Gravity moves me

Tom Burr
Exposition
Arts plastiques
Frac Champagne-Ardenne Reims
TOM BURR GRAVITY MOVES ME EXPOSITION DU 4 FEVRIER AU 17 AVRIL 2011 VERNISSAGE LE JEUDI 3 FEVRIER 2011 A 18H00 visite privée pour les amis du frac champagne-ardenne : lundi 7 février à 19h00 visites publiques : tous les dimanches à 16h00 visite pour les enseignants : mercredi 16 février à 14h30 visite pour les étudiants : jeudi 17 mars à 18h30 week-end télérama : samedi 19 et dimanche 20 mars de 14h00 à 18h00 Gravity Moves Me, première exposition institutionnelle de Tom Burr en France, réunit un ensemble d’œuvres inédites spécialement conçues par l’artiste américain pour les espaces du FRAC Champagne-Ardenne. Tom Burr est un artiste dont l’œuvre (sculptures, photographies, dessins, collages, installations) revisite le vocabulaire formel des avant-gardes et néo-avant-gardes artistiques, et mêle références littéraires, cinémato-graphiques et musicales, iconographie pop, culture homosexuelle, esthétiques underground, architecture, design et mode. L’investigation conceptuelle qu’il mène questionne de quelle manière l’identité, en particulier l’identité sexuelle, se construit ou est au contraire contrainte par la société et ses espaces physiques. L’artiste reprend le mode d’appropriation de l’art des années 1980 comme une stratégie permettant de revisiter des œuvres du passé et d’en révéler des significations différentes. Ainsi, il reconfigure une histoire non plus figée dans le temps et l’espace, mais au contraire parfaitement ouverte et permettant d’éclairer et de transformer le présent. Si les œuvres présentées dans l’exposition Gravity Moves Me sont intrinsèquement liées les unes aux autres, elles sont aussi directement connectées à Deep Purple, une sculpture monumentale réalisée en 2000 par Tom Burr et installée dans la cour du FRAC Champagne-Ardenne de-puis 2008. Car c’est sous l’angle de « l’effet » produit par le passage du temps, sur les corps comme sur les objets qui les entourent, que l’artiste envisage en effet la notion de « gravité ». Ce mot décrit aussi bien les actions de la pesanteur sur un corps donné, mais il peut également être entendu comme un état cérébral décrivant des pensées sérieuses, sombres, parfois même morbides qui, paradoxalement, sont celles qui font naître l’humour véritable, celui qui émerge d’une prise de conscience du déclin, du délabrement et de la disparition inéluctable. Deep Purple est une réplique en bois et au deux tiers de sa taille initiale de la célèbre sculpture Tilted Arc (1981) de Richard Serra qui aurait été « accessoirisée » afin de devenir modulable, adaptable et déplaçable. C’est bien la notion d’in situ, et à travers elle toute l’histoire de la sculpture contemporaine, qui est ici convoquée afin d’en repousser les limites tant formelles que conceptuelles. De par la trajectoire exceptionnelle de l’œuvre de Serra et le procès surmédiatisé qu’elle généra, cette œuvre articule également des problématiques liées à l’architecture et à l’espace public avec des questions de politique, de sociologie, de psychologie, etc. Son titre fait notamment référence au célèbre groupe de rock britannique éponyme, à une couleur prisée par la communauté homosexuelle ou à celle du deuil, ou encore aux rideaux pourprés de certaines nouvelles d’Edgar Allan Poe. Les références récurrentes à de grandes figures de l’histoire de la culture, au sens large, répondent au désir de l’artiste de se situer en tant que tel et de situer ses gestes à l’intérieur du champ du modernisme, tout en générant de multiples lectures possibles. Le titre de l’exposition de Tom Burr, Gravity Moves Me, rend hommage à Carl Andre, autre grande figure du Minimalisme avec Richard Serra. Avec ses œuvres composées de plaques en acier alignées directement sur le sol, Carl Andre a durablement conditionné la relation du spectateur à l’œuvre en mettant à bas plusieurs des caractéristiques principales de la sculpture, dont la verticalité, le geste, la technique et l’autonomie de l’œuvre, et en avançant l’idée que la sculpture est le lieu de l’œuvre. Le projet que Tom Burr développe au FRAC Champagne-Ardenne en-treprend de questionner et tester ces notions. La longue rampe qui s’étend au rez-de-chaussée du FRAC apparaît parallèlement comme une référence directe à Seedbed, la performance légendaire que Vito Acconci réalise en 1972 à la galerie Sonnabend de New York où, allongé sous une rampe pendant trois semaines, il se masturbe huit heures par jour tout en murmurant les fantasmes que lui inspirent les visiteurs, et qui sont simultanément retransmis sur des haut-parleurs. L’artiste est alors tout à la fois producteur et récepteur du plaisir de l’œuvre. La rampe en bois brut de Tom Burr devient le support d’une narration fracturée. Elle représente également, tout comme la série de murs qui habitent et habillent littéralement l’exposition, une forme hybride entre différents corpus d’œuvres créées précédemment : les plateformes, les pièces murales intitulées « Bulletin Boards » et les cloisons. Si elle partage encore quelques similitudes formelles avec les plateformes, la rampe constitue aussi une surface picturale que l’on imagine plus volontiers accrochée à un mur. Ces déplacements sont opérés de manière récurrente au sein de l’exposition. Les murs sont ici couverts, enveloppés, protégés, vêtus de lourdes étoffes, et semblent véritablement danser dans les espaces d’exposition. Ils font écho à une série de « jupes » qui révèlent une nudité de ces espaces et qui, sans elles, nous aurait autrement échappée. Enfin, une série de collages prend pour mesure un carreau standard de linoléum tel qu’il est le plus souvent utilisé dans les cuisines ou les salles de bain. Dans cette version domestiquée et comme miniaturisée de l’œuvre de Carl Andre, les éléments rejetés parce que jugés impurs par les tenants du Minimalisme – le décoratif et le narratif – peuvent enfin s’épanouir. A l’image de l’ensemble des éléments qui composent cette exposition, ces collages constituent des fragments dont les relations ne peuvent apparaitre dans leur totalité. Ils nécessitent d’opérer des déplacements, de prendre de la distance ou au contraire de les examiner au plus près. Différentes choses sont en effet révélées en fonction de son positionne-ment sans qu’il n’y ait jamais de point de vue unique ou idéal. Tom Burr est né en 1963 à New Haven ; il vit et travaille à New York. Ses plus récentes expositions personnelles ont notamment été présentées au Museum für Gegenwartskunst de Bâle, à la Städtische Galerie im Lenbachhaus und Kunstbau de Munich, au SculptureCenter et au Swiss Institute de New York, à la Secession de Vienne et au Musée Cantonal des Beaux-Arts de Lausanne. Il est représenté par Bortolami Gallery, New York ; Franco Noero, Turin ; Neu, Berlin ; Galerie Almine Rech, Paris ; Stuart Shave/Modern Art, Londres. Une anthologie de textes de Tom Burr, éditée par le FRAC Champagne-Ardenne, est actuellement en préparation et sera publiée dans le courant de l’année 2011. Commissaire de l’exposition : Florence Derieux Avec le soutien de Champagne Deutz le frac champagne-ardenne, membre du art center social club et du réseau platform, reçoit le soutien du conseil régional de champagne-ardenne, du ministère de la culture et de la communication et de la ville de reims

Autres artistes présentés

Tom Burr

Horaires

du mardi au dimanche de 14h00 à 18h00

Adresse

Frac Champagne-Ardenne 1 place Museux 51100 Reims France

Comment s'y rendre

Dernière mise à jour le 2 mars 2020