Skip to Content
Centre national des arts plastiques

Galerie 13 Jeannette Mariani

Share Share Share Share Share

YAHEL CHIRINIAN

Sâdhu Pop - Vanitas Vanitatum

Arts plastiques - Exposition
19 novembre • 31 décembre 2010
Vanitas Vanitatum « Vanité des vanités, tout est vanité » L’ecclésiaste Tel l’oiseau dans le ciel ou le lys dans la vallée, la figure des Sâdhus, en Indes, se confond avec celle des Saints et des apôtres en occident. Rebus de la terre et balayures du monde, les Sâdhus ne vivent que pour s’émanciper de l’enveloppe terrestre qui les enchaîne au cycle de leurs réincarnations. Mais cette vie, en marge des hommes et de leur société n’est-elle pas, elle aussi, une forme de vanité ? C’est là, peut-être, la question de fond que cherche à poser Yahel Chirinian dans sa série de crânes aux miroirs brisés. Reprenant à son compte les images de la renaissance stigmatisant les plaisirs de la chair et la précarité des biens de ce monde, Yahel Chirinian réinvestit cet ancien « topos » iconographique tout en parvenant à en subvertir le sens. Confrontant l’image réelle des Sâdhus à l’image symbolique de la mort – un crâne – ses oeuvres tissent un lien étrange entre la philosophie de ces anachorètes des limbes et l’idée que nous autres, occidentaux, nous nous faisons de la vie terrestre et des buts que nous donnons à l’existence. A mi chemin entre un objet de culte (un ex-voto) et un objet décoratif (une sculpture), ces oeuvres portent en elles les stigmates de leur époque : Serait-ce les reflets de nos illusions qui sur ces crânes dansent, ou bien la cohérence et la force de nos croyances qui tout à coup se craquèle en une myriade de miroirs ? Sans pour autant apporter une réponse catégorique à ces questions, il semblerait que Yahel Chirinian ait voulu nous suggérer que la vanité n’est ni dans le monde, ni hors du monde, mais dans la qualité de l’esprit de celui qui le contemple. Vanité des vanités ! Tout est vanité ! – hormis, peut-être, pour celui qui sait redonner au monde ce qu’il a su en recevoir. Frédéric-Charles Baitinger ----------------------------- BIO Yahel Chirinian est une artiste moitié Française moitié Arménienne, née à Avignon en 1970. Elle s’installe à Goa, en Inde, en 2000, où elle fonde Monsoon Heritage, son studio de création et de production. Elle emploi aujourd’hui plus de 25 personnes, hommes et femmes de villages environnants, qu’elle forme dans les domaines de la sculpture et du design. En 10 ans, Yahel Chirinian est devenue l’artiste référence de l’avant-garde en Inde, où elle fait régulièrement la une de la presse magazine. Les énergies et les éléments sont ses principales sources d’inspiration. Le scintillement provoqué par le jeu de miroirs de ses oeuvres, crée une chorégraphie étonnante qui enrichi l’espace tout autour. Elle est la seule artiste occidentale à qui les plus grandes familles hindous demandent de créer, à sa manière et dans son style tout en miroirs, les dieux de leurs Puja Room (chambre de prière). Ses créations sont à l’intersection de l’art et du design, du pop et du baroque, du profane et du sacré.
Dernière mise à jour le 23 sept. 2011

Galerie 13 Jeannette Mariani (uniquement sur RDV)

139 rue d'Alésia
75014 Paris 14
France
Téléphone : O6 65 50 80 48
Directrice : Jeannette Mariani