Skip to Content
Centre national des arts plastiques

Musées de Sens

Share Share Share Share Share

Zwy Milshtein

A vos papiers !

Arts plastiques - Exposition
08 juillet • 30 septembre 2012

 

Né en 1934 en Moldavie (province de Roumanie à cette époque), Zwy Milshtein (qui s’appelle alors Grisha) quitte encore enfant la Russie de Staline avec sa famille, pour s’installer en Israël en 1948. Il a réalisé ses premières gravures entre 1945 et 1947 ; à Bucarest, et à son arrivée à Tel-Aviv, il suit immédiatement des cours de peinture. À 15 ans, il commence à fréquenter les peintres et poètes à Tel-Aviv, et s’inscrit aux Beaux-Arts. Une bourse d’étude de la Norman Fondation l’amène à Paris. Il est admis à l’École des beaux-arts et s’inscrit à un cours de gravure. Il rencontre Katia Granoff (directrice de galeries d’art) en 1958, qui lui propose une exposition personnelle. Plusieurs expositions de ses œuvres sont organisées à Paris et à Londres.

Au cours des années 1959 à 1972, il expose des peintures de grand format à Paris, Tel-Aviv, Genève… Il s’intéresse de plus en plus à la gravure. Son premier livre, Microcosme, est édité par Alexandre Loewy, prestigieux éditeur et marchand parisien. Milshtein est lauréat du Prix de la Critique pour la gravure. Sa nouvelle passion pour le livre et la bibliophilie se confirme. Il en assure chaque fois l’impression et la fabrication.

Viennent ensuite, dans les années 1980, les grandes rétrospectives, aux musées de Troyes, à Odense et Göteborg, à Moscou, dans plusieurs musées de Pologne, ainsi qu’une rétrospective au Musée d’Art Russe de Kiev.

Milshtein est curieux de tout. Il pratique la gravure, écrit des livres, imagine et réalise des meubles, des bijoux, des sculptures… Et à plus de 70 ans, il se passionne pour l’informatique et le numérique, par le biais de la palette graphique.

 

L’art de Milshtein se caractérise par la multitude des moyens d’expression employés, sans jamais accorder à la peinture la prédominance. La qualité plastique de son œuvre tient dans sa faculté à combiner les objets les plus disparates, les techniques les plus opposées. Il associe des matériaux hétéroclites, servant à la fois de supports et de signifiants, pour réaliser d’étranges polyptyques. Il mélange à la couleur ce qui traîne dans son atelier : des boutons, des allumettes, des cigarettes… Il ressent un constant besoin d’innover, de remettre en cause l’usage des techniques, d’approcher d’autres matériaux.

 

Pour leur exposition d’été 2012, les Musées de Sens ont choisi de mettre en avant le rapport très particulier qu’entretient Milshtein avec le papier. Milshtein se passionne depuis longtemps pour ce support fascinant. Il ne se contente pas de l’utiliser comme un simple médium pour ses peintures ou ses gravures. Il en fabrique de toutes sortes, à base d’orties, de blettes, d’oignons, de matières vivantes dans lesquelles il trace des figures en filigrane.

 

-          Vous êtes peintre-graveur ?

-          Non je suis graveur-peintre !

-          Quelle est la différence ?

-          Je suis d’abord graveur ou, si vous préférez, la gravure m’intéresse davantage en ce moment.

Zwy Milshtein

 

Le format réduit de ses gravures invite le spectateur à se rapprocher, à étudier minutieusement, installant la concentration visuelle au cœur de l’œuvre. Le grand format de ses Grands Verres ou du livre Hôtel, par exemple, s’étale, se regarde lentement, débordant du champ visuel.

Des gravures de 3 cm de haut, des livres, des avions et des boules de papier, des impressions lenticulaires, des dessins de très grands formats permettront de créer une rétrospective de l’œuvre de Milshtein sur ce support qu’il affectionne particulièrement. La diversité des formats, des techniques, des formes données au papier témoigneront de l’incroyable foisonnement de son imagination et de sa liberté de création.

 

« Si je parle ainsi du papier, ce n’est pas uniquement parce que celui-ci est un bel objet, mais parce qu’il est un instrument essentiel et indispensable pour la gravure. Il est comme les vêtements d’une femme, comme le vin accompagnant un bon repas. Toute œuvre imprimée commence par le papier. »

Zwy Milshtein, avril 1978

 

Les dessins de Milshtein et ses gravures sont facilement identifiables grâce à ce foisonnement de représentations qui se touchent, se superposent et s’interpénètrent. D’œuvre en œuvre, les mêmes motifs se répètent, cachés dans le dessin final : corps de femmes, plateaux d’échecs, cartes à jouer, bouteilles, chats, jeux de regards.

De même, l’une des caractéristiques de l’écriture de Milshtein est cet assemblage de mots, de situations (dans Le Rire du chat, par exemple), cette façon de superposer des données pour raconter une histoire, comme il accumule des figures sur le papier pour former des images. Il se concentre avant tout sur l’image : il part toujours de celle-ci pour faire naître le texte. Il considère les livres comme des labyrinthes narratifs.

Les livres qu’il a produits peuvent se diviser en deux catégories : les livres illustrés, issus d’une collaboration avec un écrivain ou un poète, comme les illustrations des 4 histoires extraordinaires d’Edgar Allan Poe, et les livres d’artistes, ceux qu’il conçoit en totalité : texte, image, mise en page (Dossier Solange, Le Rire du chat). Dans ces derniers, le texte apparaît comme un complément de l’image.

Milshtein aime jouer avec la qualité du papier, sa forme, ses caractéristiques, son poids, qui en font une œuvre d’art à lui seul, par exemple Hôtel. Les qualités tactiles du support accentuent la matérialité de l’œuvre. La typographie et ses variations sont également très importantes, par le jeu qu’elles permettent, entre machine à écrire, écriture manuscrite, tampon estampé, encres de couleurs variables, bien visible dans les dossiers Solange et Louise.

 

Complément d'informations : 
Zwy Milshtein – A vos papiers ! Palais Synodal, Parvis de la cathédrale – 89100 Sens Exposition organisée par les Musées de Sens, sous le haut patronage de Oleg Serebrian, ambassadeur de la République de Moldavie, avec le soutien des Espaces culturels E. Leclerc des magasins Leclerc de Sens, d’Auxerre, de Migennes, de Varennes-sur-Seine et de Tonnerre. Commissariat d’exposition : Alin Avila Publication : Zwy Milshtein, « À vos papiers ! », illustrations en couleur, co-édition Musées de Sens et Area, 2012, 25€.
Horaires : 
Du 8 juillet au 30 septembre 2012. Horaires : Lundi, jeudi, vendredi : 14h-18h ; mercredi, samedi, dimanche : 10h-12h et 14h-18h vacances scolaires : tous les jours de 10h-12h et 14h-18h. Fermé le mardi. Entrée gratuite (visite des collections permanentes des Musées de Sens : 4,50 €)
Heures de vernissage : 
7 juillet 2012 à 18h30
Tarifs : 
entrée gratuite
Dernière mise à jour le 10 juill. 2012

Musées de Sens

Place de la Cathédrale
89100 Sens
France
Téléphone : 03 86 64 46 22 accueil / 03 86 83 88 90 conservation
Télécopie : 0383838899