Art et Nature

Conférence François Bazzoli
Arts plastiques
Esox Lucius Saint-Maurice-lès-Châteauneuf

 

CONFERENCE « ART ET NATURE »


DE L’HISTORIEN D’ART FRANÇOIS BAZZOLI

19août 2016 à 20h30

 

Cette conférence devra rapprocher le patrimoine ancien au patrimoine de demain.

L’art contemporain n’a, en effet, pas fait table rase des pratiques artistiques passées. C’est dans un propos intelligemment vulgarisé et non dénué d’humour que l’historien d’art François Bazzoli  nous révèlera les passerelles entre ce que furent et ce que sont les pratiques artistiques dans toutes leurs diversités.

Le choix de la thématique de cette conférence, à savoir l’art et la nature ( le minéral, le végétal, l’animal) a été arrêté, après réflexion, pour être en lien avec la spécificité de notre région. Il s’agit, en quelque sorte, d’une conférence « In Situ »  

L’historien auteur des « dérives botaniques » sait que l’art contemporain qu’il a enseigné aux Beaux Arts de Marseille, ne peut nier ses références à l’histoire et à son patrimoine.

En tout temps, l’artiste a nourri ses pratiques de références à l’histoire, qu’elles appartiennent au paléolithique ou à des époques plus récentes.

Tarifs :

participation libre

Complément d'information

Courte présentation
Minéral
Depuis les cabinets de curiosités du XVIe siècle et les planches gravées des grands dictionnaires scientifiques, la représentation des minéraux a changé. Que ce soit les pierres de nuages dans la Chine du XVIIIe siècle ou les pierres peintes italiennes, c’est dans l’art que l’on trouvera régénérée l’idée de minéralité, à travers les grands paysages montagneux, surtout romantiques, et dans l’art du XXe siècle, la pierre comme matériau gardant ses caractères physiques loin de la sculpture. Avec des illustrations qui permettent de reconstituer l’apport de l’esprit du minéral, une traversée esthétique de l’iconographie de la pierre.
Animal
La représentation de l’animal d’élevage (vache, poule, cochons), est extrêmement ancienne et le portrait de vache ou de cheval a été inauguré par le peintre néerlandais Paulus Potter (1625-1654). Très présents dans le classicisme et le paysage académique, les animaux d’élevage, y représente la campagne bucolique, souvent italienne. Mais il ne faut pas croire qu’il disparaisse de l’art moderne et contemporain. De nombreux artistes dont Bury et Niki de Saint-Phalle vont en tirer des variations inédites et surprenantes. Illustrée par de nombreuses œuvres, l’évolution de ces représentations permettra d’approcher la place de l’animal domestique dans l’histoire de l’art.
Végétal
Le paysage en tant que genre n’apparaît que tardivement dans l’histoire de l’art au XVIe siècle. Avant il n’était que le fond des grandes scènes religieuses ou mythologiques. Devenu un genre en soi, et sous l’influence des grands traités botaniques (les fleurs du peintre Redouté à partir de 1778, notamment), la représentation de l’arbre va devenir une espèce de portrait en soi avant que les artistes modernes et contemporains ne l’élise comme sujet et objet d’un rapprochement entre art et nature. Un grand nombre d’œuvres surprenantes amèneront à visualiser toute la richesse du thème végétal et des liens entre art et botanique.

Commissaires d'exposition

Partenaires

DRAC Bourgogne Franche Comté - Conseil régional de Bourgogne Franche Comté - Conseil Départemental de Saône et Loirees

Adresse

Esox Lucius Le Quai(294M9) la Gare 71740 Saint-Maurice-lès-Châteauneuf France
Dernière mise à jour le 2 mars 2020