CRASH | LETTING INK DRY

Exposition
Arts plastiques
Galerie Wallworks Paris 10

Pionnier du street art, Crash commence à graffer les métros du Bronx au milieu des années soixante-dix à l’âge de 13 ans. Il est aujourd’hui exposé dans le monde entier. Son style reconnaissable est un mélange coloré de lettrages issus du graffiti et de portraits inspirés des comics américains et du Pop Art.


“Letting Ink Dry”, première exposition personnelle de Crash à la galerie Wallworks, rassemble 34 aquarelles récentes, des œuvres sur plaques d’immatriculation de voitures américaines, ainsi que dix peintures sur toile, emblématiques de sa production des années 1980 aux années 2000.

Complément d'information

Né en 1961 à New York, John Matos prend le nom de Crash au milieu des années 1970 et commence à poser, dès l’âge de 13 ans, des graffitis sur les lignes de métro du Bronx. En 1979, il rejoint les artistes Kel, Daze, Zephyr, Dondi et Futura au sein du Studio Graffiti, un projet financé par le collectionneur Sam Esses, qui leur permet de passer à la toile. Tous fréquentent alors le mythique Fashion Moda, créé en 1978 par Stefan Eins, lieu culte de la scène new yorkaise où se croisent, entre autres, Keith Haring, Jenny Holzer et de nombreux graffiti artists. En 1980, Crash y organise l’exposition au titre prémonitoire “GAS : Graffiti Art Success”. Le succès est en effet tel que, la même année, le New Museum of Contemporary Art de Manhattan reprend l’exposition, légèrement remaniée et intitulée “Events, Fashion Moda”. Les expositions présentées à Fashion Moda attirent alors l’attention des galeries américaines, puis européennes, contribuant à l’essor du mouvement graffiti.

A partir de 1983, et pendant près de dix ans, Crash est représenté par la Sydney Janis Gallery de New York, partageant les cimaises avec Keith Haring et Jean-Michel Basquiat. Fin 1984, il est invité à participer à l’exposition “5/5 Figuration Libre, France/USA” au Musée d’art moderne de la Ville de Paris.

Les œuvres de Crash ont été exposées à travers tous les Etats-Unis – ainsi qu’en Espagne, en France et aux Pays-Bas – et ont été acquises par un nombre impressionnant de collections publiques ou privées à travers le monde comme le Brooklyn Museum et le MoMA à New York, le NOMA de La Nouvelle Orleans, le Cornell Museum en Floride, la Rubell Collection à Miami, la fondation Frederick R. Weisman à Los Angeles, la fondation Dakis Joannou à Athènes, le Mambo de Bologne, le Groninger Museum de Groningen, le Stedelijk Museum d’Amsterdam…

Artistes

Partenaires

Graffiti Art Magazine

Adresse

Galerie Wallworks 4 rue Martel 75010 Paris 10 France

Comment s'y rendre

Métro Bonne Nouvelle (lignes 8 et 9) ou Château d’Eau (ligne 4)

Dernière mise à jour le 2 mars 2020