68 et ses héritages. Artistes, engagements et sociétés

Conférence
Arts plastiques
La Terrasse Nanterre

Pauline Le Boulba, « As Buffard As Possible », © Otto Zinsou.

Un programme de Mathilde Villeneuve et Anaïs Kien


Mathilde Villeneuve est co-directrice des laboratoires d’Aubervilliers, commissaire d’exposition et critique d’art.
Anaïs Kien est journaliste d’histoire, documentariste, co-productrice de l’émission de France Culture, la Fabrique de l’Histoire, et commissaire d’exposition (Institut français, Musée d’art et d’histoire de Neuchâtel).


À l’occasion du 40e anniversaire de Mai 68 en 2008, il avait été question de relier les luttes entre elles, les étudiants et les ouvriers, Paris et la Province, les CRS et les autres, tous les côtés du pavé étaient sortis du placard, et l’on nous annonçait qu’il était enfin temps de faire l’histoire de l’événement. Pour ce 50e anniversaire, la question centrale pourrait être les multiples formes de l’engagement. Pour ou contre, suiveurs ou détracteurs, leaders ou minorités oubliées, tous les partis en présence ont eu à repenser leur manière d’agir, de voir, de représenter.
Si Mai a ancré 68 dans les mémoires, le moment déborde largement ce mois iconique à l’échelle mondiale. Plonger dans les archives de 68, c’est constater que ceux qui protestaient ne  pouvaient se sentir seuls. Rome, Milan, Berlin, Tokyo, Mexico, Columbia, Beyrouth, Prague, Varsovie, la liste est longue de ces lieux de la contestation voir de l’insurrection. La géographie du malaise étudiant est vaste mais l’ampleur des mouvements qui naissent dans LES années 68 l’est d’autant plus.


Durant une journée, et en écho aux documents et oeuvres présentés dans l’exposition, nous explorerons certains des enjeux de mai 68 en croisant les points de vue et les écritures littéraires, chorégraphiques et musicales d’historiens, d’écrivains, de plasticiens et de chorégraphes. Ces derniers interrogeront les disparités d’engagement entre les champ des arts visuels, du cinéma et de la danse. Ils dérouleront le fil des luttes féministes jusqu’à aujourd’hui, en abordant l’histoire (manquée et à réinventer) de la contraception masculine et en revisitant et actualisant des pièces
de danse passées. Ils tisseront des liens non seulement géographiques (entre la France et l’Algérie), mais aussi temporels (quel sont les héritages de cette active jeunesse encombrante ?), entre les natures différentes de révoltes qui se sont déroulées de manière simultanée (quid de la
relation entre mai 68 et les mouvements politiques africains américains ?). Enfin, ils entrelaceront les revendications de liberté de l’époque à des formes d’hospitalité actuelles, notamment envers les réfugiés.
Les historiens présents pour cette journée ont accepté de croiser leurs recherches pour explorer les frontières mouvantes de l’événement, de Paris à Alger en passant par Berkeley et, bien sûr, Nanterre.


Programme
samedi 24 mars 2018

14h30 Ludivine Bantigny et Malika Rahal : "1968, d’une rive à l’autre de la Méditerranée"

15h45 Philippe Artières et Caroline Rolland-Diamond : "1968, vu d’ailleurs"

17h00 Collectif Kom.post, Camille Louis, Laurie Bellanca, en partenariat avec Nanterre-Amandiers, "Radio occupons ! Prologue"

17h45 Pauline Simon et Thibaut Gauthier "La contraception masculine"

18h45 Aminata Labor et Louise Buléon-Kayser, "Récits de manifs et fictions féministes"

19h30 Barbara Manzetti et l’association Rester. Étranger, Performance

20h30 Table ronde "Danser en mai 68", Mélanie Papin

21h30 Pauline Le Boulba : "As Buffard As Possible", lecture augmentée associée à la chorale féministe A feminist choir / Trk_x dirigée par Gérald Kurdian

Tarifs :

gratuit

Commissaires d'exposition

Partenaires

La Terrasse espace d'art est un lieu culturel de la Ville de Nanterre. Il bénéficie des soutiens financiers de la Direction régionale des affaires culturelles d'Ile-de-France - DRAC IDF - ministère de la Culture et de la Communication, du Conseil régional d'Ile-de-France, du Département des Hauts-de-Seine. La Terrasse est membre de l'association TRAM.

Adresse

La Terrasse 57 boulevard de Pesaro 92 000 Nanterre France

Comment s'y rendre

RER A Nanterre-Préfecture, sorties 2 (Préfecture) et 3 (boulevard de Pesaro). Autolib, bd Pesaro, Nanterre. Bus 163, 160, 259
Accès mobilité réduite
Dernière mise à jour le 2 mars 2020