La politique d’André Malraux

Avec la création en 1959 du ministère des affaires culturelles par André Malraux, l’État s’engage pleinement dans la voie de la modernité. La création du service de la création artistique en 1962 permet de mener à bien cette politique dans le domaine des arts plastiques.

Les commandes se font plus rares mais plus ambitieuses : Marc Chagall et André Masson voient leur carrière consacrée par la commande de grands plafonds à l’Opéra de Paris et au théâtre de l’Odéon ; les premières maisons de la culture, symboles de la décentralisation culturelle, sont ornées de nouveaux emblèmes sculpturaux conçus par Henri-Georges Adam, Alexander Calder ou Étienne-Martin ; la ville d’Amboise est agrémentée d’une fontaine surréaliste imaginée par Max Ernst.

Max Ernst, Aux cracheurs, aux drôles, aux génies, 1944-2014

Max Ernst, Aux cracheurs, aux drôles, aux génies, 1944-2014, Amboise (FNAC 9577).

Une attention portée à la scène contemporaine

À partir du milieu des années 1960, les acquisitions s’orientent vers la scène internationale, marquant un tournant dans la politique d’achat de l’État. Les principaux mouvements artistiques français et internationaux de la seconde moitié du XXe siècle sont ainsi représentés : la seconde génération de l’Expressionnisme abstrait (Sam Francis, Shirley Jaffe, Joan Mitchell, Jean-Paul Riopelle) ; l’abstraction géométrique (Marcelle Cahn, François Morellet, Aurélie Nemours, Vera Molnar) ; l’art cinétique (Victor Vasarely, Takis, Nicolas Schöffer, Liliane Lijn, Julio Le Parc) ; les Nouveaux Réalistes (Arman, César, Niki de Saint Phalle, Jean Tinguely, Daniel Spoerri, Ben, Jacques Villeglé, Raymond Hains, Alain Jacquet, Jean-Pierre Raynaud) ; l’Arte Povera (Luciano Fabro, Pier Paolo Calzolari) ; le Pop Art (Andy Warhol, Ed Ruscha, Nicola L.) ; l’art minimal (Carl Andre, Sol LeWitt) ; l’art conceptuel (Joseph Kosuth, Lawrence Weiner) ; le Land art (Richard Long, Hamish Fulton) ; la Figuration narrative (Jacques Monory, Gilles Aillaud, Erró, Hervé Télémaque, Gérard Fromanger) ; Supports/Surfaces (Claude Viallat, Daniel Dezeuze, Louis Cane, Bernard Pagès, Noël Dolla) ; les Mythologies individuelles (Christian Boltanski, Annette Messager, Gérard Gasiorowski Jean Le Gac) et la Figuration libre (Robert Combas, Hervé di Rosa, François Boisrond).

Shirley Jaffe, Boulevard Montparnasse, 1968

Shirley Jaffe, Boulevard Montparnasse, 1968, huile sur toile (FNAC 29786). Dépôt au musée national d’art moderne, Paris.
 

Annette Messager, Effigie, 1985

Annette Messager, Effigie, 1985, acrylique et photographie sur toile libre (FNAC 35180). Dépôt au CAPC, musée d’art contemporain de Bordeaux.

Le renouveau des années 1980

À partir de 1983, le Cnap nouvellement créé est chargé de mettre en œuvre une politique de soutien à l’art public d’une ampleur inédite, mise en place par le ministère de la Culture et de la Communication. Ancrée dans la création contemporaine, elle permet le déploiement sur l’ensemble du territoire d’un important ensemble d’œuvres qui fait découvrir au grand public de nouvelles orientations artistiques (Arman, César, Giuseppe Penone, Joseph Kosuth, Richard Serra, Peter Stämpfli, Louise Bourgeois).

Richard Serra, Octagon for Saint-Éloi, 1991

Richard Serra, Octagon for Saint-Eloi, 1991, acier indaten. Dépôt à la Ville de Chagny.

De grandes donations

Le Cnap s’est porté acquéreur de grands ensembles qui font la richesse et la singularité de sa collection. En 1987, les artistes Jean Tinguely et Niki de Saint Phalle font don à l’Etat du Cyclop, œuvre collaborative monumentale installée dans la forêt de Fontainebleau.

La donation Albers-Honegger en 2002, déposée à l’Espace de l’art concret à Mouans-Sartoux, a permis à la collection du Cnap de s’enrichir d’un ensemble de plus de 700 œuvres représentatif des multiples tendances de l’abstraction géométrique. En 2012, la donation Lambert, riche de près de 600 œuvres déposées à la Collection Lambert en Avignon, a contribué à faire entrer dans les collections nationales des œuvres d’artistes majeurs comme Marcel Broodthaers, Donald Judd, Cy Twombly, Agnès Martin ou Jean-Michel Basquiat.

Jean-Michel Basquiat, She Installs Confidence and Picks his Brain Like a Salad, 1988

Jean-Michel Basquiat, She Installs Confidence and Picks his Brain Like a Salad, 1988, huile et acrylique sur bois (FNAC 2015-0063). Dépôt à la Collection Lambert en Avignon.

Diversité artistique et géographique – bâtir une collection pour le temps présent

Depuis les années 1990, la politique d’acquisition, qui s’appuie sur l’expertise de professionnels reconnus, se détermine par son éclectisme, par sa sensibilité aux courants émergents et par son caractère prospectif. Ainsi, une attention particulière est portée à la jeune création, mais aussi aux artistes plus confirmés peu présents dans les collections publiques françaises, garantissant ainsi parité et diversité.
La collection du Cnap s’est largement ouverte aux installations et environnements et plus récemment aux domaines sonores et performatifs. Ainsi des artistes aujourd’hui incontournables tels que Maurizio Cattelan, Thomas Hirschhorn, Gabriel Orozco, Felix Gonzáles-Torres, Carsten Höller, Ugo Rondinone, Philippe Parreno ou Pierre Huyghe ont été repérés de manière précoce.

Bernard Joisten, Dominique Gonzalez-Foerster, Philippe Parreno, Pierre Joseph, Video Ozone, 1989

Bernard Joisten, Dominique Gonzalez-Foerster, Philippe Parreno, Pierre Joseph, Video Ozone, 1989 (FNAC 91732).

Maurizio Cattelan, Sans titre, 1997

Maurizio Cattelan, Sans titre, 1997 (FNAC 980395).
 

L’acquisition de pièces d’Emily Jacir, Pascale Marthine Tayou ou Meschac Gaba reflète la mondialisation à l’œuvre, ou plus précisément, l’épanouissement et la mise en réseau de multiples scènes internationales. La scène latino-américaine a été particulièrement investie avec les œuvres de Carlos Amorales, Mariana Castillo Deball, Mario García Torres, Abraham Cruzvillegas, Fernanda Gomes, Daniel Jacoby, Gabriel Kuri, Amalia Pica, Naufus Ramirez-Figueroa ou Hector Zamora. On peut également souligner l’attention soutenue aux scènes du Maghreb et du Machrek, que traduisent les acquisitions d’Anna Boghiguian, Younès Rahmoun, Simone Fattal, et à l’Iran, avec Neda Razavipour ou encore Ramin et Rokni Haerizadeh et Hesam Rahmanian, entre autres. Les œuvres Jean-François Boclé, Thierry Tian Sio Po, Minia Biabiany commencent à donner un aperçu de la richesse et du dynamisme des scènes caribéennes. Pour le continent nord-américain, les œuvres de Peter Coffin, Michael E. Smith, Abigail DeVille, Liz Magor figurent parmi les récents achats.

Gabriel Kuri, Items in Care of Items, 2008

Gabriel Kuri, Items in Care of Items, 2008 (AP12-3 (19)).
 

Younes Rahmoun, Tâqiya-Nôr (Bonnet-Lumière), 2016

Younes Rahmoun, Tâqiya-Nôr (Bonnet-Lumière), 2016 (FNAC 2020-0214). Vue de l'exposition "Le Tour du jour en quatre-vingts mondes", CAPC, Bordeaux, 2021.

La représentation de la scène française demeure un axe central, qu’il s’agisse d’accompagner le développement des parcours ou de repérer la génération émergente. Des œuvres de Mathieu Abonnenc, Kader Attia, Hicham Berrada, Maja Bajević, Laëtitia Badaut Haussmann, Will Benedict, Katinka Bock, Ulla von Brandenburg, Mathis Collins, Julien Creuzet, David Douard, Mimosa Echard, Aurélien Froment, Renaud Jerez, Laura Lamiel, Benoît Maire, Mélanie Matranga, Camille Henrot, Lili Reynaud Dewar, Gyan Panchal, Laure Prouvost, Sarah Tritz, Liv Schulman, Anne-Marie Schneider ont ainsi été récemment acquises.

Aurélien Froment, 9 Intervals, 2011 - 2012

Aurélien Froment, 9 Intervals, 2011 - 2012 (FNAC 2013-0565).
 

Ulla von Brandenburg, Curtain, 2007

Ulla von Brandenburg, Curtain, 2007 (FNAC 10-095).

La création sonore a fait l’objet d’une attention particulière ces dernières années avec notamment Oliver Beer, Céleste Boursier-Mougenot, Dominique Blais, Vincent Epplay, Nicolas Moulin, Dominique Petitgand, Emilie Pitoiset, Jérôme Poret, Rainier Lericolais. De même les pratiques performatives ont été collectionnées avec constance, sous forme de protocoles, vidéos, props, traces, qu’on pense aux œuvres de Marina Abramović, Boris Achour, Davide Balula, Louidgi Beltrame, Cecilia Bengolea, Marie Cool et Fabio Balducci, Carole Douillard, Dora García, Ikhéa©Services, Violaine Lochu, les gens d’Uterpan, Marianne Mispelaëre, Abraham Poincheval et Laurent Tixador, La Ribot, Denis Savary, Tino Sehgal.

Nicolas Moulin, Goldbarrgorod, 2008

Nicolas Moulin, Goldbarrgorod, 2008 (FNAC 2011-0487).

Davide Balula, Mimed Sculptures, 2016

Davide Balula, Mimed Sculptures, 2016. Performance, 2/4 (FNAC 2018-0109).

Aux côtés des sculptures et des installations, l’histoire de la peinture se poursuit avec les œuvres de Farah Atassi, Julie Beaufils, Nina Childress, Nathalie Du Pasquier, Dominique Figarella, Armand Jalut, Christian Hidaka, Samuel Richardot, Nicolas Roggy, Anne-Laure Sacriste, Laurent Proux, We are the Painters.

Nina Childress,	Hedy, 2012

Nina Childress, Hedy, 2012 (AP20-1(12)).

Christian Hidaka, Frontier Monument, 2009

Christian Hidaka, Frontier Monument, 2009 (FNAC 2013-0357).
 

Les champs du multiple et du livre d’artistes sont régulièrement enrichis : des éditions de Claude Closky aux archives d’Untel, des livres d’On Kawara aux magazines ToiletPaper ou S.M.S.

Chaque année, le Cnap commande à des artistes des œuvres, qui rejoignent la collection. La politique de commande concerne tous les champs des arts visuels : en 2020 ont été notamment lancés les programmes de commande publique « La vie bonne » dédié à la performance par des artistes femmes, en partenariat avec AWARE, ainsi qu’une commande nationale d’estampes, dans le cadre de l’année de la bd, en partenariat avec l’ADRA et la Cité internationale de la bande-dessinée et de l’image.

Dernière mise à jour le 10 mars 2021