Bruit Bleu

Glenda León
Exposition
Arts plastiques
Château des Adhémar - centre d'art contemporain Montélimar

« Le bruit est bleu, comme dans ce dessin dit « acoustique » qui montre une boule de papier découpé et chiffonné. Ou alors il prend la forme, ici, d'un « carré de musique », devient, là, « boîte à musique » : cette dernière, un assemblage de vieux CD, découpés et disposés en objet rectangulaire, s'apparente d'ailleurs à une petite caméra numérique avec sa lentille rétractable. La musique avec Glenda León, c'est d'une belle évidence, a une forte teneur visuelle » (Collaborateur du devoir, 2012). 

Issue de l’univers de la danse et de la musique (américaine et cubaine, classique et électronique), Glenda León est une artiste vidéaste formée aux nouveaux médias qui développe une approche pluridisciplinaire, du dessin à la photographie en passant par l’installation.

S’intéressant aux interstices entre visible et invisible, bruit et silence, éphémère et éternel, elle déploie un dialogue entre musique et arts visuels, riche d’un imaginaire lié aux sciences cognitives (le rêve, le surnaturel, le paranormal...), et propose des mises en espace sonores et des dispositifs imagés.

Donnant à « voir la musique et à colorer le son », sous la forme d'incursions poétiques, elle interfère avec le quotidien, met à distance le réel et propose une temporalité distendue, une interruption du cours des choses telles qu'elles se manifestent habituellement : des voitures filmées sur deux écrans, passent et se croisent dans une symétrie de couleurs et de mouvements rejouant les jeux enfantins, une jeune femme allongée dans l'herbe porte une robe fleurie, respire profondément et engendre ainsi la pousse puis l'éclosion d'une fleur qui émane du motif de sa robe.

Ces légers glissements refondent le regard sur le quotidien et le connotent d'une forme de légèreté.

« Bruit bleu » est une exposition qui réunit trois des thématiques au cœur du travail de Glenda León: d’une part, l’exploration du silence intérieur, de l'espace intime, de la contemplation pure affranchie du bruit, avec des pièces minimales composées autour d’une émulation des sensations.

D’autre part, une réflexion sur le monde, sur la situation planétaire  et qui résulte d’une observation depuis ce silence intérieur. « Nuit étoilée », « L'écoute des étoiles » matérialisent l’approche intellectuelle et sensible de l’artiste autour de ce sujet.

Le troisième axe est celui de l’attention de la jeune plasticienne face au cosmos, à notre relation avec l’univers.

Au travers de ces items, Glenda León nous propose une exposition composée de pièces  empruntes de poésie, de symboles, de métaphores mais aussi de sonorités chromatiques et de silences visuels.

Passionnée d’électronique, elle « cherche à favoriser la connexion entre l’être humain, son environnement, et ses propres sensations », à favoriser une dynamique introspective.

Ainsi, par l’utilisation de matériaux pauvres, " par des oeuvres sobres, dépouillées à l’extrême, minimales, d’une intense beauté qui témoignent d’une grande maîtrise conceptuelle dans un contexte historiquement chargé" (Geneviève Marot, historienne et critique d'art), Glenda León affirme sa vision personnelle : « tout comme la magie, l’art réside dans l’acte de transformer, acte qui consiste parfois en le simple fait de provoquer une concordance. »

C’est la troisième exposition monographique en France de cette jeune plasticienne reconnue sur la scène internationale et peu visible sur le territoire malgré une exposition importante chez sa galeriste Dominique Fiat en 2010 (« Délirios ») et au Plateau (2007, « Mar interno ») précédemment ; l’occasion de découvrir un ensemble de pièces inédites produits autour de sa connivence avec l’univers du son comme matière à explorer sur une variété de supports - installations, sculptures, vidéos –.

« Bruit bleu »… ou comme si, avec cette artiste socialement engagée, une des partitions expérimentales, qu’elle soit perchée sur une échelle de 4 mètres ex-situ ou dévoilée sur un support papier accroché sur les murs du château, devenait une entité palpable.

* Le titre de l’exposition renvoie à un tableau sur lequel Glenda León a fixé une boule de rubans magnétiques provenant d’une cassette audio, un ruban enchevêtré et teint en bleu. « J’ai pris le ruban dune cassette et je l’ai mis en boucle : ça produit comme un bruit. Et le résultat ressemble à un cœur. »

 

L’artiste

Originaire de La Havane, Glenda León (1976) Glenda Leon a fait des études en art et en danse à Cuba avant d’étudier les nouveaux médias à Cologne (Allemagne).

Son travail s’étend du dessin à l’art vidéo, en passant par les installations, objets et photographies.  C’est  une figure majeure de l’art conceptuel cubain des décennies récentes, reconnue sur la scène internationale et dotée d’une visibilité de plus en plus grande en Europe : elle est représentée par la galeriste parisienne Dominique Fiat.

Glenda León a exposé à Cuba, en France, en Allemagne et au  Canada. Ses œuvres sont visibles dans des musées nord-américains (Houston et Pittsburgh), et au Centre Georges Pompidou à Paris.

En 2010, Glenda León a obtenu une bourse de résidence de la Fondation Darling (à Québec) où elle a séjourné plusieurs mois. Dans le suivi, des œuvres issues de l’exposition « la terre est bleue comme une orange » présentée au Musée des Beaux-Arts de Montréal ont été acquises et sont rentrées dans les collections de cette institution.

www.glendaleon.com

Expositions récentes : 

2012 Biennale de la Havane (Cuba), La Rocca, Centro per l’Arte Contemporanea, Umbertide, Perugio (Italie), Fiac Art Fair (Paris), Loop Video Art Fair, Barcelone (Espagne), Galerie MagnanMetz Projects (Etats-Unis)

 

Commissaires d'exposition

Artistes

Partenaires

Galerie Dominique Fiat (Paris), Galerie Habana (La Havane), MagnanMetz Projects (New-York), Conservatoire intercommunal (Montélimar)

Adresse

Château des Adhémar - centre d'art contemporain 24 rue du château 26200 Montélimar France

Comment s'y rendre

Dernière mise à jour le 2 mars 2020