He'e nalu

Exposition
Arts plastiques
Galerie Frank Elbaz Paris 03

Vue de l'exposition He'e nalu, galerie frank elbaz Paris

En dialecte hawaïen, le surf se traduit par He'e nalu. Depuis des générations, le surf est le passe-temps favori des habitants de l’archipel. Les ancêtres hawaïens considéraient le surf comme une célébration et une adoration permanente à l'océan. Surfer est une philosophie de vie, en résonance avec la nature et ses éléments, très ancrée dans la culture hawaïenne. Le thème de cette exposition retrace les origines et l'histoire du He'e nalu, en commençant par un pétroglyphe de 2500 av. J.-C, pour continuer par la découverte de l’archipel hawaïen en 1778 par le Capitaine Cook, aussi appelé les Îles Sandwich. Dans un récit, il décrit notamment sa rencontre avec ces « tribus indigènes » portées par les vagues. Cette exposition se termine à la fin des années 1960, lorsque la révolution plastique change complètement la philosophie, la pratique et l'esprit du surf. Cette exposition présente d’anciennes photographies sur le surf, des cartes postales et des affiches de film d'époque sur ce sujet, des années 1950 et 1960. C’est à partir de la seconde moitié du XXe siècle que le surf est assimilé à la culture populaire américaine et également à la scène artistique californienne, la Beat Generation. À cette époque, les surfers étaient perçus comme des insoumis, comme beaucoup d'artistes exposés à la Ferus Gallery, à Los Angeles. L’imagerie populaire du surf dialogue ainsi avec des œuvres d’artistes tels que Alex Hubbard, Robert Longo , John McCracken, et Taro Shinoda, qui se sont inspirés de cette culture pour réaliser les œuvres présentées dans cette exposition. Un dessin d’une vague par Robert Longo interagit avec une installation de Taro Shinoda, résultat d’une réflexion sur l'origine des vagues d’Hawaii. Une représentation minimale d'une planche de surf de John McCracken, où l’objet est réduit à sa forme la plus simple et dans le style californien « Finish-Fetish », s’étend dans l’espace d’exposition. Enfin, sont présentées des peintures abstraites d’Alex Hubbard, recouvertes de la même résine et la fibre de verre utilisée dans la fabrication des planches de surf. Deux films clés sont également montrés, tous deux écrits par le scénariste américain John Millius : The Big Wednesday, l’un des meilleurs films consacrés au surf, ainsi qu’une scène de surf du film Apocalypse Now, réalisé par Francis Ford Coppola. Un documentaire, réalisé par Ty Ponder, Between the Lines, évoquera la réalité des surfers et de toute une génération durant la guerre du Vietnam. Des citations de Jack London, Mark Twain, Joseph Conrad, Gilles Deleuze…ponctuent l’espace d’exposition et font le lien entre surf et littérature.

Autres artistes présentés

Alex Hubbard, Robert Longo, John McCracken, Taro Shinoda

Horaires

du mardi au samedi, 11h - 19h

Adresse

Galerie Frank Elbaz 66 rue de Turenne 75003 Paris 03 France

Comment s'y rendre

Dernière mise à jour le 2 mars 2020