Biographie

 

Je suis née à Créteil, en banlieue parisienne. D’une formation de dessinateur maquettiste sur Paris, j’ai continué des études en design industriel. Durant ce cycle j’ai entamé une pratique plastique autour des formes et plus particulièrement des moulages.
En juin 2014 j’ai participé à une exposition collective au point G, un squat à Paris organisée par le collectif Grain de Sel avant de quitter la capitale française pour entamer des études d’art plastique à l’Ecole D’Art et de Design de Marseille Méditérannée.
Au sein de l’atelier d’Anita Molinero et de Frédéric Pradeau, mes pratiques se sont diversifiées et mes recherches autour des objets et de leur présence massive m’ont fait aller vers le moins, vers ce qui sera peut être de l’art.
Dans chacune des expériences et des disciplines artistiques je me pose plus ou moins la question de l’espace. D’un espace physique environnemental à un espace du sensible et émotionnel. Mais ce sont des frontières floues, entre rapprochement et éloignement des corps. Une affaire de distance…
En repensant une géographie corporelle, un corps en recomposition, un corps donc spatialement imageable. Mon travail pose donc la question des limites, des distances, des géographies corporelles, la question de l’angle mort, de la dissolution de l’espace dans la poésie ( ce qu’il est déjà). La question de l’impermanence des choses, de ce qui est instable, de ce qui ne demeure pas, de ce qui dérive, des limites dans la multiplicité, jusqu’où et jusqu’à.
Depuis septembre 2014, avec Anne-Laure Vincent et Etienne Achard nous avons fondé une pensée autour de la sculpture performée en mettant au statut d’oeuvre le processus et l’agir.
En mars 2015, après l’obtention de la bourse d’appel à projet de l’ESADMM, notre groupe de travail a exposé sous forme d’une résidence publique à la Galerie Gourvennec Ogor un projet “Aliquid Novi” autour de l’éternel renouveau .
Diplômée du Diplôme National d’Art Plastique de l’ESADMM, j’ai circulé en Europe pour le cadre d’un voyage d’étude avec Marion Albert.
Ensemble nous avons pu développer et soulever des thématiques diverses et variées qu’entraîne la mobilité. Durant ce voyage nous avons pu exposer des étapes et des structures durant une résidence artistique dans la ville de Jakobstag en Finlande durant l’hiver 2015.
Depuis mon retour, mon travail se porte autour de l’image et son abstraction, sa disparition et son apparition par des dispositifs mêlant le geste et le volume.
En Mai 2016, durant le Festival des Arts Ephémères, notre trio présentera sous forme de work in progress un projet appelé 3Tx100 m2. Il s’agit d’un espace matière intégré au parc de la Mairie du 9/10 ème de Marseille sur et dans lequel nous performerons la matière par nos corps sans préconception formelle, à la recherche d’une improvisation des gestes
guidés par nos sens en mettant en avant l’expérience.
En parallèle et dans le cadre du printemps de l’Art Contemporain, je participe à la biennale Longchamp organisée par Arnaud Deschin en proposant une oeuvre installée dans l’espace public. ” Boucher un coin ou quand la sculpture devient un type encombrant dont on ne sait pas quoi faire ” volume en béton armé en attente d’autorisation de la mairie.
Cette oeuvre est un questionnement autour de la normalisation des formes en société.

ALICE GRIVEAU
alice.griveau@gmail.com / 0623187496 / http://alicegriveau.tumblr.com

 

Site internet et réseaux sociaux

Source

OÙ lieu d'exposition pour l'art actuel

Dernière mise à jour le 2 mars 2020