Folles aux lits, faux lits, folie ...

Dessins, peintures et sculptures de Nadia Benbouta
Exposition
Arts plastiques
School Gallery Paris / Olivier Castaing - 75003 Paris 03

Néon, 2009, 13x100 cm, ED 8 + 2EA

Une artiste militante ... […] Réaliste, la peinture de Nadia Benbouta l’est par nécessité. Nécessité de montrer. Montrer pour dénoncer, montrer pour espérer. « Je travaille à partir de photos d’actualité, de publicités, d’oeuvres d’art, de particuliers aussi, bref sur du concret, insiste t’elle. Il ne s’agit pas de reproduire platement l’image, mais de la poétiser, d’introduire une distance ironique pour rendre la réalité à la fois plus cruelle et plus supportable. L’art doit être porteur de sens, l’artiste est un citoyen. » Citoyen du monde, cela va sans dire, mais ça va mieux en le peignant : « les guerres, l’économie à tout va, la vulgarité, tout ce qui fait violence à l’humanité, m’indignent. Le monde manque d’artistes, pas de soldats. J’ai beaucoup travaillé sur la notion de territoire. Mais les frontières ne sont pas seulement terrestres, elles sont aussi et surtout mentales. »(...) Extrait de l’entretien de Nadia Benbouta avec Jérôme Pilleyre

Complément d'information

Au menu de cette nouvelle exposition à la School Galerie : Pièces de viandes, pièces anatomiques et pièces lumineuses.
Tout commence par un portrait en pied - on ne rigole pas - du véritable boucher nain de l’artiste posant fièrement au milieu de ses trophées bovins sanguinolents. Une métaphore de la pensée devient la sculpture d’un cerveau en margarine. Un portrait, équestre, trône royalement. Seulement le cheval est de bois et le Maréchal âgé de douze ans arbore innocemment la stature de Louis XVI comparé au boucher, forcément.
L’ensoleillement évoqué précédemment a quitté la cuisine pour la chambre. « C’est chaud » et la margarine fond. Voici toute une série inédite de néons à l’écriture schizophrénique et aux messages érotiques, sur dessins et tableaux également. Dans une bouée à tête de cerf, un jeune éphèbe cerclé façon « makis »- il n’y a qu’un bout qui dépasse- fait des ronds dans l’eau. Une Parisienne de l’Ouest, naturiste, ayant certainement perdu ses lentilles, se ballade en sautoir monogrammé pour canidé en attente d’un nouveau maître. Confort Bourgeois.
"Folles aux lits, faux lits, folie ...", traduisez : chaleur, érotisme et féerie à la School Galerie.

Extrait du texte de Christophe DELAVAULT

Adresse

School Gallery Paris / Olivier Castaing - 75003 322 rue Saint Martin 75003 Paris 03 France

Comment s'y rendre

Dernière mise à jour le 2 mars 2020