CHARLOTTE VITAIOLI

Charlotte Vitaioli, A Ballet for Two Trees and a Bird

A Ballet for Two Trees and a Bird, 2019
Performance, tissus peints, et teinture

Biographie

Née le 20 aout 1986 à Rennes, Vit et travaille à Rennes

Charlotte Vitaioli a fait ses études à l'École des Beaux-Arts de Quimper et vit actuellement à Rennes où elle est née en 1986. Depuis son oeuvre a pu se développer avec une grande diversité de moyens. L'artiste s'y montre aussi à l'aise dans la conception de polyptyques aux formats démesurés qu'elle peut user de moyens plus légers dans la réalisation d'objets ou de peintures aux dimensions plus modestes.

En restant intéressée par la performance qu'elle a pratiquée lors de son cursus, comme elle peut avoir recours aujoud'hui à des techniques artisanales pour sa démarche artistique, Charlotte Vitaioli saisit tous les moyens d'expression à sa disposition et bouscule ainsi les hiérarchies convenues entre les beaux-arts, les arts décoratifs ou les arts appliqués.

Ses sources iconographiques vont puiser dans de multiples références aux mythologies et à la culture artistique du XIXème siècle, auxquelles elle mèle souvent des images plus immédiatement contemporaines. Elle pratique les savoir-faire traditionnels pour fabriquer des objets, des vitraux, des peintures sur soie, des céramiques comme des broderies et elle peut tout autant s'investir dans une installation végétale ou dans des films vidéo. La singularité de Charlotte Vitaioli réside donc bien dans sa grande capacité à composer sans heurt avec les circontances qui se présentent à elle, cela sans renier son imaginaire et son goût pour une histoire des arts convoquant le néo-gothique anglais, le Bauhaus allemand ou les arts populaires amérindiens, entre autres. Paradoxalement, les disparités techniques autant que visuelles de ses productions finissent par élaborer un univers personnel empreint de mélancolie qui révèle sa cohérence lors de ses accrochages.

Ses recherches picturales l'ont amenée à réaliser des peintures oniriques et distancées, inspirées des estampes japonaises comme des espaces paysagers d'Henri Rivière. On y retrouve dans ses oeuvres cette simplification des paysages qui avait permis de rapprocher dans une exposition en Suisse les tableaux de Félix Vallotton et ceux d'Alex Katz. Comme des icônes élémentaires de paysages stéréotypés, ses peintures, faussement paradisiaques, masquent une secrète hantise du temps qui fuit, car sa pratique, usant de la gouache pour simplifier les motifs, vise bien à évoquer les apparences fragiles de ces moments sereins passés à contempler la nature.

Jacques Py

Site internet et réseaux sociaux

Source

Documents d'artistes Bretagne - Partenariat Centre national des arts plastiques / Réseau documents d'artistes.

Dernière mise à jour le 29 juillet 2020