DAVID ANCELIN

THE PINBALL WIZARD
Exposition
Arts plastiques
Galerie Olivier Robert Paris 03

La galerie Olivier Robert et la Monnaie de Paris présentent la première pièce monumentale de David Ancelin dans la cour de l’Hôtel de la Monnaie. THE PINBALL WIZARD David Ancelin est un « magicien du flipper ». Il est Tommy, le héros du premier opéra rock signé par The Who. Il a ce don, même aveugle, de sentir la balle, de percevoir ce qui nous échappe, de devenir Voyant. Il n’est sans doute pas anodin que Tommy détrône Local Lad, la star locale, incarnée dans le film par un Elton John juché sur de fantastiques chaussures géantes afin d’accéder à son flipper démesuré…. En effet, l’œuvre Flipper, 2008 présentée par David Ancelin à l’Hôtel de la Monnaie est une structure gigantesque de flipper, bancale, parcourue d’une guirlande lumineuse. Une carcasse haute de près de 5 mètres de haut, reprise de sa précédente pièce Flipper, 2006. L’agrandissement d’objets du quotidien est un phénomène récurrent de l’art contemporain actuel et agit, après celui de Claes Oldenburg, au mieux comme une vulgaire copie, au pire comme une tare. Seulement voilà, Ancelin n’agrandit pas notre quotidien. Il adapte son propre travail au lieu dans lequel il l’expose. Il se réinvente, s’interroge, se défie lui-même. Une démonstration d’intelligence artistique qui se pose comme un hommage à l’idée originelle du changement de taille, dans cette simple évocation de flipper. Ce rapport d’échelle implique une double modification : structurelle tout d’abord, puisque la pièce bascule dans le champ du squelette architectural avec l’utilisation de matériaux de construction issus du bâtiment. Humaine ensuite, de part son rapport au spectateur, devenu pour un temps inadapté, dépassé, inquiet ou émerveillé. Car il y a évidemment une relation au merveilleux qui parcourt ce flipper. Une sorte de fin de fête triste, une poésie nostalgique. Flipper, 2008 agit comme un signe, un révélateur de l’approche conceptuelle d’Ancelin. Elle invite le très respectable Hôtel de la Monnaie dans une danse étrange. Une relation s’installe dans l’espace entre l’œuvre et le lieu comme entre l’homme et la machine. Un balancement entre deux degrés de passé, deux forces, deux approches du monde contemporain, deux monumentalités. Cette fusion d’entités doubles se retrouve dans le traitement même de la pièce qui marie le minimalisme devenu joueur des Incomplete Open Cubes de Sol Lewitt à la mélancolie esthétique de Claude Lévêque. Plus structure que sculpture, l’œuvre suggère irrémédiablement un passé empreint d’insouciance, de jeunesse et de rock’n’roll. Un sentimentalisme qui transparaît surtout dans la guirlande d’ampoules issue des bals populaires, allusion aux anciens frontons de flippers, traversant la structure comme le déploiement du parcours de la balle d’acier. Une carcasse archivée, conservée ici, mais toujours vivante et lumineuse. Un passé instable, fragile, remémoré par une œuvre qui, malgré sa massivité, est titubante. David Ancelin sait sans doute, comme Tommy, que le flipper peut mener loin, très loin, si l’on sait en jouer. Le dominer, c’est s’assurer la gloire ; et donner l’opportunité à Local Lad de s’apitoyer: « What makes him so good ? »*…. * paroles extraites de Pinball Wizard, album Tommy, The Who. Ecrite et composée par Pete Townshend. Benjamin Bianciotto

Artistes

Partenaires

MONNAIE DE PARIS PALAIS DE TOKYO

Horaires

Tous les jours de la semaine 10h à 19h

Adresse

Galerie Olivier Robert 5 rue des Haudriettes 75003 Paris 03 France

Comment s'y rendre

Dernière mise à jour le 2 mars 2020