École supérieure d'art et de design - TALM-Tours

Atelier de conservation-restauration sur une œuvre sculptée.

La réunion des Écoles supérieures des beaux-arts de Tours, Angers et Le Mans en un EPCC (Établissement public de coopération culturelle) est, en premier lieu, l’aboutissement d’une réforme pédagogique dont l’un des objectifs était de rejoindre l’enseignement supérieur européen avec la reconnaissance des diplômes, en particulier du diplôme DNSEP, au grade de master.

L’Esba TALM s’inscrit dans un dispositif d’échanges et de valorisation des enseignements qui facilite le développement des pôles de recherche. Deux grandes missions structurent l’activité de l’Esba TALM : organiser un enseignement artistique initial adossé à la recherche et diffuser les pratiques créatrices contemporaines. La première mission de l’École est d’organiser et de délivrer un enseignement artistique initial adossé à la recherche. Les formats et les régimes pédagogiques peuvent être inventés et définis par les différentes écoles mais s’inscrivent dans le respect des textes du ministère de la Culture et de la Communication, ministère de tutelle. L’Esba TALM ouvrira prochainement un troisième cycle avec un format doctoral, conjointement à la mise en œuvre de post-diplômes. Ce développement du troisième cycle et de son corollaire, la recherche, s’organisera en lien avec des partenaires académiques et industriels à l’échelle locale, nationale et internationale. Cette extension de la formation initiale vers la recherche s’inscrit dans la dynamique engagée par la réunion des trois écoles Tours, Angers et Le Mans.

La seconde mission de l’École est de diffuser, du local à l’international, les pratiques créatrices contemporaines. Les événements (exposition, projection, concert, édition, conférence, performance, site web, radio numérique) portés par l’Esba TALM sont intimement liés aux enjeux pédagogiques de l’établissement. Cette activité de diffusion et de valorisation des pratiques créatrices contemporaines – qui permettent notamment d’inviter les artistes et les créateurs les plus pertinents de la scène nationale comme internationale – s’opère grâce à la grande diversité de moyens d’expression que permettent l’activité artistique et son apprentissage.

L’Esba TALM organise également à l’échelle de trois départements – Indre-et-Loire, Maine-et-Loire et Sarthe – une initiation aux arts visuels et à l’histoire de l’art grâce à des cours pour amateurs, péri et post-scolaires.

Discipline
Arts plastiques
Année de création
2010
Statut
Établissement public de coopération culturelle
Actions culturelles et médiation

Expositions, colloques, projections filmiques, recherche

Publications

L'édition est au cœur de l'activité de l'Esba TALM. Qu'il s'agisse d'ouvrages théoriques, de catalogues d'exposition ou même de multiples édités en petites séries, l'objectif est toujours le même : valoriser et mettre en lumière les actions liées à des évènements (workshops, Arc) organisés au profit de la pédagogie et de la recherche.

Un projet d'édition s'affirme par des rencontres et des croisements entre les disciplines. Le passage par la publication permet l'ouverture à de nouveaux espaces d'expérimentation pour les recherches théoriques et plastiques.

Partenaires
  • Université d’Angers : partenariat avec le master Technologies numériques et produits culturels (UFR ITBS) et le master spécialité Paysages Urbains : stratégies et médiations (Faculté des Lettres, Langues et Sciences humaines, Département Géographie).
  • Université Catholique de l’Ouest, Angers : partenariat avec l’Institut d’Art, Lettres et Histoire
  • Université François-Rabelais de Tours : ce partenariat comprend de solides liens avec le département en histoire de l’art, incluant entre autres le séminaire de l’équipe de recherche InTRu (Interactions, transferts, ruptures artistiques et culturelles). Des relations ont été développées avec le CRL, le Centre de recherche en langue de l’université.
  • Université du Maine, Le Mans : partenariat autour du Cinéma expérimental et de la Création radiophonique
  • Le Laboratoire d’Acoustique de l’Université du Maine (LAUM) rattaché au CNRS : collaborations dans les domaines de l’enseignement, de l’accompagnement de la
    formation des étudiants.
  • École supérieure des géomètres et topographes (ESGT), rattachée au CNAM : l’ESGT est habilitée par la Commission des Titres d’Ingénieur (CTI) à délivrer le titre d’Ingénieur Géomètre Topographe. Partenariat ouvert aux étudiants du site du Mans en Design mention Espace de la Cité.
  • École nationale supérieure de création industrielle (ENSCI – Les Ateliers) : l’ENSCI forme les élèves à la création et au design industriels.
  • Le partenariat avec l’Ecole Nationale Supérieure des Ingénieurs du Mans (ENSIM) vise à installer une expérimentation pédagogique entre étudiants et enseignants à partir des problématiques liées à la dimension interactive, via l’interface technologique, de certaines productions artistiques. La complémentarité des compétences servira de tremplin à innerver chacune des parties des compétences respectives pour un travail collaboratif sur projet entre élèves.
  • D’autres partenariats académiques avec l’École supérieure du Centre National de Danse Contemporaine (CNDC) à Angers, Agrocampus Ouest – Centre d’Angers… sont autant d’occasions pour les étudiants de s’ouvrir à des champs élargis de connaissances.
  • La mention Conservation-restauration des oeuvres sculptées sur le site de Tours développe des partenariats avec des établissements de la recherche académique : Faculté de pharmacie de l’Université François-Rabelais de Tours, UMR-CNRS 6113 de l’Institut des Sciences de la Terre d’Orléans (ISTO), UMT-CNRS 6565 Chrono-environnement de
    l’Université de Besançon, UMR-CNRS 5125 Paléoenvironnement et Paléobiosphère de l’Université Claude-Bernard Lyon 1 de Villeurbanne.
Horaires

Professionnels de l'Éducation Nationale : accueil d'enseignants pour des visites d'expositions ; rencontres avec des conseillers d'orientation.

Tarifs
Frais de scolarité
Accès mobilité réduite
Oui
Adresse
École supérieure d'art et de design - TALM-Tours 40 rue du Docteur Chaumier 37000 Tours France Tél :02.46.67.39.65. contact-rh@talm.frhttps://esad-talm.fr/fr/talm/talm-tours
Directrice TALM-Tours, Directrice adjointe TALM : Ulrika Byttner Directrice générale TALM, Directrice TALM-Angers : Marie-Haude CARAES

L’Esba TALM, site de Tours, propose deux formations longues habilitées par le Ministère de la Culture et de la Communication, un cursus généraliste en Art sanctionné à l’issue de cinq années par le Diplôme national supérieur d’expression plastique (DNSEP - grade master), option Art, et un cursus spécialisé en Conservation-restauration des œuvres sculptées sanctionné à l’issue des cinq années par le Diplôme national supérieur d’expression plastique, option Art, mention Conservation-restauration des œuvres sculptées (grade master).

Ces deux formations ont peu d’équivalent à l’échelle nationale et européenne : l'option Art généraliste est orientée sculpture Territoire de la sculpture et la mention Conservation-restauration des œuvres sculptées. Ces formations permettent que dialoguent le patrimonial et le contemporain. L’école développe aussi des programmes de recherche spécifiques.

Des activités de soutien à l'enseignement sont proposées toute l'année en complément des cours dispensés : ainsi, des expositions ouvertes au public et conçues par des enseignants sont mises en place dans la galerie avec le concours des élèves.

Nombre d'étudiants
127
Diplômes dispensés
Dnsep art
Diplômes spécifiques

DNAP ART ; DNAP ART, mention conservation -restauration des œuvres sculptées ; DNSEP ART ; DNSEP ART, mention conservation-restauration des œuvres sculptées ;

Conditions d'admission

Le concours d’entrée en première année est commun aux trois sites. Il se déroule en avril ou mai sur l’un ou l’autre des sites (2 et 3 avril 2015 à Angers). Les candidats peuvent se présenter au concours à l’entrée d'un, de deux ou des trois sites de l’Esba TALM. Le candidat se présente à quatre épreuves : épreuve écrite de culture artistique générale, épreuve pratique, épreuve de langue étrangère et entretien avec un jury. L'admission en cours de cursus : les candidats passent un entretien devant la commission d’équivalence pour le premier cycle (semestres 3 et 5) ou devant la commission d’admission pour le deuxième cycle (semestres 7 et 9). Lors de l’entretien, les membres de la commission évaluent le dossier artistique du candidat et apprécient l’effective capacité à intégrer le domaine choisi. Le concours d'entrée en première année de conservation-restauration des œuvres sculptées : le concours d’entrée en première année du cursus Conservation-restauration des œuvres sculptées est spécifique au site de Tours. Il se déroule en juin (semaine 25) et comporte des épreuves d’admissibilité écrites (chimie ; culture générale ; histoire de l’art ; langue vivante (anglais) ; technologie) et pratiques et des épreuves d'admission (épreuve pratique de modelage et entretien avec le jury). Le concours d'entrée en cours de cursus Conservation-restauration des œuvres sculptées : les candidats doivent être titulaires d’une licence Préservation des biens culturels (LPBC) ou justifier au minimum de deux années d’études validées dans le domaine de la conservation-restauration des biens culturels auprès d’un établissement d’enseignement supérieur relevant du ministère chargé de l’Éducation nationale ou de l’Enseignement supérieur et de la Recherche. Entretien avec le jury : les candidats présentent quatre dossiers d’étude et d’observation et éventuellement de traitements sur des œuvres, transmis lors de l’inscription aux épreuves.

Programmes de recherche

Replace or remake : ce projet entend questionner la pratique et la déontologie du conservateur-restaurateur confronté à des œuvres d’art contemporain dont la précarité matérielle implique que tout ou partie soit remplacé ou refait en vue de l’exposition de l’œuvre dans le maintien de sa fonction et de sa signification. Le premier volet de ce programme (2012-2013) a permis de mener l’étude d’une œuvre de Richard Long, White Rock Line, à la demande du Capc Musée d’art contemporain de Bordeaux. L’objet de ce deuxième volet est de réfléchir au statut de la production au sein de la conservation-restauration : quelle place ? Quels enjeux, quels objectifs, dans quel cas, pourquoi et comment produire à nouveau tout ou partie d’une œuvre ? Le fait de refaire ou de remplacer est généralement admis en art contemporain, notamment lorsque les matériels qui composent l’œuvre deviennent obsolètes, cependant cette pratique est insuffisamment encadrée et documentée. Fabriques de l'art, fabriques de l'histoire de l'art : le point de départ de ce projet de recherche, qui pose d’emblée l’hypothèse de fabriques conjointes de l’art et de l’histoire de l’art, est le constat d’une actualité prégnante de pratiques artistiques qui semblent traduire de nouveaux rapports à l’histoire de l’art et aux institutions. L’objet de la recherche s’articule autour de quatre axes : questionner et situer plus précisément les enjeux esthétiques des évolutions et des transformations de la figure de l’artiste en historien de l’art depuis les années 1960 jusqu’à aujourd’hui ; se pencher sur les différentes structures collectives créées par les artistes, de l’agence à l’entreprise, et de l’institution à l’organisation ; étudier les processus d’écriture et de réécriture des histoires de la modernité et de l’art contemporain dans des contextes post-coloniaux (Inde, Proche et Moyen-Orient) ; expérimenter de nouvelles formes de co-fabriques de l’art et de l’histoire de l’art par la conception de workshops et d’expositions.

Cursus international

L’École supérieure des beaux-arts Tours Angers Le Mans développe de nombreux partenariats avec des établissements et des institutions étrangères, en Europe dans le cadre d’Erasmus ou hors Europe. Les périodes de mobilité étudiante à l’étranger (séjour d’études dans un établissement partenaire ou stage professionnel) s’inscrivent dans le cursus de l’élève et sont proposés en priorité aux élèves de la quatrième année. Ces mobilités leur permettent de se confronter à de nouvelles approches pédagogiques et de mises en situation professionnelle, de développer leurs compétences dans un contexte culturel et linguistique différent.

Formation professionnelle

Les stages représentent des moments forts dans le cursus pédagogique des élèves de l’Esba TALM. Le stage permet de mettre à l’épreuve l’expérience et le niveau de formation des élèves et de les confronter à un environnement professionnel réel. Ainsi peuvent-ils appréhender au mieux leur avenir professionnel et préparer leur insertion future dans le monde du travail. Les stages peuvent être effectués en France ou à l’étranger, de la deuxième année (stages de découverte, confrontation, de quelques jours généralement) à la cinquième année. Ils doivent faire l’objet d’une convention de stage signée par les parties prenantes (établissement, structure d’accueil, élève). En quatrième année, les stages sont d’une durée de trois à six mois : immersion, production, mise à l’épreuve des compétences acquises, apprentissage des situations de travail réelles et des contraintes qu’elles entraînent. En fonction du sujet de recherche et de l’option de l’élève, les stages se déroulent dans des entreprises ou sociétés (cabinets d’architectes ou de design, agences de communication ou de graphisme, galeries d’art, studios photo, service de création design de tendances ou de mode, société de production, ateliers de conservation-restauration, stages dans le domaine du design sonore et dans le cadre d’ateliers radiophoniques), auprès de restaurateurs du patrimoine, chez des créateurs indépendants ou réunis en collectifs (artistes, designers, auteurs) ou dans une structure institutionnelle ou associative (musée, centre d’art, centre culturel, centre de documentation, centre de recherche, centre de conservation-restauration, service communication – relations presse, service culturel d’une ambassade de France à l’étranger). Le stage fait l’objet d’un suivi personnalisé de la part de l’établissement de formation et d’un enseignant tuteur.

PARTENARIATS

Écoles d’art

ANdÉA

Établissements culturels

Centre des Monuments Nationaux (Château d’Angers, Château d’Oiron, Château d’Azay-le-Rideau), centre d’art Ile MoulinSart (Fillé-sur-Sarthe), Galerie 5 de l’université d’Angers, centre de culture contemporaine La Panacée (Montpellier), CNEAI (Chatou), Abbaye de Fontevraud, Abbaye du Ronceray (Angers), les Bains-Douches (Alençon), Centre Dramatique National – Nouveau Théâtre d’Angers, Centre National de Danse Contemporaine d’Angers, FRAC des Pays de la Loire et Centre, musées des Beaux-Arts de Tours, Angers et Le Mans, Le Carré-Centre d’Art Contemporain de Château-Gontier, Centre Pompidou, Festival Premiers Plans d'Angers

Dernière mise à jour le 2 novembre 2020