Aux pays des merveilles (Acte I)

Anya Belyat-Giunta, Makiko Furuichi, Sarah Jérôme, Claire Morel, Sarah Navasse-Miller
Exposition
Arts plastiques
Vachet-Delmas Sauve
Anya Belyat-Giunta, Pinocchio, 2022, graphite et crayon sur papier, 24 x 18 cm

Que faire d’un livre sans image ni dialogue ? C’est la question que se pose Alice avant de suivre le lapin et de rejoindre le pays des merveilles. C’est la question d’une enfant face à l’ennui mais aussi de Lewis Carroll qui va dans son œuvre multiplier les rencontres et les associations linguistiques pour créer un univers à part. “L’image est un refuge” comme le rappelle Claire Morel, qui est arrivée au dessin de manière autodidacte et apprécie la liberté qui y règne, celle de l’association libre et qui s’affranchit du langage pour créer de nouveaux mots. Les images d’Alice au Pays des merveilles ou De l’autre côté du miroir ont marqué des générations d’artistes en passant bien sûr par les surréalistes et Salvador Dali et c’est encore elles qui réunissent les artistes présentées par la galerie Vachet-Delmas. Il ne s’agit pas d’illustrations mais bien d’images qui proposent à force d’alchimie, une vision imaginaire du monde, tour à tour monstrueux et grotesque. Un côté anarchique que l’on retrouve dans la pratique de Claire Morel qui par le dessin, la peinture se propose d’affronter ce qui peut être dur ou triste et de rendre la réalité vivable comme un conte.

Les artistes rassemblées par la galerie Vachet-Delmas entretiennent avec le pays des merveilles une lecture suivie, faites d’allers et retours. Tout se joue dans les moments de bascule chez Sarah Jérôme qui par des sculptures ou des dessins sur papier calque nous ramène à l’expérience d’un corps et à des sensations tactiles. L’entrée au pays des merveilles se fait pour Alice par des changements d’échelle ; elle grandit et rapetisse et nous met face à un vertige ou une position inconfortable. C’est dans ce point de passage comme dans d’autres récits de métamorphose que l’artiste peut projeter une expérience intime par le biais de recadrages. Sarah Navasse-Miller porte une attention similaire au langage corporel, à la gestuelle mais ses traits sont plus réalistes. En dédoublant des figures, en faisant coexister différentes temporalités dans le dessin, elle propose des récits croisés et des histoires alternatives comme vue au travers d’un miroir.

Dans les pays des merveilles, l’univers d’Alice côtoie celui de Pinocchio pour Anya Belyat Giunta qui s’intéresse plus largement aux récits d’initiation et à ses propres souvenirs d’enfance. Elle considère le dessin comme une matière textuelle, comme un texte écrit en soi qui permet de transformer les traumas en quelque chose de beau, inattendu et magique. Les encres et aquarelles de Makiko Furuichi, par leur foisonnement de couleur enchantent l’oeil au premier regard, quand bien même une observation plus scrupuleuse peut faire naître une inquiétude, une étrangeté. Dans son monde merveilleux, on se perd dans les feuillages luxuriants et les animaux rodent tels des ombres changeantes. Les apparences sont troubles et les visages relèvent du masque. Le pouvoir d’évocation est total. L’exposition Aux pays des merveilles rassemble comme un livre d’image et de dialogue ces différentes œuvres et prête à l’étonnement, à l’admiration.

Un émerveillement au premier sens du terme. `

Henri Guette

Horaires

Exposition sur rendez-vous

Caroline Vachet-Delmas,  +33 (0)6 22 35 45 93, contact@galerievachetdelmas.com

 

Adresse

Vachet-Delmas 2 Rue de l'Eveche 30610 Sauve France
Dernière mise à jour le 10 mars 2022