DOUBLE BIND / ARRETEZ D'ESSAYER DE ME COMPRENDRE !

Exposition
Arts plastiques
Villa Arson Nice

Francesco Finizio, Canary Island, 2004. Collection Hervé Loevenbrück, Paris.

Les phénomènes de malentendus, altérations, hiatus, confusions et autres contresens dans notre société de communication, vus à travers le spectre d'une quarantaine d'artistes contemporains de diverses générations et nationalités. Les œuvres présentées marquent, chacune à leur manière, un point d’incompréhension entre l’homme et l’homme, l’homme et la machine ou entre la machine et la machine. Toute erreur peut aussi produire du sens, ou à défaut, une œuvre d’art. Commissaire : Eric Mangion Commissaires associés : Dean Inkster et Sébatien Pluot

Complément d'information

Malentendu, altération, incompréhension, aporie, confusion ou contresens, sont autant de dysfonctionnements ou d’anomalies – discrets ou manifestes – qui modifient en permanence le cours et la teneur de nos échanges. Pourtant, depuis le mythe babylonien d’une langue unique et universelle, jusqu’aux théories des correspondances, et plus récemment l’idéologie positiviste d’une traduction sans perte aidée par l’informatique, la quête d’une communication transparente traverse chaque époque.
Quatre ans après l’exposition "Transmission", le Centre national d’art contemporain de la Villa Arson revient sur le rapport entre art et communication avec une exposition intitulée DOUBLE BIND / ARRÊTEZ D’ESSAYER DE ME COMPRENDRE !. Il s’agit cette fois d’interroger la complexité des langages qui fait de la communication une entreprise singulière toujours renouvelée par les interprétations et les traductions.
L’expression Double Bind se réfère ici à la « double contrainte » que toute traduction, selon le philosophe Jacques Derrida, impose comme impératif : la nécessité et l’impossibilité sont contenues dans tout énoncé linguistique, de la transposition d’une langue à une autre. Si un énoncé fait nécessairement appel à la reconnaissance, la compréhension, et l’interprétation (sa traductibilité), il demande également que l’on respecte ce qui en lui échappe à la traduction, la part intraduisible qu’il recèle et qui constitue son caractère propre ou unique, son idiome. L’injonction « Arrêtez d’essayer de me comprendre ! » se réfère au psychanalyste Jacques Lacan et à la réponse qu’il aurait faite à l’un de ses auditeurs trop soucieux de vouloir saisir le sens de chacun de ses propos. Il s’agit, en l’occurrence, d’un exemple classique du « double bind » tel que l’a théorisé l’anthropologue Gregory Bateson dans les années 1950 : le destinataire d’une telle injonction ne pouvant y répondre sans y déroger, est placé dans une situation de dilemme et d’incertitude.
Les oeuvres présentées dans l’exposition révèlent diverses stratégies de transposition qui prennent en compte les effets d’altération et de distorsion qui surviennent dans la construction et le partage du sens : que ce soit dans le discours, dans le passage d’une langue à une autre, d’un médium ou d’un outil technologique à un autre, ou bien encore, à travers diverses formes de codifications. L’exposition témoigne ainsi d’une conception de l’art opposée à l’idéale d’immédiateté et de transparence de la pensée, chaque oeuvre affirmant à sa manière la discordance entre signe et référent, signification et sens, comme un élément inhérent au langage. La traduction est donc ici à comprendre au sens large, comme ce qui désigne non pas un simple outil de transmission inter-linguistique, mais un processus formel, voire un moyen créatif, dans la conception et l’interprétation de l’oeuvre.

Autres artistes présentés

A Constructed World, Boris Achour, Bas Jan Ader, Jérôme Allavena, Art & Language, Renaud Auguste-Dormeuil, Gilles Barbier, Robert Barry, Erick Beltrán, Stéphane Bérard, Christophe Berdaguer & Marie Péjus, Dominique Blais, Mel Bochner, Julien Bouillon, Pascal Broccolichi, Marcel Broodthaers, Cercle Ramo Nash, Marc Chevalier, Ma Chong, Gérard Collin-Thiébaut, François Curlet & Michel François, Anthony Duchêne, Jean Dupuy, Eric Duyckaerts, Omer Fast, Robert Filliou, Francesco Finizio, Henry Flynt, Ryan Gander, Jean-Baptiste Ganne, Dora Garcia, Mark Geffriaud, Alexandre Gérard, Claire Glorieux, Dan Graham, Joseph Grigely, Brion Gysin & Ian Sommerville, Raymond Hains, Temo Javakhi, David Jourdan, Ben Kinmont, Nicholas Knight, Silvia Kolbowski, Jirí Kovanda, Christine Kozlov, Joris Lacoste, Thierry Lagalla, Alvin Lucier, Christian Marclay, Aurélien Mole,
Robert Morris, Bruce Nauman, Rivane Neuenschwander, Dennis Oppenheim, Philippe Parreno, Gaël Peltier, Alexandre Perigot, Antoine Poncet, Will Potter, Noël Ravaud, Bettina Samson, Mathieu Schmitt, Yann Sérandour, Richard Serra, Pierre Thoretton, Lawrence Weiner, Cerith Wyn Evans, Raphaël Zarka

Partenaires

Avec le partenariat média de la Strada et le concours de l'hôtel Windsor.

Horaires

Le Centre national d’art contemporain est ouvert tous les jours de 14h à 18h. Fermeture le mardi et le 1er mai. Entrée libre.

Adresse

Villa Arson 20 avenue Stephen Liégeard 06105 Nice France

Comment s'y rendre

Dernière mise à jour le 2 mars 2020