André-Pierre Arnal

Les années supports/surfaces
Exposition
Arts plastiques
Galerie Brimaud Paris 03

A Certains peintres disent tout dans une seule toile (leur palette, leur poétique, leur dessin, leur thématique).Chacune demes peintures, au contraire, n'est qu'un morceau d'un grand ensemble qui se développe dans le temps et dans l'espace...» André-Pierre Arnal André-Pierre Arnal est né‚  Nîmes le 16 décembre 1939. Il est l'un des fondateurs du mouvement Supports/Surfaces au lendemain des événements de mai 68 aux côtés d'artistes comme Pincemin, Devade, Pagès, Dezeuze ou Viallat. En 1964, il devient un artiste résolument abstrait en réalisant ses premiers "Monotypes". En janvier 1968, il organise à Montpellier une exposition qui permettra aux futurs membres du mouvement Supports/Surfaces d'affirmer peu à peu leurs bases picturales et théoriques. En effet, à la fin des années soixante, entre 1968 et 1971 plus exactement, nait le mouvement Supports/Surfaces. Ces artistes, nourris d'art abstrait et des expressionnistes américains, veulent rompre avec l'objet tableau décoratif et subjectif en procédant à la "dématérialisation de l'objet d'art" grâce au concept de "déstructuration" de l'oeuvre et de son support. Les différentes composantes de l'oeuvre sont ainsi mises en lumière : le cadre, le châssis, la toile et la couleur deviennent "sujet" de l'oeuvre et sont considérés de manière individuelle à la différence des nouveaux réalistes chez qui la critique de la société passe par la récupération d'objets de consommation. Né après les débats politico-artistiques de mai 1968, le mouvement Supports/Surfaces produit une esthétique avant tout ancrée dans la pensée marxiste et la psychanalyse. Si des éclatements successifs sur la base d'oppositions idéologiques ou politiques ont pu faire écran à des conflits personnels et à une bipolarisation province-paris, les méthodes critiques et les procédés analytiques dont découlent le processus de déconstruction de l'oeuvre d'art seront toujours mis en pratique et ce bien après la rupture de Supports/Surfaces. Quand certains artistes du mouvement trouvent leur matériau de prédilection comme le bois et les cordes pour Pagès et Grand, la couleur et les matériaux de récupération pour Viallat; André-PierreArnal, lui, donne à la toile une autre dimension que celle d'un simple support de la peinture. Il en fait apparaître les froissements, les plis et les matières en faisant également intervenir la couleur en tant que révélateur du support. Entre 1969 et 1973, l'expérimentation de procédés picturaux chez André-Pierre Arnal se fait à travers le froissage, le fripage, les empreintes et le pliage. Il fait ensuite intervenir la couleur qui garde l'empreinte du travail du support puis déplie la toile ou le papier révélant ainsi le support dans toute sa splendeur et dans toute sa singularité. Le support et sa surface deviennent le sujet principal de la peinture. André-Pierre Arnal décrit également le pliage comme" une façon mécanique, manuelle, de diviser la toile en une série de surfaces qui se déduisent les unes les autres dans des rapports simples, s'ordonnant autour de la surface restante". leur format en rapport au corps humain, à la taille de l'artiste ; de ses petits formats de papiers à l'échelle des bras et des mains aux très grandes toiles de plus de 2 mètres par 2 c'est une relation corporelle et gestuelle qui s'instaure entre l'artiste et l'oeuvre,"cette phase d'un dernier corps à corps aumoment où je retourne la toile peinte et dépliée, mouillée, bras tendus, l'ayant saisie d'un bord, sur la pointe des pieds et la reposant sur le sol, pour l'y laisser sécher". Dans le contexte social et artistique des années 60 et 70, André-Pierre Arnal pose son empreinte par ses expérimentations multiples et les techniques qui en découlent influençant un bon nombre d'artistes de sa génération et des suivantes. Il révèle une relation essentielle entre le geste, l'outil, le procédé et le support par l'intermédiaire de la couleur. Son caractère contemporain en fait une figure incontournable du mouvement s'inscrivant toujours aujourd'hui dans une problématique anti-académique dont le but est de montrer ce qui était jusqu'à présent caché. C'est cette version originale de l'art, singulière et contestataire que nous présentons du 19 septembre au 18 octobre 2008. Pr�¨s de 40 ans nous séparent des premières oeuvres d'André-PierreArnalmais leur contemporaneité en fait des oeuvres novatrices. Il sait que le champ de la peinture reste ouvert qu'il est toujours possible de faire des recherches de nouveaux supports et de nouvelles méthodes grâce à une attitude expérimentale et en se dégageant d'un travail traditionnel. Nous avons réunis pour cette exposition une quarantaine d'oeuvres sur papier, toile et tissu de 1969 A  1973 qui n'ont pour la plupart jamais été montrées au public. A cette occasion, nous éditons un catalogue de l'exposition qui retracera cette époque historique où figureront les reproductions des oeuvres exposées.

Adresse

Galerie Brimaud 4 rue de Thorigny 75003 Paris 03 France

Comment s'y rendre

Dernière mise à jour le 2 mars 2020