Catherine Maria Chapel

Traversées
Exposition
Arts plastiques
Galerie Maria Lund Paris 03
Se glisser entre deux nuages, aller a la rencontre de l’aube dans une clairière, contempler la lueur bleue de la neige… ou bien traverser une eau qui serait celle des mythes : pourquoi pas ? Tout comme on peut se fondre dans un jardin dont les parfums deviennent visibles ou devenir un avec l’ombre, voir pénétrer la peau pour passer dans l’inconnu du charnel … Nous voguons entre imaginaire et réalité, entre vision et sensation ; les mondes se mêlent. S’installe une reconnaissance de ce pour lequel les mots ne suffisent pas, une identification instinctive, telles sont les « Traversées » de Catherine Maria Chapel. Rappelons que le verbe « traverser » signifie aussi bien le passage physique d’un bout a l’autre d’un espace que le fait de vivre une expérience, une émotion, de se laisser traverser, être dedans, – et ainsi - se sentir en vie. Le projet est ambitieux, les moyens simples : une peinture abstraite dans le sens d’un condensé de visions, de formes, un éloignement de l’image connue afin d’en proposer une qui rend perceptible une autre part de notre réalité. Abstraite aussi dans ce sens où elle tend a décrire par le visuel et par une matière tangible plus ou moins substantielle – a savoir l’aquarelle, l’encre, le pastel et le papier – ce qui releve des émotions, du sensoriel, du mental, de ce rapport subtile, intime et fugitif qui nous relie a tout instant avec nous même, avec les autres et avec tout ce qui nous entoure. La veine est symboliste, une forme de mystique y est inscrite ; la traversée implique aussi un désir de transcendance. Qui est familier avec l’œuvre de Catherine Maria Chapel remarquera une évolution vers du plus lâché, plus brute et plus dynamique. Une forme de violence s’est introduite ; les traits sont souvent plus larges, or elles cohabitent avec des zones délicates très en détails où foisonne l’éclosion des graines de pigment, les auréoles lumineuses des gouttes de couleur ainsi que des incisions et des scarifications de la surface du papier. Une matière plus en substance, plus insistante, celle du pastel y a également trouvé une place : le pastel entoure, souligne et ancre là ou la transparence quasi immatérielle de l’aquarelle propose des voiles et l’encre une matière ténébreuse. Les compositions sont frontales, le premier plan se présentant souvent comme un obstacle à franchir ou une sorte de « cadre » s’ouvrant sur un arrière plan en perspective (à l’aube, Traversées, Eblouissement) ou bien il s’agit de visions très rapprochées – de l’immense ou du tout petit (Eden, Naïades I et II). Un sentiment de grande intensité émane de cet ensemble d’œuvres. Face à face avec Traversées, nous sommes entrainés. Catherine Maria Chapel (1968-….) a été l’élève de Luigi Tomaso d’Elia. Depuis 1992 ses œuvres ont fait l’objet d’expositions en France, à Singapour et à New York. L’exposition à venir est sa deuxième exposition à la GALERIE MARIA LUND – précédée par TERRES APERCUES (2008). A Paris son travail a également été présenté au Salon du dessin contemporain (2007 et 2008) ainsi que dans le cadre de l’exposition DESSIN – AFFIRMATIF ! (2009) à la GALERIE MARIA LUND. En 2006 l’artiste a bénéficié d’un séjour à la Josef and Anni Albers Foundation, Connecticut.

Horaires

Mardi au samedi - 12h - 19h

Adresse

Galerie Maria Lund 48 rue de Turenne 75003 Paris 03 France

Comment s'y rendre

Dernière mise à jour le 2 mars 2020