Guilllaume MARTIAL

RESIDENCES DE L'ART EN DORDOGNE
Conférence
Photographie
Centre Hospitalier Vauclaire

L'observatoire#3
2013 - Musée Arles Antiques - Résidence Myprovence

Normal 0 21 false false false FR X-NONE X-NONE /* Style Definitions */ table.MsoNormalTable {mso-style-name:"Tableau Normal"; mso-tstyle-rowband-size:0; mso-tstyle-colband-size:0; mso-style-noshow:yes; mso-style-priority:99; mso-style-parent:""; mso-padding-alt:0cm 5.4pt 0cm 5.4pt; mso-para-margin:0cm; mso-para-margin-bottom:.0001pt; mso-pagination:widow-orphan; font-size:10.0pt; font-family:"Times New Roman","serif";}

Guillaume Martial, immergé au cœur du centre hospitalier spécialisé Vauclaire de janvier à avril 2015, s’imprègnera lors de son séjour de recherche et de création des différentes architectures de l’hôpital et aussi des expériences humaines accumulées, des émotions vécues, des mémoires et récits de vie individuels ou collectifs. Il présentera l’exposition de ses projets et œuvres en mai et juin 2015.

 

Guillaume Martial 

« Mon travail questionne notre appropriation de la ville et notre rapport physique à celle-ci. La ville est, pour moi, un terrain de jeu ». Guillaume Martial parcourt cette arène urbaine par ses travaux photographiques et raconte des histoires dans une mise en scène épurée.  Son regard se pose sur des bâtiments aux formes graphiques, presque insolites, et, par la mise en scène d’un corps, souvent le sien, interroge la place de l’homme dans le milieu urbain. Cette exploration esthétique de la ville se noue avec poésie autour d’une interrogation sur la véritable nature du cliché qui oscille entre mise en scène et réalité, entre imaginaire et réel. Immergé dans la ville, imprégné par son ambiance, l’artiste dérange l’harmonie du milieu en  détournant son architecture dans un jeu burlesque. L’apparente spontanéité de ses clichés ne laisse rien transparaître du long et délicat processus de création. Guillaume Martial tire des récits décalés qui ré-enchantent l’espace urbain. L’artiste lui donne un autre sens et offre ainsi la possibilité aux spectateurs de se réapproprier la ville.

Anaïs Robert

Tarifs :

entrée libre

Partenaires

Ministère de la Culture et de la Communication/DRAC Aquitaine, Conseil général de la Dordogne, Centre Hospitalier Vauclaire et association Zap'art, Conseil régional d'Aquitaine, Agence culturelle Dordogne-Périgord

Adresse

Centre Hospitalier Vauclaire 24700 France

Comment s'y rendre

Dernière mise à jour le 2 mars 2020