D'autres fictions

Projections de films soutenus par le Cnap
Projection/Diffusion audio
Carré d'art de Nîmes Nîmes
Extrait tiré du film de Tsai Ming- Liang, Le pont n'est plus là, 2003

Extrait tiré du film de Tsai Ming- Liang, Le pont n'est plus là, 2003, 21'

En réponse à l'invitation faite par Maider Fortuné (artiste et enseignante à l'école des Beaux arts de Nîmes) et de Jean Marc Prévôst (directeur du Carré d'art de Nîmes), Pascale Cassagnau (responsable des collections audiovisuelles, vidéo et nouveaux médias au Cnap), présente « D'autres fictions ».
Cette programmation qui se déroulera au Carré d'art (Nîmes) le 31 mars 2015 à 14h30 revisite trois états possibles de la fiction contemporaine, qui mettent en exergue les puissances du récit, la construction du personnage et l'élaboration d'un art du portrait, à travers des espaces narratifs diversifiés. Les trois films projetés ont bénéficié de l'aide Image/mouvement du Cnap.

Programmation

Vincent Dieutre, EA n°2, 2008, 21' (Jean Eustache)
A bénéficié de l'aide Image/mouvement du Cnap en 2007
Le 2ème exercice d'admiration de Vincent Dieutre est consacré au film de Jean Eustache, « La Maman et la Putain » (1973).  Le cinéaste reconstitue la scène finale du film, avec l'actrice qui incarna le personnage de la Putain du film de Eustache, Françoise Lebrun. Vincent Dieutre s'approprie le monologue final sous la forme d'un exercice de relecture et de déchiffrement qui devient un exercice d'admiration. Le travail sur le texte révèle dans le même temps l'analyse du dispositif mis en place par Jean Eustache, que Vincent Dizutre rend visible.
« Un dimanche après-midi à Paris. Il pleut. L’actrice d’origine est là qui me guide. Je me suis approprié son texte, ce long monologue déchirant qui clôt « La Maman et la Putain ».Il y a une toute petite équipe et Françoise Lebrun donne à chacun des indications, selon ses souvenirs. Nous répétons beaucoup car le texte n’est pas simple et l’émotion nous submerge parfois. Mais il va falloir y aller, je crois que je suis prêt. Moteur !.» Vincent Dieutre, note synopsis , 2008.

Tsai Ming- Liang, Le pont n'est plus là, 2003, 21'
A bénéficié de l'aide Image/mouvement du Cnap en 2002
« Le pont n'est plus là » est un court métrage que le cinéaste a conçu comme l'envers d'un long métrage antérieur « Et là-bas quelle heure est-il ? » (2002). Sous la forme d'un chassé- croisé de deux personnages entre l'Asie et la France, entre deux continents, entre deux fuseaux horaires décalés, entre deux moments du sentiment, le film se construit comme une ballade à travers des lieux, des architectures, des espaces vides traversés et peuplés d'évocation de fantômes. L'architecture joue un rôle important dans le cinéma de Tsai Ming-Liang, comme une figure récurrente qui détermine le cadre de l'action, alors même que la méthode de travail du cinéaste consiste à laisser une large place à l'improvisation.

Louis Skorecki, Les ruses de Frédéric, 2006, 32'
A bénéficié de l'aide Image/mouvement du Cnap en 2006
« Les ruses de Frédéric » constitue le troisième volet d'une trilogie que le cinéaste et critique Louis Skorecki a consacré à la figure du cinéphile avec « Les Cinéphiles – Le retour de Jean, Eric a disparu « (1988) Ces films mettent en perspective et en abyme le continent même du cinéma, la mise en récit de son expérience qui génère à son tour l'architecture de la fiction et de l'autofiction.

Sites internet associés

Artistes

Adresse

Place de la Maison Carrée
30000 Nîmes
France

Dernière mise à jour le 24 mars 2020