DU CLOCHER ON VOIT LA MER

In extenso à la Friche sur l'invitation de Documents d'artistes
Exposition
Arts plastiques
Friche la Belle de Mai Marseille

Thomas Merret, 41°53’29" N 3°12’06" E, 2012. Tirage lambda contrecollé sur dibond, 113 x 92 cm, courtesy de l'artiste.

A l'invitation de Document d'artistes, In extenso, association d'art contemporain basée à Clermont-Ferrand depuis 2002, agissant tant sur son propre territoire qu’à un niveau national -  investit le Petirama avec Du clocher on voit la mer, son nouveau projet "Hors les murs".

Poursuivant la double empreinte des deux structures partenaires sur leurs territoires respectifs, d'une part, et sur les réseaux internationalisés de l'art contemporain, d'autre part, l'exposition  abordera les notions de culture commune et de spécificités... ou comment peut on s'inscrire - et agir en tant qu'individus, artistes, ou même structure d'art - dans un environnement local, et tout à la fois être impliqué au sein d'un réseau mondialisé. Les œuvres choisies pour cette exposition s’attacheront à montrer les liens ténus qui relient l’individu au groupe, le groupe au monde, les cultures locales au savoir mondial et avec elles, le passé au présent, mais un présent vivant, en changement.

Pour reprendre une idée développée par Anna Dimitrova(1), à propos de la définition que David Harvey donne de la mondialisation, celle-ci comporterait quatre phénomènes liés : l'instantanéité, l'interconnexion, l'interchangeabilité, et l'interdépendance. En d'autres termes, les évènements locaux sont intimement liés au développement du monde "mondialisé", et les deux sphères, interconnectées, s'influencent l'une l'autre. Toutefois, les œuvres présentées suggèrent toute la fragilité de nos cultures, la fragilité de l'ordre du monde - autant que celle de la nature - et notre devoir de vigilance. Claude Lévi-Strauss rappelait à cet effet que « [...] chaque culture se nourrit de ses échanges avec les autres cultures. Encore faut-il qu'elle y mette une certaine résistance faute de quoi, bientôt, elle n'aurait plus rien qui lui appartienne en propre à échanger. »(2) Ce qui montre bien l’importance qu’il y a à préserver nos spécificités pour qu’elles puissent contribuer à enrichir un degré de culture plus large. De son côté, l'écrivain Benoit Duteurtre(3) s'interroge au pourquoi - et particulièrement, ici, en Europe - nous mettons tant d'énergie à réduire nos particularismes, notamment en matière linguistique, au profit d'un anglais d'aéroport baragouiné. « Si l'Europe », nous dit-il, « se posait la question de son identité, il lui faudrait en effet reconnaître qu'elle représente un ensemble d'un genre particulier : véritable culture commune (c'est incontestable), fondée sur une multiplicité de cultures particulières. Elle refuserait en tout cas de s'en remettre au globish universel qui transforme toutes ces anciennes langues en dialectes incompréhensibles de l'extérieur. Faute de cette réflexion, nous vivons aujourd'hui dans cette étrange «union» où l'on prétend se rapprocher, alors qu'on parle de moins en moins la langue de nos voisins ; et où l'on préfère adopter continuellement le filtre anglo-américain plus ou moins maîtrisé, qui nous place dans la position du colonisé, contraint d'imiter une façon de parler, donc de penser, platement calquée sur celle de la City, du Pentagone, des universités américaines et des fonds de pension de l'Arizona. »

Ainsi, face à cette frayeur, face à la peur de se perdre, aplatis par le rouleau compresseur mondial, nous avons tendance à nous recentrer sur nos territoires locaux... La culture de pays/région/quartier devient un enjeu tant individuel que politique. Comme nous le rappelle la philosophe Annick Stevens(4), après avoir tant désiré être citoyen du monde, après avoir voulu embrasser d'autres cultures sans nostalgie pour la sienne en propre, un sentiment d’appartenance s’empare à nouveau de l’homme, notamment relayé par le biais de certains « […] mouvements altermondialistes, en particulier les associations paysannes et indigènes, (qui) affirment en effet que la défense de leur territoire est indispensable à leur survie et luttent pour la préservation de leurs racines culturelles contre l’uniformisation imposée par la culture capitaliste. » Mais le prisme mondial ayant redistribué les cartes, la définition a un peu changé. Comme nous le démontre l'optimiste Jérémy Rifkin, lorsqu'après avoir précisé que "la mondialisation, tant décriée, est d'abord celle de l'accès à la connaissance", il nous dit que devenu "Homo-urbanus", nous vivons en contact permanent avec des populations d'origines diverses. Et c'est aussi là que les cultures se côtoient, s'échangent et s'enrichissent les unes les autres.

Marseille, cette année capitale européenne de la culture, à l'identité si forte par ailleurs, nous semblait le bon endroit pour évoquer modestement ces quelques questions.

Marc Geneix


1. Anna Dimitrova , « Le « jeu » entre le local et le global : dualité et dialectique de la globalisation », Socio-anthropologie [En ligne], 16 | 2005, mis en ligne le 24 novembre 2006. URL : http://socio-anthropologie.revues.org/440

2. Cité par Benoît Duteurtre, En 2011, parlez l’européen, Le Figaro [en ligne], publié le 30/12/2010. URL : http://www.lefigaro.fr/mon-figaro/2010/12/30/10001-20101230ARTFIG00477-…?

3. idem

4. Annick Stevens, L’ancrage dans un territoire, exigence réactionnaire ou condition d’autonomie?, Réfraction [en ligne], publié le 20 novembre 2009. URL : http://www.refractions.plusloin.org/spip.php?article301

__

NB : Le titre de l'exposition est emprunté au nom de l'association des étudiants des Beaux-arts de

Clermont-Ferrand, active entre 1997 et 2005.


Tarifs :

entrée libre

Commissaires d'exposition

Horaires

mardi > dimanche 13h > 19h le vendredi jusqu'à 22h

Adresse

Friche la Belle de Mai 41 rue Jobin 13003 Marseille France

Comment s'y rendre

Dernière mise à jour le 2 mars 2020