense à la manière dont nous utilisons le mot “étude”, je crois que nous sommes attachés à l’idée que l’étude est ce qu’on fait avec d’autres. C’est parler et se balader avec des gens, travailler, danser, souffrir – une irréductible convergence des trois, contenus dans l’expression pratique spéculative. Il y a l’idée d’une répétition – être dans un genre d’atelier, jouer dans un groupe, en impro, des vieux assis devant chez eux, ou des gens qui travaillent ensemble à l’usine… ces différents modes d’activité. (…) Faire ces choses signifie être impliqué.e dans une sorte de pratique intellectuelle commune. Ce qui est important c’est de réaliser que ça a déjà été le cas – parce que cela (te) permet d’accéder à toute une histoire de la pensée, multiple, alternative. »

Les sous-communs, planification fugitive et étude noire est une série d’essais publiée en 2013 par deux amis, Stefano Harney et Fred Moten. Les auteurs y proposent une critique du capitalisme racial et de ses outils, ainsi que des modes d’expérimentation sociale en résistance au colonial. La recherche passe par l’étude et se déroule bien au-delà de l’université, au travail, lors d’une pause cigarette, en famille, autour d’un repas, à la lisière de la lutte et de la fuite, à l’intérieur d’un mouvement de tremblement des fondations impérialistes, d’un mouvement de refus des termes du combat tel qu’il est imposé, vers la construction d’un espace social et politique en perpétuel déplacement. Le lieu et l’être sous-communs relèvent de l’incertitude de la création collective, de l’habitation par l’échange, de l’improvisation comme critique.

Les sous-communs s’écrit dans le sillage de la tradition radicale noire de manière à la fois théorique et poétique, auprès d’auteur.ices comme Cedric Robinson, Saidiya Hartman, Édouard Glissant ou Frantz Fanon. Cette édition, accompagnée d’une préface de Jack Halberstam, est le fruit d’un travail collectif de traduction mené lors d’ateliers durant un peu plus de deux ans.

Complément d'information

Ouvrage réalisé avec le soutien à l'édition du Centre national des arts plastiques.

Stefano Harney est chercheur en sciences sociales et enseignant.
Fred Moten est poète et professeur au département de Performance Studies de l’Université de New York. Ensemble, Moten et Harney ont écrit Les sous-communs et All Incomplete (Minor Compositions, 2021).
Préface de Jack Halberstam, traduite par Sophie Paymal avec l'aide de Marie Verry et Manon Schwich.
Graphisme In the Shade of a Tree - Sophie Demay et Maël Fournier-Comte.

Adresse

Maison populaire 9 bis rue Dombasle 93100 Montreuil France

Comment s'y rendre

Dernière mise à jour le 13 janvier 2022