Glenn Ligon

Post-Noir
Exposition
Arts plastiques
Carré d'Art-Musée d'art contemporain Nîmes
Affiche de l'exposition

Glenn Ligon est né en 1960 à New York. A l’origine, sa pratique artistique était centrée sur la peinture, en s’appuyant sur l’héritage d’artistes tels que Philip Guston, Cy Twombly, Robert Rauschenberg ou Jasper Johns ainsi que l’art conceptuel plus récent.

Ligon a très tôt incorporé du texte dans ses oeuvres, en utilisant les mots au pochoir qui deviendront la marque de son œuvre. Il utilise un langage peint pour mettre en évidence les systèmes de valeurs sociales et politiques qui donnent un sens à ces textes et la manière dont ils sont modifiés ou soulignés par l’œuvre.

A Nîmes sera présenté un nouveau diptyque monumental de la série Stranger. Il intègre l’intégralité du texte de l’essai fondateur de James Baldwin de 1953, «Stranger in the Village», dans lequel Baldwin raconte son séjour dans un petit village suisse, où la plupart des habitants n’avaient jamais rencontré d’homme noir auparavant. Ligon utilise le récit de Baldwin, qui établit des liens entre les contextes culturels des États-Unis et de l’Europe, pour réfléchir à «l’anti-blackness» et aux séquelles du colonialisme.

Une salle de l’exposition à Nîmes rassemblera une sélection de néons America. Commencés en 2008, ces néons transforment le mot «America» en le recouvrant de peinture noire, en le retournant, en l’inversant ou en l’animant, le traitant comme un matériau linguistique à manipuler et à modifier.

L’exposition présentera également des dessins à grande échelle inspirés de livres de coloriage afrocentriques des années 1960 et 1970. Ces images commerciales, que Ligon donnait à colorier à de jeunes enfants, ont servi de base à des peintures et des dessins que l’artiste a réalisés pour le Walker Art Center de Minneapolis en 2000-2001 et qu’il a revisités pour cette exposition.

Dans ses peintures à l’huile et sérigraphies de grand format Debris Field, l’artiste concentre son attention sur des formes de lettres isolées et des marques non linguistiques plutôt que sur des mots lisibles. Ces formes flottent à la surface de la toile, générant une série de compositions rythmiques improvisées et créant finalement un système ouvert qui permet à l’artiste d’explorer, selon ses propres termes, «la possibilité du sens, les éléments du sens». Les couleurs sont partiellement inspirées des peintures «Death and Disaster» d’Andy Warhol des années 1960 ainsi que de la couverture du livre «The Fall of America» d’Elijah Muhammad, ancien leader de la Nation of Islam, paru en 1973.

L’exposition de Carré d’Art sera la première dans une institution française.

Horaires

Mardi au vendredi de 10h à 18h

Samedi et dimanche de 10h à 18h30

Tarifs

Tarif plein
- 8.00€

Accès mobilité réduite

Oui

Adresse

Carré d'Art-Musée d'art contemporain Place de la Maison Carrée 30000 Nîmes France

Comment s'y rendre

Dernière mise à jour le 13 octobre 2022