FRANÇOIS LANCIEN GUILBERTEAU

Ce que je crus voir cette nuit-là sous lʼironique lune jaune
Exposition
Arts plastiques
Tripode - adresse administrative Nantes

François Lancien Guilberteau, bien que jeune artiste, il est né en 1985, n’en est pas à sa première exposition monographique. Ses œuvres ont circulé en France et à l’étranger, dans des lieux institutionnels ou qualifiés de plus expérimentaux. Ses réflexions portent autant sur les modalités qui mettent en fabrication une image que sur les opérations mises en jeu pour les mettre en exposition. Son processus de travail inscrit ses recherches dans une considération globale de l’œuvre d’art, appareillée dans une industrie culturelle, avec ses codes, son économie, sa fabrication, sa diffusion et sa réception. L’on pourrait qualifier son travail de conceptuel, tant il s’enracine dans les stratégies adoptées par de nombreux artistes depuis les années 50 : de Fluxus au Pop Art en passant par l’Appropriationnisme ou le Post-modernisme.

Les images qui retiennent son attention tirent leur sujet de la culture populaire et oisive. Elles sont apparues dans des magazines culturels spécialisés, la rue, le web ou sur des produits commerciaux, parfois dérivés, parfois rêvés. En ces endroits, les images publiées sont des photographies ou des reproductions, plus ou moins fidèles à l’original. L’on peut considérer que pour être diffusées, toutes ces images sont soumises à la standardisation à la fois de leur effet et de leur support.

Et bien que porteuses de contradiction et d’ambigüité, elles sont retenues pour leur qualité affranchie de toute émotion. L’indifférence qu’elles suscitent leur procurant un petit grain d’étrangeté.

L’art devient affaire d’attitude, de chose qui se fait, guidée par son seul désir. S’il y a emprunt d’idée, il peut tout à fait être intentionnel. L’un des caractères notables de la démarche artistique de François Lancien Guilberteau est sa capacité à faire citation et émancipation dans un même élan. Il convoque une constellation de savoir-faire rencontrés dans la production industrielle de la culture et collabore avec des personnalités professionnelles remarquables par leur style ; autant de prétextes à interroger la notion d’auteur, sa disparition et sa réapparition. Le réseau d’actions et sollicitations suscitées profile une « intelligence artificielle romantique », autrement dit, un égo sensible et habité de multiples échanges fructueux, aiguisant le sens de la perplexité et de l’insouciance. Le résultat bascule souvent vers des pratiques esthétiques déviantes, jouant par exemple de l’abstraction et la japonaiserie, à la manière d’une relation sado-masochiste. Cette agitation ressentie sublime autant la perte de la subjectivité que son intensification.

De même, la multiplicité des images et la complexité de la façon dont elles nous viennent, selon un flux permanent, inépuisable, soumettent leur processus et condition de fabrication à de nouvelles situations de langage. La forme de l’exposition – avec tous ses arrangements – découle d’une partition critique, écrite d‘une manière collective et en mouvement. Ainsi, Ce que je crus voir cette nuit-là sous l’ironique lune jaune réunit les complicités de Maëla Bescond, Corentin Canesson, Pierre Paulin et Julien Monnerie.

Pour les espaces d’exposition de l’École d’Arts du Choletais ou Tripode, les objets et signes rassemblés approcheront les frontières de l’art et les représentations qui en tirent leur origine, dans une amorce de récit fictionnel et autobiographique, imaginaire ou réel.

Complément d'information

Tripode et l’École d’Arts du Choletais ont le plaisir de s’associer et présenter Ce que je crus voir cette nuit-là sous l’ironique lune jaune de l’artiste François Lancien Guilberteau.
Structure de production et diffusion de l’art contemporain, Tripode agit principalement à Rezé, dans la galerie de l’Espace Diderot dessinée par Massimiliano Fuksas, fameux architecte italien contemporain. Cet espace plongé dans le noir, dont les murs sont inclinés, développe naturellement un goût marqué pour l’expérimentation et la réflexion sur le format d’exposition.
L’École d’Arts du Choletais, destinée à l’enseignement des arts plastiques pour toutes les générations, dispense également une formation aux concours des écoles supérieures artistiques. La classe préparatoire a développé un journal, Paulownia, qui retrace les expériences pédagogiques des élèves tout au long de l’année. Cet outil critique permet aux élèves de s’exercer en parallèle aux métiers de l’écriture et de la publication.
Parce que Tripode et l’École d’Arts du Choletais ont relevé des intérêts communs et des accointances à leurs programmes d’expositions, les deux structures ont souhaité s’accorder sur une invitation simultanée à un artiste.

Du 11 janvier au 22 février 2014
FRANÇOIS LANCIEN GUILBERTEAU
Ce que je crus voir cette nuit-là sous lʼironique lune jaune

École d’Arts du Choletais
Galerie de l’École
Impasse des Charuelles
49300 Cholet

02 72 77 23 40
ecoledart@agglo‐choletais.fr

Du lundi au jeudi
De 9h à 12h et de 13h30 à 17h
Le vendredi
De 9h à12h et de 13h30 à 16h
Le samedi 10h à 17h30

Autres artistes présentés

Maëla Bescond

Corentin Canesson

Julien Monnerie

Pierre Paulin

Partenaires

Tripode bénéficie des soutiens de la Ville de Rezé, du conseil régional des Pays de la Loire, du conseil général de Loire-Atlantique et de l’Etat - Préfecture de la région des Pays de la Loire-DRAC des Pays de la Loire. Les expositions présentées dans la galerie de l'Espace Diderot sont réalisées en partenariat avec l'arc, scène conventionnée, Rezé. Tripode remercie chaleureusement Hippolyte Hentgen pour le dessin de son logo.

Horaires

mercredi et samedi de 14h à 18h et sur rendez-vous

Adresse

Tripode - adresse administrative 26 rue du Plessis de la Musse 44100 Nantes France

Comment s'y rendre

Tramway ligne 3 direction Neustrie Arrêt Espace Diderot
Accès mobilité réduite
Dernière mise à jour le 2 mars 2020