Bertrand Lamarche

The Funnel
Exposition
Arts plastiques
La Galerie, centre d'art contemporain de Noisy-le-Sec Noisy-le-Sec

Bertrand Lamarche, Réplique, 2008, installation (détail : projection), courtesy galerie September, Berlin, Collection Frac Centre

La Galerie, Centre d’art contemporain de Noisy-le-Sec, consacre une exposition personnelle à Bertrand Lamarche, artiste né en 1966 et travaillant à Paris – un choix qui s’inscrit artistiquement dans la lignée de l’exposition collective « Cosmogonies » (2006) et de l’exposition personnelle d’Evariste Richer « La Rétine » (2007). Croisant art cinétique et subjectivité, architecture et science-fiction, cinéma élargi et inconscient, les maquettes, installations et vidéos de Bertrand Lamarche matérialisent des phénomènes de projection physique et mentale, qui s’ancrent dans la réalité pour mieux s’en distancier. Depuis son exposition parisienne à Glassbox en 2006, Lamarche n’avait pas présenté d’ensemble important d’oeuvres en Île-de-France. Cette exposition à Noisy-le-Sec permet enfin de découvrir de nouvelles productions dans un dialogue avec des travaux plus anciens que l’artiste a souhaité revisiter pour l’occasion. Intitulée « The Funnel » – terme employé pour désigner la formation d’une tornade – l’exposition déploie les recherches de Bertrand Lamarche autour de la vision, la modélisation et l’échelle, tout en prolongeant ses recherches formelles précédentes sur la métamorphose à travers l'utilisation de figures récurrentes telles que les ellipses, spirales, cônes et tores. Tissant des liens entre le langage cinématographique, le son, la météorologie et l'urbanisme, les diverses pièces présentées convoquent de façon ludique des univers propres à la machine, au vertige et à la maquette, dans une approche visuelle directe mais néanmoins inquiétante. Dans l’architecture de La Galerie à peine modifiée pour l’exposition, cinq dispositifs seront présentés. Des machines à fantasmagories contrastent, par la simplicité de leur mise en oeuvre, avec la puissance d’évocation qu’elles génèrent. Enregistreuses de réalité, elles en livrent, en image, une version métamorphosée, dégradée par la décomposition lente de leur mouvement perpétuel, amplifiée par une mise en abîme plurielle, à la fois contextuelle et projetée. Les visiteurs assistent à la représentation en acte d’un décalage, voire d’un dédoublement du réel en cet « autre » fictionnel, fantasmé. Une autre fiction, présentée dans l’exposition, s’inscrit dans le champ de l’architecture dite « de papier ». La maquette d’un site réel, frappé ici par une temporalité décalée, est infiltrée, voire contaminée par des projets sans commanditaire.

Complément d'information

Les oeuvres de l'exposition "The Funnel"

Réplique (2008) est une nouvelle installation produite par La Galerie, présentée au Printemps de Septembre à Toulouse et dont la première version a été récemment acquise par le Frac Centre à Orléans. Dans une salle sombre, un faisceau lumineux vient se réfléchir sur un tableau composé de papier-miroir que pressent deux stylets rotatifs, projetant sur le mur les lents mouvements des reflets du miroir déformé. Simulacre sans trucage, ce déploiement hypnotique, progressif et en temps réel, joue de notre faculté à identifier inconsciemment des formes (volutes de fumée, insectes…).
Cyclotunnel (A movie set) (2008) est une sculpture inédite produite pour l’exposition, en deux parties. Un cône en pvc posé sur un paysage dont l’échelle reste fluctuante évoque la machine à voyager dans le temps « The time tunnel », icône récurrente du cinéma de science-fiction américain, ainsi qu’un appareil optique, une longue vue. L’intérieur du cône est filmé en temps réel par une caméra 16/9ème. Projetée dans une autre salle, l’image déformée et animée mécaniquement par les variations de lumière sur la sculpture, apparaît avec l’effet « miroir » propre aux origines de l’art vidéo, comme une succession d’anneaux, dans un mouvement compulsif à l’infini.
Sans titre (2008) est une installation sonore et visuelle inédite, produite pour l’exposition. Un dispositif se compose d’un amplificateur et de deux haut-parleurs reliés par un fil au bras d’une platine, sur laquelle tourne un disque en acétate dont les sillons ont été gravés sans aucun son.
Suggérant un autre niveau de lecture du réel, les vibrations amplifiées du haut-parleur évoquent le sifflement du vent dans une tempête et font vibrer le fil, tel un oscilloscope, en écho à une scénarisation fantomatique de la maison abritant le centre d’art.
Lobby (Hyper Tore) (2003) est un tore en conduit d’aluminium se retournant sans fin sur lui-même, animé par un moteur en rotation. Objet à mi-chemin entre machinerie et organisme vivant, il pourrait également constituer, en tant qu’élément de maquette d’une ville imaginaire, le hall d’entrée d'un building (lobby), dans lequel on s’engouffrerait.
Enfin, The Model (After Nancy) est une maquette en processus depuis 1993 du site de la gare de Nancy où l’artiste juxtapose, avec une volontaire hétérogénéité, des constructions existantes, des architectures fictionnelles, des reconstitutions imaginaires d’époques antérieures et des projections dans le futur. Projet commencé en 1993, sa forme inachevée évolue à chaque fois qu’il est exposé. L’artiste viendra régulièrement compléter la maquette durant l’exposition à La Galerie.

Autres artistes présentés

Bertrand Lamarche

Partenaires

La Galerie, Centre d’art contemporain, est financée par la Ville de Noisy-le-Sec, la Direction régionale des Affaires culturelles d’Île-de-France - Ministère de la Culture et de la Communication, le Conseil général de la Seine-Saint-Denis et le Conseil régional d’Île-de-France.

Horaires

Horaires d’ouverture : Du mardi au vendredi de 14 h à 18 h Samedi de 14 h à 19 h Fermeture du 21 décembre au 1er janvier inclus

Adresse

La Galerie, centre d'art contemporain de Noisy-le-Sec 1 rue Jean Jaurès 93130 Noisy-le-Sec France
Dernière mise à jour le 2 mars 2020