Frieda n°5, de Ben Hansen

Série « Frieda, Paula, Ben…»
Ben Hansen, Frieda no 5, 1979

Ben Hansen, Frieda no 5, 1979 De la série « Frieda, Paula, Ben… », 1977-1981. 

C’est une étrange chorégraphie païenne qui a fait s’échouer Frieda sur le sable !

Telle une apparition, elle semble communier avec la nature qui l’environne dans une parfaite harmonie. Fusion idéale de deux formes organiques que l’on retrouve dans l’ensemble des mises en scène romantiques de Ben Hansen, où des corps nus photographiés seuls ou en couple incarnent le fantasme du retour à la nature.

Mais du silence pesant, qui se dégage de ce paysage obscur et froid qui nous imprègne, émane un sentiment d’inquiétude.

Dans ce doux abandon du corps, on perçoit le risque d’ensevelissement dans l’environnement matriciel et mouvant qui l’entoure.

Un espace-temps onirique s’entrouvre, où les frontières entre la vie et la mort se mêlent.
 

Notice rédigée par Numa Benyayer, Coline Nageli, Émilie Saubestre et Charlotte Vanbleus, commissaires de l'exposition « Il n'y a pas de monde achevé. »  présentée à la Galerie Arena (École nationale supérieure de la photographie, Arles) du 7 juillet au 21 septembre 2014.

Artiste(s) associé(s)
Dernière mise à jour le 30 mars 2020