Skip to Content
Centre national des arts plastiques

Éditions NAIMA

Share Share Share Share Share

Where Ivy Cracks the Wall, monographie de Maya Schweizer

Soutien à l'édition

Arts plastiques - Parution
01 juillet 2019

Cet ouvrage constitue une première monographie francophone de Maya Schweizer. Nous avions le désir de faire connaître le travail de cette artiste française qui vit depuis 15 ans en Allemagne, et dont l’œuvre est reconnue internationalement (Anren Biennale 2017, Berlinale 2017, VIFF 2017, Vienna Contemporary 2017, Irish Museum of Modern Art Dublin, POLIN Varsovie), mais encore trop peu en France.

Prenant comme point de départ l’exposition Die Luke, eine Fliege und dort die Puschkinallee (La trappe, une mouche et là-bas la Puschkinallee) au Kunsverein de Leipzig en 2018, cette publication propose, plutôt qu’un catalogue, un regard rétrospectif sur l’ensemble des dernières réalisations de Maya Schweizer, autour de l’idée du film monument/sculpture/rituel.

Ce livre met en exergue le corpus de films comprenant :

– Regarde par ici,… Und dort die Puschkinallee (2018)

– A Tall Tale (2017)

– Texture of Oblivion (2016)

– A Memorial, a Synagogue, a Bridge and a Church (2012)

Le corpus illustre une variation de registres narratifs autour d’un motif central qui anime le travail de Maya. Ce motif, la mémoire, vacillant comme le sont les souvenirs, est capté par le geste cinématographique. Attentive aux espaces, aux murs, aux pierres la caméra performe autour du mémorial, le réactivant par ce rituel. Le film, montage-collision des images et des sons, en donnant une forme à la survivance des histoires (le Nachleben d’Aby Warburg), devient lui-même un fétiche, un film-monument.

Cet ouvrage met en lumière l’articulation et le développement de ces dispositifs et de ces motifs dans l’œuvre de Maya grâce à des textes critiques forts. Nous sommes fières d’avoir pu réunir autour de cet exercice cinq excellents auteurs franco-allemands. Nous les avons invités à écrire en prenant pour point de départ l’analyse d’un ou plusieurs films, et à en donner une interprétation libre et singulière.

Le travail de Maya Schweizer se concentre sur les modes de transmission (ou d’oubli) des histoires. S’attachant aux lieux et aux objets qui rendent ces histoires (et l’Histoire) tangibles, elle en propose une représentation cinématographique ; des films-monument qui décrivent le mouvement du temps dans l’espace, collectant au passage les souvenirs fragiles. La main-camera touche la pierre, le monument ouvre la voie aux émotions.

Les choix graphiques répondent au souhait de Maya Schweizer de rendre compte de sa méthode de travail, qui consiste en substance à déposer des images/fragments sur un support/pellicule et à en proposer des assemblages, des superpositions pour composer des récits plus ou moins parcellaires.

Textes : Pascale Cassagnau, Christa Blümlinger, Evgenia Giannouri, Beatrice von Bismarck, Adeena Mey et Holger Schulze
Éditeur : Naima éditions – Bureau Berlinois : Manon Piel, Agathe Lacroix
Traductions : Matthew Cunningham, Philippe Mothe, Jacqueline Todd
Proofreading : Sandra Bürgel, Nolwenn Chauvin, Sonja Hornung, Sabine Weier
Graphisme : Charlotte Collin – Formula Studio
Impression : Imprimerie Medialis, Berlin
Format : 17 x 23,7 cm – 108 pages – cousu collé
Langues : français, allemand, anglais
Distribution : Les Presses du Réel

Avec le soutien à l'édition du Cnap, du Kulturstiftung des Freiestaates Sachsen, Allemagne, de l'Institut Français, Berlin, de Drawing Room, Hamburg et ASPN, Leipzig

Dernière mise à jour le 07 oct. 2019

Éditions NAIMA

32 boulevard de Strasbourg
75010 Paris 10
France
Site internet : Naima Unlimited
Éditeur : Julien Bézille
Éditrice : Agathe Lacroix
Éditrice : Manon Piel