ADOLFO KAMINSKY

PHOTOGRAPHIES
Exposition
Photographie
Le cri des lumières Lunéville

Né à Buenos Aires en 1925, d’une famille juive russe réfugiée en Argentine, Adolfo Kaminsky arrive en France en 1932.

« Quand, à 17 ans, Adolfo Kaminsky devient l'expert en faux papiers de la Résistance à Paris, il ne sait pas encore qu'il est pris dans un engrenage infernal, dans une course contre la montre, […], où chaque minute a la valeur d'une vie. Durant trente ans, il exécutera ce méticuleux travail de faussaire pour de nombreuses causes, mais jamais pour son propre intérêt. 1 »

Parallèlement à la confection des faux papiers, qu’il a toujours pratiquée bénévolement et qui a fait de lui un technicien hors pair, Adolfo Kaminsky subvient à ses besoins en étant photographe professionnel à partir de1948, jusqu’à ces dernières années.

C'est tout son parcours photographique que retrace l’exposition de Lunéville. La forme est classique mais ce qui est intéressant c'est la diversité de ses centres d'intérêt, qui sont déterminés d'une part par les épisodes de sa vie personnelle (sa vie en Algérie, ses amitiés pour les artistes sud-américains, etc.), d'autre part par les commandes qu'il a reçues (reportages sur l'industrie algérienne, tournage de films, mode, etc.)

L’exposition de Lunéville réunit des travaux de commande (reportages sur l’industrie algérienne, photos de mode, tournage d’un film..) et des sujets personnels (le Paris des années 40/50, les années d’Algérie, les portraits d’amis artistes, intellectuels, résistants). La variété des sujets présents dans l’exposition de Lunéville témoigne des rencontres et des centres d’intérêt qui ont jalonné le long parcours de ce photographe à l’âme de poète, humaniste engagé dans son siècle.

Les photographies d’Adolfo Kaminsky n’ont été montrées que récemment, lors de deux expositions à

Normal 0 21 false false false FR JA X-NONE /* Style Definitions */ table.MsoNormalTable {mso-style-name:"Tableau Normal"; mso-tstyle-rowband-size:0; mso-tstyle-colband-size:0; mso-style-noshow:yes; mso-style-priority:99; mso-style-parent:""; mso-padding-alt:0cm 5.4pt 0cm 5.4pt; mso-para-margin:0cm; mso-para-margin-bottom:.0001pt; mso-pagination:widow-orphan; font-size:10.0pt; font-family:"Times New Roman"; mso-fareast-language:JA;} Fontenay-sous-Bois en 2011 (le Paris des années 40 et 50), en 2013, avec une centaine de tirages représentatifs d’une large partie de son œuvre et en 2014 durant l’étéphotographique de Lectoure avec lequel nous avons coproduit cette exposition

Tarifs :

GRATUIT

Complément d'information

Une vie de photographe
« Quand, à 17 ans, Adolfo Kaminsky devient l'expert en faux papiers de la Résistance à Paris, il ne sait pas encore qu'il est pris dans un engrenage infernal, dans une course contre la montre, […] où chaque minute a la valeur d'une vie. Durant trente ans, il exécutera ce méticuleux travail de faussaire pour de nombreuses causes, mais jamais pour son propre intérêt. »
Sarah Kaminsky

Parallèlement à la confection des faux papiers, qu’il a toujours pratiquée bénévolement et qui a fait de lui un technicien hors pair, Adolfo Kaminsky subvient à ses besoins en étant photographe professionnel à partir de 1948, jusqu’à ces dernières années.
C’est tout son parcours photographique que retrace l’exposition de Lunéville. La forme est classique mais ce qui est intéressant c’est la diversité de ses centres d’intérêt, qui sont déterminés d’une part par les épisodes de sa vie personnelle (sa vie en Algérie, ses amitiés pour les artistes sud-américains, etc.), d’autre part par les commandes qu’il a reçues (reportages sur l’industrie algérienne, tournage de films, mode, etc.).
L’exposition de Lunéville réunit des travaux de commande (reportages sur l’industrie algérienne, photos de mode, tournage d’un film…) et des sujets personnels (le Paris des années 40/50, les années d’Algérie, les portraits d’amis artistes, intellectuels, résistants). La variété des sujets présents dans cette exposition témoigne des rencontres et des centres d’intérêt qui ont jalonné le long parcours de ce photographe à l’âme de poète, humaniste engagé dans son siècle.
Les photographies d’Adolfo Kaminsky n’ont été montrées que récemment, lors de deux expositions à Fontenay-sous-Bois en 2011 (le Paris des années 40 et 50), en 2013, avec une centaine de tirages représentatifs d’une large partie de son œuvre et en 2014 durant l’étéphotographique de Lectoure avec lequel nous avons coproduit cette exposition.





ADOLFO KAMINSKY, une vie de faussaire
À commencer par Adolfo Kaminsky, 90 ans, que l’on ne cesserait d’écouter tant sa vie est un roman écrit d’ailleurs par sa fille Sarah en 2009 « Adolfo Kaminsky, une vie de faussaire » (Calmann-Lévy).
Expert en faux papiers à dix-sept ans pour les besoins de la Résistance, cet humaniste aussi modeste qu’engagé sera, trente années durant, faussaire politique, fabriquant faux certificat de baptême, billet de train…, pour soutenir clandestinement et toujours bénévolement les défenseurs de causes lui tenant à cœur (Antifranquistes, membres du FLN, de l’ANC, déserteurs américains du Vietnam…). « Une erreur et j’envoyais quelqu’un à la mort » explique calmement le très charmant monsieur.
LA PHOTOGRAPHIE COMME MOYEN DE SUBSISTANCE
À partir de 1948, le métier de photographe fut donc tout naturellement la couverture et le moyen de subsistance de cet expert en chimie. Comme le montrent ses œuvres exposées dans cette galerie, à l’instar de ses confrères de l’époque, il fit aussi bien des prises de vue pour la mode, la publicité, le cinéma et l’industrie.
Mais ce sont aussi ses photographies plus personnelles qui sont présentes sur les cimaises : portraits de ses amis artistes latino-américains, rues de Paris dans les années 1940 et 50, vues d’Algérie où, dans les années 1970, il vécut une seconde vie, rompant avec ses activités clandestines devenues dangereuses pour lui.

Horaires

exposition ouverte de 14 h à 18h du lundi au vendredi de 10h à 12h et de 14h à 18h le samedi et dimanche fermé le mardi

Adresse

Le cri des lumières Place de la deuxième division de cavalerie 54300 Lunéville France

Comment s'y rendre

Dernière mise à jour le 2 mars 2020