La Face aux miroirs, enjeu majeur de la restauration du Cyclop

Niki de Saint Phalle, Face aux miroirs, FNAC 95419 (7), vue de l’œil du Cyclop

Niki de Saint Phalle, Face aux miroirs, FNAC 95419 (7), vue de l’œil du Cyclop. Vue du chantier de restauration, avril 2021.

La Face aux miroirs est l’enjeu majeur de cette restauration. Recouverte en 1986 de plus de 60 000 miroirs par Niki de Saint Phalle sur près de 325 mètres carrés, l’œuvre commence à se dégrader à partir de 1996 en raison de l’altération du tain, mais aussi de la croissance de micro-organismes, qui prolifèrent en raison de l'humidité du site, et qui tendent à détacher les miroirs.

Vue du chantier de restauration, avril 2021

Jean Tinguely, Le Cyclop, 1969-1994, FNAC 95419. Vue du chantier de restauration, avril 2021.

En 2002, les premiers essais de consolidation sont effectués, puis en 2006 des retouches ponctuelles sont réalisées, avant de contractualiser en 2008 la mise en place d’un chantier-école avec l’Institut national du patrimoine. Cette intervention permet d’établir un historique de création, un constat d’état et un diagnostic incluant des préconisations pour une restauration durable de l’œuvre. Ce document préalable fournit de nombreux éléments mais l’œuvre continue sa dégradation et devient dangereuse pour les visiteurs.

Niki de Saint Phalle, Face aux miroirs, FNAC 95419 (7), détail des miroirs

Niki de Saint Phalle, Face aux miroirs, FNAC 95419 (7), détail des miroirs. Vue du chantier de restauration, mars 2021.

Un filet est posé en janvier 2012. Un rapport sur l’état sanitaire de l’œuvre est ensuite commandé et remis par le Laboratoire de recherche des monuments historiques en 2014, à la suite duquel le Cnap convient en accord avec l’ayant droit de Jean Tinguely et de Niki de Saint Phalle d’une intervention qui s’apparente à une restauration fondamentale et consiste à remplacer l’ensemble des 61 000 tesselles de miroirs de La Face.

Création des gabarits pour la découpe des miroirs

Création des gabarits pour la découpe des miroirs. Vue du chantier de restauration, mai 2021.

L’opération se fait dans le respect le plus scrupuleux du calepinage d’origine, effectué à l’époque sous la supervision de Niki de Saint Phalle - découpe des miroirs sans angle droit, modulation de la taille des morceaux en fonction du modelé du visage. Pour que les miroirs épousent en tout point la composition initiale, un processus d’empreinte au latex a été imaginé pour chaque zone, permettant ensuite un report par estampage sur papier servant à la création de gabarits pour la découpe des miroirs.

Restauration de la Face aux miroirs - Vue des modules

Vue des modules numérotés, réalisés grâce à un relevé par calques, et des modules de miroirs découpés.

Les nouveaux miroirs redonnent à l’œuvre tout son éclat, en respectant l’intention originelle de l’artiste : camoufler la tête en réfléchissant son propre environnement.

Restauration de la Face aux miroirs - Eté 2021

Application de la colle sur les modules, ces plaques de miroirs de 46cm². Vue du chantier de restauration, été 2021.

En novembre, alors que la pose des quelques 60 000 fragments de miroirs s'achève, une nouvelle étape a été franchie. L'œil doré du Cyclop, qui avait été retiré afin de faciliter la restauration de La face aux miroirs, a retrouvé son emplacement sur le front de cette œuvre monumentale.

Réinstallation de l'œil sur la Face aux miroirs du Cyclop

Réinstallation de l'œil sur la Face aux miroirs. Vue du chantier de restauration, novembre 2021.

Compte tenu de son bon état de conservation, l'œil a pu être réinstallé après un simple dépoussiérage. Le mécanisme lui permettant de pivoter de droite à gauche fonctionnant toujours, l'œil unique pourra à nouveau balayer la forêt de son puissant projecteur dès la réouverture du site, en mai 2022.

La bouche et la langue du Cyclop constituent désormais la dernière étape de cette restauration qui dure depuis plus d'un an.

Vue de l'œil du Cyclop et de son mécanisme

Vue de l'œil du Cyclop et de son mécanisme.

La restauration de La Face aux miroirs a bénéficié en 2013 du mécénat de compétence de l’entreprise 3DO Reality Capture qui a réalisé le relevé 3D de la « Tête », ainsi que de celui de Saint-Gobain, qui dans le cadre de cette collaboration a mis à disposition 628 m2 de miroirs solaires nécessaires et le joint-colle fabriqué par la filiale Weber de Saint-Gobain pour fixer les miroirs. Clairefontaine fournit de son côté le papier pour la création des gabarits.

Dernière mise à jour le 26 novembre 2021