Éditer à l’heure de l’anthropocène

Séminaire
Conférence
Editions 205 Lyon
Affiche Éditer: Anthropocène!

Les Éditions deux-cent-cinq et l’École urbaine de Lyon se sont engagés dans la publication d’ouvrages qui regardent le Monde contemporain du point de vue de notre entrée dans l’Anthropocène.

Celui-ci est envisagé comme un moment historique, qui s’ouvre après 1945 avec l’enclenchement de la phase de l’urbanisation généralisée de la planète, lors duquel il devient incontestable que les activités humaines (i.e. urbaines) ont des impacts de plus en plus forts sur les systèmes biophysiques. À un point tel que l’habitabilité de la Terre pour les humains (et les non humains) est mise en question.

Il est alors indispensable de revisiter la pensée et les phénomènes sociaux à partir de la reconnaissance de cette crise de l’habitabilité d’une ampleur inédite et de proposer des pistes de réflexion et d’action pour que nous inventions collectivement de nouvelles manières de co-habiter.

Assurer que l’on puisse réfléchir à ces grands enjeux contemporains et en disputer est une exigence au centre de la collection “À partir de l’Anthropocène” dirigée par Michel Lussault et Valérie Disdier.

Les ouvrages y sont de nombreux genres, de formes et formats variés: fiction, essais, dialogues, conclusions de recherches, bandes dessinées, photographies, etc., car le souhait est de mettre en valeur le pluralisme des idées et la variété des manières de penser et d’exprimer cette pensée. Ils prennent tous en charge cette volonté d’en découdre avec la complexité du Monde urbain anthropocène.

Publier fait trace, amplifie la diffusion des idées, mais publier ne suffit pas. C’est pourquoi les Éditions deux-cent-cinq s’emploient, au sein du studio éditorial créé avec l’École urbaine et dédié à cette recherche, à réinterroger l’ensemble du processus de publication pour mettre en place une politique éditoriale raisonnée et vertueuse. Elles cherchent à proposer un système où les réponses concrètes et pratiques apportées devront pouvoir faire sens au regard du sujet anthropocène.

À l’heure d’une planète fragilisée, comment interroger le processus éditorial? En portant une attention aux hommes avec la recherche de compétences qualifiées et certifiées, une attention aux matériaux — de la forêt au papier, du végétal à l’encre —, une attention générale à l’optimisation des ressources humaines et matérielles en privilégiant les circuits courts afin d’amoindrir les impacts du transport, en imaginant une politique éditoriale inventive afin de limiter les déchets.

En interrogeant sur leurs pratiques et le contexte dans lequel ils évoluent les acteurs participant à la chaîne et permettant au livre d’exister: auteurs, traducteurs, diffuseurs, distributeurs, libraires, bibliothécaires, illustrateurs, designers, dessinateurs de caractères, éditeurs, historiens, sociologues, imprimeurs, façonniers, papetiers, lecteurs.

Éditer “anthropocène”, c’est réfléchir simultanément à tous les aspects du processus, tenir l’ensemble des contraintes et assumer les limites rencontrées. C’est le pari engagé par les Éditions deux-cent-cinq et l’École urbaine de Lyon.

Journée de rencontres avec différents acteurs de la chaîne du livre qui aborderont l’histoire, l’économie, la sociologie du livre, la lecture, la transmission et la fabrication.

— Lieu: Enssib, École nationale supérieure des sciences

de l’information et des bibliothèques

Une seconde journée d’échanges aura lieu lors du festival “À l’école de l’Anthropocène” en janvier 2022.

Elle abordera les questions liées à la diffusion, la distribution, la prescription, la librairie et la traduction.

 

Constat

— les livres conçus en France sont, en grande partie, fabriqués au mieux à des milliers de kilomètres — en Europe de l’Est sinon plus loin encore en Asie —, par des travailleurs dans des conditions et un revenu mensuel que nous n’accepterions certainement pas;

— les normes environnementales que nous imposons en France pour la fabrication des livres sont moindres — ou inexistantes — là où la majorité est imprimée;

— l’attention portée sur la provenance des papiers et de leur fabrication depuis une décennie à donner jour à de nombreux labels (FSC, PEFC, etc.) et certifications (imprim’ vert).

Que signifient-elles réellement, sont-elles efficaces? Les encres sont aujourd’hui en grande majorité végétales. Mais quelle est la provenance de la pâte à papier? Où les papiers sont-ils fabriqués? Comment sont produits les végétaux nécessaires aux encres, dans quelles conditions?

Etc.

Force est de constater que l’activité éditoriale participe au désastre écologique à l’oeuvre en favorisant une culture et une exploitation agressives des ressources naturelles et participe à l’augmentation exponentielle des transports internationaux et nationaux depuis le milieu du XXe siècle et dont l’impact sur notre environnement est avéré.

Dans ces conditions, faire des livres, de la conception à la vente (en librairie ou en ligne) participe activement à alimenter la “mécanique” anthropocène.

Proposition

Les coéditeurs de la collection “À partir de l’Anthropocène” souhaitent inviter des étudiants à réfléchir au processus éditorial dans son ensemble en interrogeant les différents acteurs de la chaîne du livre sur leurs pratiques et le contexte dans lequel ils évoluent.

Il s’agit ici de comprendre les mécanismes et les logiques de chacun des acteurs: problématiques, enjeux, ambitions et engagements, conditions sociales, limites matérielles, contraintes économiques, impact écologique des activités…

Par ce partage d’expériences et d’analyses, l’objectif est de formuler des réponses pour concevoir une politique éditoriale inventive et vertueuse.

Programme

Le projet démarrera par une journée de rencontres oùles intervenants seront volontairement issus d’un large champ de compétences: auteurs, traducteurs, diffuseurs, distributeurs, libraires, bibliothécaires, illustrateurs, designers, dessinateurs de caractères, éditeurs, historiens, sociologues, imprimeurs, façonniers, papetiers, lecteurs; chacun participant à la chaînedu livre et permettant à celui-ci d’exister.

Les interventions seront publiques, d’une trentaine de minutes suivies de trente minutes de questions/réponses.

Nombre de places limité.

Inscription préalable recommandée:

https://bit.ly/3EEjD9t

Complément d'information

9h00

Introduction [15’]

Éditer anthropocène, un engagement

Michel Lussault, Valérie Disdier — École urbaine de Lyon —, directeurs de la collection “À partir de l’Anthropocène”, Damien Gautier et Florence Roller — Éditions deux-cent-cinq —,

coéditeurs de la collection.

9h15-10h00

Panorama de l’édition contemporaine

Conférence [45’]

Julien Hage

Cette conférence visera à comprendre les caractéristiques du marché du livre en France, dans la diversité de ses acteurs et la richesse de ses secteurs éditoriaux. Julien Hage s’attachera à cerner la manière dont le champ éditorial français a profondément évolué depuis le tournant des années quatre-vingt et à étudier les renouvellements de l’offre éditoriale aujourd’hui disponible à l’ère numérique, à destination des différents métiers du livre.

Ce panorama de l’édition s’emploiera également à situer l’édition française dans le champ éditorial mondial face à ses homologues, en dégageant ses lignes de force et ses spécificités, tout en s’attachant aux nouveaux objets et produits issus du tournant numérique et des flux de la mondialisation culturelle, ainsi qu’aux initiatives actuelles en matière de biblio-diversité.

Julien Hage est maître de conférences. Pôle Métiers du livre de Saint-Cloud, Université Paris Nanterre et directeur du département Infocom/DUT Métiers du livre et du patrimoine.

10h15-11h

L’édition, engagements politiques et intellectuels

Conversation [45’]

Clémence Seurat, 369 Éditions

Nicolas Vieillescazes, Éditions Amsterdam

Animation: Florence Roller

Par le biais des témoignages des éditeurs, nous souhaiterions aborder ici, de manière informelle et non exhaustive, les sujets suivants:

— les différents modèles mis en place, en interrogeant

tout particulièrement leurs parcours professionnels, leurs choix

en matière de politique éditoriale, leurs relations avec

les auteurs, leurs types d’organisations et leurs modes de

commercialisation

— les stratégies de résistance à l’économicisation de l’édition— quel discours contre la marchandisation et la standardisation du monde éditorialD’une manière plus générale, il s’agit d’apporter un éclairage sur la réalité du rôle des petits éditeurs, leurs perspectives et de leurs attentes.

“369 est une maison d’édition plurielle qui connecte les savoirs, les arts, les technologies, le design et la recherche. Elle pense l’édition au sens large, comme un geste qui façonne et assemble. Elle suscite des liens inattendus entre les bouleversements écologiques, politiques, sociaux et scientifiques. 369 produit des livres et des rencontres qui cherchent à donner à chacun des outils pour agir et raconter le monde.”

369 éditions a été fondée par Jérôme Delormas, Fanette Mellier et Clémence Seurat.

Fondées en 2003 par Charlotte Nordmann et Jérôme Vidal, les Éditions Amsterdam assurent la traduction et l’édition d’ouvrages de philosophie, d’histoire et de sciences sociales, d’essais critiques et politiques. Elles ont notamment introduit auprès du lectorat français des figures majeures du monde anglophone, accompagné la “Spinoza Renaissance”, et travaillé les domaines des cultural studies, des gender studies, des postcolonial studies et de l’histoire atlantique.

Animées depuis 2016 par une nouvelle équipe sous la direction éditoriale de Nicolas Vieillescazes, les Éditions Amsterdam voudraient participer à l’émergence d’une génération de penseurs du XXIe siècle, tout en continuant à vous offrir le meilleur de la production intellectuelle de langue anglaise. Elles accueillent par ailleurs deux nouvelles collections: “L’ordinaire du capital”, qui publie des documentaires littéraires, et “Les Prairies ordinaires”, dédiée à la culture et aux arts. Ce faisant, elles espèrent contribuer à ce qu’en matière d’idées, la radicalité redevienne un marqueur d’exigence dans l’espace francophone.

11h15-12h00

La relation auteur / éditeur

Conversation [45’]

Intervenants en cours de confirmation

Animation: Valérie Disdier

Cette conversation mettre en lumière la relation entre

auteur et éditeur par le dialogue entre deux invités.

Ce format sera reconduit lors du deuxième volet du séminaire

en janvier avec un éclairage sur le binôme éditeur / designer graphique, puis designer graphique / imprimeur.

14h00-15h30

Passage à l’objet

Table ronde [4 × 10’ + 40’ échanges]

Animation: Lou Herrmann et Damien Gautier

1. Transmettre

Le design éditorial: Marie Proyart

– Le designer graphique, un acteur du livre.

– Les formes et formats du livre.

– Le design d’un livre: compréhension, organisation et mise en forme des contenus.

Marie Proyart est diplômée d’un master à la Werkplaats Typografie (Arnhem, Netherlands) en 2005. Elle travaille en tant qu’indépendante, principalement dans le domaine culturel et en particulier dans le champs de l’édition.

Certains de ses travaux ont été présentés à la 25e biennale de design graphique de Brno (République Tchèque). Elle a également créé, avec Jean-Marie Courant, l’identité visuelle du FRAC Provence Alpes côtes d’Azur (nominé pour le best design of the year 2014 du Design Museum, Londres) et fondé le studio Catalogue général.

Marie enseigne le design graphique et la typographie depuis 2010.

L’illustration didactique: Olivier Poncer

— La pédagogie par l’image.

– La transmission des savoirs et la méditation culturelle

par les arts visuels et numériques.

— Capacité du visuel à communiquer une lecture sensible

et critique du monde.

— Capacité du visuel à communiquer un point de vue,

un témoignage, une analyse, une mise en scène du réel.

— Le dessin: identité de sa facture graphique et usages.

— Quels dispositifs didactiques depuis l’Antiquité classique

jusqu’à aujourd’hui: médiums, possibilités offertes.

— Les outils didactiques numériques?

Olivier Poncer est enseignant et responsable de l’atelierde Didactique visuelle de la Haute école des arts du Rhin (HEAR) depuis 1998. Ses recherches concernent l’innovation pédagogiqueet les développements artistiques et techniques des dispositifs didactiques. Il est à l’initiative et porteur pour la HEARdu programme de recherche Didactique tangible — Convergences et interaction entre arts et sciences.

La photographie: François Deladerrière

Né en 1972, diplômé de l’École nationale de photographie d’Arles en 1999, François Deladerrière poursuit aujourd’hui un travail personnel et réalise des commandes portant essentiellement sur le paysage et l’architecture. Il a récemment contribué à l’ouvrage “Néolithique Anthropocène. Dialogue autour des 12 000 dernières années” coédité par l’École urbaine de Lyon et les Éditions deux-cent-cinq.

Le texte: Jean-Baptiste Veyrieras

Jean-Baptiste Veyrieras est journaliste scientifique.

Il contribue notamment à la revue Epsiloon.

16h00-17h30

2. Fabriquer Table ronde

[4 × 10’ + 40’ échanges]

Animation: Damien Gautier

Matières, chimie, fabrication et approvisionnement, transport: état des lieux sur les composants du livre

La fabrication d’un livre est un processus long qui mobilisede nombreux acteurs depuis la fabrication des matières nécessaires (papier, encres, toiles, colles, etc.) à leur utilisationen passant par leur acheminement vers les lieux de production (imprimeries, ateliers de façonnage, etc.)

Cette table ronde entre acteurs du livre vise à interrogerla situation actuelle, les évolutions constatées, les engagements pris, les conséquences écologiques, économiques, éthiques et sociales pour chacun, l’efficacité des mesures mises en place pour réduire l’impact écologique de la fabrication des livres, les perspectives d’évolution des pratiques.

Quelles sont les marges de manoeuvre?

Invités:

– Thomas Bout, Éditions Rue de l’échiquier

et Association pour l’écologie du livre

– Fanny Valembois, pilote “Livre” du projet

“Décarbonons la culture” au Shift Project

– Ann Eriksson, papetier (Arctic Paper)

L’association “L’écologie du livre” invite à penser les mondes du livre comme un écosystème. L’objectif est de construire de nouvelles perspectives communes sur les interdépendances entre les différents maillons de la chaîne. En prenant la question du livre par ses multiples usages — ce qu’on peut donc appeler ici une ‘écologie des usages’ —, l’association souhaite ouvrir la porte à un questionnement transversal sur les manières de faire, les modes de fonctionnement et les pratiques, avec l’ensemble des acteurs et actrices du livre.

The Shift Project est un think tank qui oeuvre en faveur d’une économie libérée de la contrainte carbone. Association loi 1901 reconnue d’intérêt général, elle est guidée par l’exigence

de la rigueur scientifique. Sa mission consiste à éclairer

et influencer le débat sur la transition énergétique.

17h45

Focus

Diffusion des savoirs scientifiques

Animation: Lou Herrmann

Quels sont les dispositifs de diffusion des savoirs scientifiques?

Frédéric Hellein, mathématicien

Partenaires

École urbaine de Lyon

Hôtel71
71 quai Perrache
69002 Lyon

https://ecoleurbainedelyon.universite-lyon.fr/site-francais/

Enssib, École nationale supérieure des sciences

de l’information et des bibliothèques

17/21, boulevard du 11 novembre 1918
69623 Villeurbanne

https://www.enssib.fr

 

Horaires

De 9h00 à 19h00

Adresse

Editions 205 24, rue Commandant-Faurax 69006 Lyon France

Comment s'y rendre

Enssib, École nationale supérieure des sciences

de l’information et des bibliothèques

17/21, boulevard du 11 novembre 1918
69623 Villeurbanne

 

Dernière mise à jour le 21 janvier 2022