Devenir Arbre

Debout depuis 10 ans
Exposition
Arts plastiques
Galerie Françoise Besson Lyon

/ DEVENIR ARBRE/

Debout depuis dix ans

 Jean Charasse - Xue feng Chen - Daniel Clarke - David Coste - Christine Crozat - Awena Cozannet - Chantal Fontvieille - Jean-Luc Amand Fournier - Patrice Giorda -  Frédéric Khodja  - Jane Le Besque - Dolores Marat - Jacques Migayrou - Clément Montolio - Laurent Mulot - Guillaume Robert - Anthony Verot.

 

 

Inspirateur de Françoise Besson, galeriste à la Croix-Rousse, le poète Yves Bonnefoy écrivit  "L'arbre existe sans moi. La vie sous cette forme est pure de moi, sans subjectivité, sans projection. Devant l'arbre, ma chance est d'entrer directement en contact avec l'inconnu, le pas moi."

 L’arbre pas moi ?

L’arbre nous inspire, nous guide, nous aide à respirer, nous  fournit nourriture, chaleur et abri. Il plie plus ou moins, ne rompt pas souvent, vit longtemps, nous aide à rester debout malgré les vents contraires. Il garde notre mémoire dans son écorce, la trace circulaire des années, des pluies et des sécheresses, l’inscription gravée de nos amours et de nous-mêmes. Il propose de les retrouver, de les fêter, de jouir du nevermore.

 Debout, la galerie Françoise Besson l'est depuis 10 ans. Pour marquer cet anniversaire, elle a rassemblé autour d'elle ses artistes, en hommage à leurs œuvres et en déclaration d'amour aux artistes, mais aussi à la vie : l'art envahira la rue à l'occasion du vernissage de l’exposition « Devenir Arbre », pour une soirée de performances, de concert et de lectures.

L'exposition commence par un petit cabinet de dessin au crayon, doublement produit de l’arbre, par le carbone de la mine et par la gaine de bois : chaque artiste que la galerie représente a préparé un dessin pour l’exposition, retour au trait de main, incarnation, souvent en annonce de l’œuvre qu’il y expose. L’exposition se poursuit par une sélection de 17 œuvres, media,  tableaux, sculptures, photographies et installations des artistes de la Galerie. D’une station devant un arbre à une autre devant un autre arbre, elle pénètre la forêt. Promenade: à chaque arbre, Françoise Besson, son équipe, et le Commissaire de l’exposition, David Gauthier, établiront le rapport entre l’artiste et une qualité de l’arbre.

Par la présence de l'arbre :

Françoise Besson est  impressionnée par l’arbre, par ce végétal souverain. Elle en a écouté la parole, senti la sève monter vers le ciel. Il ne s’agit pas d’une sensation inventée : la circulation de la sève arrache des cellules des canaux de la plante, ce qui détermine un courant électromagnétique que l’on sait depuis longtemps mesurer. Sur la colline de la Croix-Rousse, à Lyon, à la recherche de la lumière, elle construit sur un sol solide sa galerie, étage par étage. En l’arbre qu’elle salue, elle aime les racines et les branches, comme elle aime et admire ses artistes, autant de branches qui ont grandi à des vitesses et dans des directions diverses, et leurs œuvres, autant de feuilles en quête de lumière qu’elle aura offertes aux amateurs d’art contemporain.

Se tenir au pied de l'arbre, 

l'observer, le sentir, faire silence, opposer l'éphémère et le durable, se confronter à une temporalité qui n'est pas celle de l'homme, plus lente et plus longue. Au pied de l'arbre, prendre distance avec l'histoire de l'art contemporain ; laisser en contraste la rêverie se projeter dans le passé, en amateurs des Romantiques : Bernardin de Saint-Pierre ou Lamartine voient dans les arbres d’anciens témoins des âges écoulés.  L'immortalité terrestre de l'arbre est un thème récurrent : Lamartine assure, dans La Chute d'un Ange, que les cèdres du Liban verront le dernier jour comme ils ont vu le premier.

Plus persistant que la ruine de pierre, l’arbre vit : sacraliser la vie, c’est pour une culture assurer la sienne. Les cultures assassines meurent toutes de mort violente. L'arbre est une leçon, écrit Yves Bonnefoy : grâce à l'arbre, on peut aimer, réfléchir, penser en termes de vie plutôt que de connaissance. 

Devenir arbre,

à son pied, s’en approcher, s'y adosser pour alléger le poids du corps. L’embrasser, l'entourer de ses bras, même si nos bras ne sont pas assez longs pour que nos mains se rejoignent.

 

Pour Giuseppe Penone, qui a poussé loin la réflexion au niveau artistique, et pour la prolonger : incruster son corps dans l'arbre, créer une mémoire vivante, remettre un chêne tout jeune dans le tronc en bronze de l’ancien, détruit par la tempête, comme il l’a fait dans le parc de Versailles, c’est remettre l’homme dans la nature, respecter les proportions, redonner à chacun sa place et son rôle : devenir Arbre, c’est réfléchir en Homme.

Commissaires d'exposition

Autres artistes présentés

Jean Charasse - Xue feng Chen - Daniel Clarke - David Coste - Christine Crozat - Awena Cozannet - Chantal Fontvieille - Jean-Luc Amand Fournier - Patrice Giorda -  Frédéric Khodja  - Jane Le Besque - Dolores Marat - Jacques Migayrou - Clément Montolio - Laurent Mulot - Guillaume Robert - Anthony Verot.

Horaires

du mercredi au samedi, de 14h30 à 19h et tous les jours sur rendez vous

Adresse

Galerie Françoise Besson 10, rue de Crimée 69001 Lyon France

Comment s'y rendre

Dernière mise à jour le 2 mars 2020