Exposition d'Emily Wardill

Exposition
Film, vidéo
Frac Champagne-Ardenne Reims

Tarifs :

Entrée libre

Complément d'information

EMILY WARDILL
THE HANDS OF A CLOCK, EVEN WHEN OUT OF ORDER, MUST KNOW AND LET THE DUMBEST LITTLE WATCH KNOW WHERE THEY STAND, OTHERWISE NEITHER IS A DIAL BUT ONLY A WHITE FACE WITH A TRICK MUSTACHE
EXPOSITION DU 3 FÉVRIER AU 22 AVRIL 2012
VERNISSAGE LE JEUDI 2 FÉVRIER 2012 À 18H00

visite privée pour les amis du frac champagne-ardenne : lundi 6 février à 19h00
visites publiques : tous les dimanches à 16h00
visite pour les enseignants : mercredi 15 février à 14h30
visite pour les étudiants : jeudi 23 février à 18h30
week-end télérama : samedi 17 et dimanche 18 mars de 14h00 à 18h00

Commissaire de l’exposition : Florence Derieux

Les concepts philosophiques, politiques et psychanalytiques forment l’essence même des films d’Emily Wardill. Ils retracent ainsi une histoire de la pensée, par le biais de narrations multiples, agrémentées de nombreuses pistes sonores composées par l’artiste. Sa grammaire filmique est pour le moins mystérieuse, puisque les codes classiques de l’interprétation y sont obsolètes, et qu’il nous faut donc pénétrer dans ce qui semble être une représentation fascinante de l’inconscient. Plusieurs niveaux de narration s’entrecroisent, rappelant parfois les formes fassbinderiennes du mélodrame, et permettant d’associer un propos éminemment politique à des références visuelles plus populaires. Tout son travail semble donc être une vaste expérience scientifique qui catapulte le regardeur en suspension entre le postulat de départ et le résultat final, là où l’irrationnel devient un passage obligé pour parvenir à comprendre une situation donnée.

Pour sa première exposition dans une institution française, intitulée The Hands Of A Clock, Even When Out Of Order, Must Know And Let The Dumbest Little Watch Know Where They Stand, Otherwise Neither Is A Dial But Only A White Face With A Trick Mustache, Emily Wardill présente notamment son tout dernier film, Fulll Firearms (90’, HD), commandité par If I Can’t Dance, I Don't Want To Be Part Of Your Revolution (Amsterdam), la Serpentine Gallery (Londres) et Film London's Flamin, et coproduit par City Projects and Flamin (Londres) avec le soutien du Muhka (Anvers), de la Badischer Kunstverein (Karlsruhe), du FRAC Champagne-Ardenne (Reims), de la Commission Européenne (Bruxelles) et de la Fondation Mondrian (Amsterdam).

Ce nouveau long-métrage prend la forme d’un mélodrame narrant l’histoire d’Imelda, une femme d’une quarantaine d’années qui vient d’hériter de la fortune de son père, un richissime fabricant d’armes. Avec son héritage, elle décide de construire une maison afin d’y loger les fantômes des personnes tuées par les armes produites par la firme de son père. Rapidement, des squatters investissent une partie de la propriété en cours de construction. La perception qu’Imelda a de ces squatters est biaisée ; si elle n’est pas hostile à leur présence, c’est qu’elle les voit simplement comme les fantômes qu’elle attendait. Le film est construit autour de la relation qui se développe entre Imelda et l’architecte engagé pour dessiner les plans de la maison. Ce dernier cède à tous ses caprices, conscient du fait qu’elle n’a plus toute sa tête.

Fulll Firearms convoque subtilement des thèmes tels que la déception, le storytelling ou le déplacement. Des éléments liés au film complètent l’installation.

The Pips, (2011, 3‘39’’, 16mm), autre film présenté dans l’exposition, explore le mouvement et la matérialité. Filmé en 16mm en noir et blanc, puis transféré en numérique, il se concentre sur la figure de Francesca Jones, championne de gymnastique britannique. Le film débute avec une stricte description du quotidien de Jones. Les formes créées par son ruban, décrivant des mouvements dans l’air, sont le reflet de ses actions, l’imitant et existant grâce à elle. Peu avant la fin du film, le corps de la gymnaste s’étire, s’allonge et se distord jusqu’à se casser en un ensemble de parties mutantes. Son visage reste cependant impassible et elle ne semble pas se soucier de sa propre déchéance. Tandis que Francesca Jones s’immobilise, ses actions commencent à exister par elles-mêmes, leur matérialité étant déconstruite par l’emphase qu’Emily Wardill met sur la répétition physique du mouvement. Le corps et ses mouvements deviennent ainsi contenus dans l’objet, révélant une plasticité inhérente à la performance de la gymnaste.

Née en 1977 à Rugby (Royaume-Uni), Emily Wardill vit et travaille à Londres, où elle est Senior Lecturer au Central Saint Martins College of Art. Elle a réalisé ces dernières années d’importantes expositions monographiques, parmi lesquelles Windows broken, Break, Broke Together en 2010 à la fondation De Appel d’Amsterdam et Sick Serena and Dregs and Wreck and Wreck en 2007 à l’ICA de Londres. Son travail a par ailleurs été exposé à la Tate Britain et à la Whitechapel Art Gallery de Londres, au Witte de With de Rotterdam, à la Kunsthalle de Bâle et au Reykjavik Art Museum. Elle est représentée par Jonathan Viner Gallery (Londres), Standard (Oslo) et Altman Siegel Gallery (San Fransisco).

L'exposition d'Emily Wardill a reçu le soutien de Fluxus, fonds franco-britannique pour l'art contemporain, du British Council et de la galerie Standard, Oslo.



Avec le soutien de Champagne Pommery

le frac champagne-ardenne reçoit le soutien du conseil régional de champagne-ardenne, du ministère de la culture et de la communication et de la ville de reims. il est membre du art center social club et du réseau platform.

Commissaires d'exposition

Horaires

du mardi au dimanche de 14h00 à 18h00.

Adresse

Frac Champagne-Ardenne 1 place Museux 51100 Reims France

Comment s'y rendre

Dernière mise à jour le 2 mars 2020