Alain ARIAS-MISSON

"The Public Poem Reactivated Project"
Exposition
Arts plastiques
Galerie Lara Vincy Paris 06

© Alain Arias-Misson, "The G D Public Poem" (1968, Bruxelles), 1968/2010, assemblage et tirage photo (détail). Courtesy galerie Lara Vincy, Paris.

À l’occasion de sa troisième exposition à la Galerie Lara Vincy - (après Pièges chamaniques en 2003 puis Les Cages du désir en 2009) - Alain Arias-Misson nous invite à (re)-découvrir ses “Poèmes publics”, actions poétiques passées qu’il réactive à travers des œuvres mettant en scène ces interventions dans l’espace urbain.
The Public Poem Reactivated est un projet hybride à la fois document et œuvre d’art. Le Public Poem a été inventé et expérimenté par A. Arias-Misson à son retour de New-York à Bruxelles et Madrid en 1966-67. Il consiste en une proposition poétique singulière : « écrire sur la rue comme on écrit sur une page »,  développée depuis à maintes reprises en Belgique, en Espagne, en Italie, en Allemagne, en France et aux Etats Unis.
L’exposition présente des vidéos et des photos, uniques traces de ces évènements éphémères, qui ont été incorporées à divers matériaux (acier, plastique, soie, polystyrène, verre), utilisés lors du poème public original, et à des objets qui donnent une référence métaphorique ou analogique de ces actions poétiques.
Citons comme exemple le G  D Public Poem (Bruxelles, 1968), The A Madrid Public Poem (Madrid, 1969) ou encore le Chomsky Generative Grammar Public Poem (Bruxelles, 1972).
Le Public Poem n’est pas une performance au sens habituel du terme : il a lieu dans la rue, en dehors de tout cadre artistique, incorporant dans son processus des éléments urbains tels les monuments, les institutions politiques ou financières, le trafic, la police, les symboles culturels, etc. dans le but d’offrir une lecture nouvelle, subversive et onirique de la ville. Il constitue donc une poétique de la rue, posant des questions radicales à son public : les passants.
Les nombreux Public Poems qu’il a réalisé, par essence spontanés, ont parfois été sponsorisés par des musées et fondations, comme le Centre Georges Pompidou (La Revue Parlée), la Literaturhaus de Hambourg et de Berlin, la ville de Bonn, le Pratt Institute de Los Angeles, le Musée d’Art Contemporain d’Anvers (M HKA) etc...
Un catalogue, Alain Arias-Misson: The Public Poem Extension Program, traitant de ses poèmes publics et de cette série d’œuvres qui en résulte a été édité en 2011 par la Fondazione Berardelli à l’occasion de l’exposition personnelle qu’elle lui à consacré à Brescia en Italie.
Un livre, From the Cutting-Floor of the Public Poem, publié cette année aux éditions MER. Paper Kunsthalle (Gand, Belgique) retrace l’histoire de ses poèmes publics et accompagne cette exposition.

Complément d'information

Alain Arias-Misson :

né en 1936 à Bruxelles, Belgique.
Vit et travaille à Paris et Venise.

Il passe son enfance à New York où ses parents se sont refugiés pendant la guerre. Après ses études de Littérature et de Philosophie Grecque à l’Université de Harvard, il a vécu en Afrique du Nord, en Espagne, en Belgique, en France et en Italie. Parmi les innovateurs de la poésie visuelle au début des années 60 et proche du mouvement Fluxus, il s’exprime indifféremment par des poèmes-objets, des boîtes-théâtres et des livres. Au milieu des années soixante, il crée le concept du Public Poem, un théâtre de rue « magique » qui consiste en l’appropriation de l’espace de la ville par la poésie. Toujours provocateur et politique, il existe dans le rapport déstabilisant qui s’instaure entre le public et le texte.
Publications : deux livres d’artiste sur ses poèmes publics, en 1978 The Public Poem Book ; en 1993 The Visio-Verbal Sins of a Literary Saint, une composition visio-poétique de silhouettes féminines soft-porn et de photos des poèmes publics ; The Visitor, un catalogue monographique conçu par Arias-Misson sur l’ensemble de son travail a été édité en 2009 par INAC/ Ulysse e Calypso, éd. mediterranee à l’occasion de son exposition personnelle à la Galerie Entropyart à Naples la même année.
Et plusieurs romans dont : en 1993 The Mind Crime of August Saint dans lequel il construit sa fiction sur de multiples médias visuels sans en reproduire aucun, concept qu’il nomme « superfiction » et qui a été repris dans le discours critique américain ; en 2007 Theatre of Incest dans lequel il cherche les racines de nos fantaisies sexuelles, ouvrage récemment traduit en français et en 2013 un recueil de nouvelles, The Man Who Walked on Air and other Tales of Innocence, paru en mars 2013 aux Etats Unis.

Horaires

Du mardi au samedi : 11h - 13h et 14h30 - 19h

Adresse

Galerie Lara Vincy 47 rue de Seine 75006 Paris 06 France

Comment s'y rendre

Accès mobilité réduite
Dernière mise à jour le 2 mars 2020