Skip to Content
Centre national des arts plastiques
  • Le Cnap
    • Toute l’actualité des événements, des commandes et des temps forts de la diffusion de la collection du Cnap. Consulter les archives de l'activité depuis 2007
    • Nouveautés, catalogue
    • Entreprises, médias et particuliers qui accompagnent le Cnap
  • Collection
    • Procédures d’acquisition, de commande et de donation d’œuvres en arts plastiques, en photographie et images, en arts décoratifs, design et métiers d'art
    • Base de données des œuvres acquises depuis 1791. Base de données des œuvres et des études de la commande publique nationale et déconcentrée depuis 1983. Cartographie des commandes publiques. Œuvres dans les portails thématiques du ministère de la Culture.
    • Récolement et post-récolement, notices de constat d'état, gestion des disparitions et des vols
    • Consulter les listes d’œuvres acquises depuis 2015
    • Histoire du Fonds national d’art contemporain et actions de recherche scientifique. Présentation de la collection contemporaine, moderne et historique et articles sur une sélection d'œuvres
    • Écouter les œuvres produites dans le cadre des ACR - Ateliers de création radiophonique, commandées par le Cnap et France Culture
  • Prêts et dépôts
    • Le Cnap peut prêter et déposer les œuvres et objets d’art inscrits sur l’inventaire du Fonds national d’art contemporain
    • Le prêt d’œuvres est une procédure qui permet la mise à disposition des œuvres du Fonds national d’art contemporain par le Cnap pour des expositions temporaires, en France et à l’étranger.
    • Le dépôt est la mise à disposition d’une œuvre du Fonds national d’art contemporain, géré par le Cnap, destinée à être présentée au public, qu’elle soit installée dans une administration ou une institution muséale pouvant l’abriter pour une durée de plus d’un an.
  • Documentation
    • Consultation de la documentation, demandes de renseignements et contacts
    • Documentation générale, documentation des œuvres et des artistes de la collection, iconothèque, archives et actualité de la documentation
  • Soutien à la création
    • Soutien à l'édition imprimée et numérique
    • Soutien à la première exposition et à la publication, soutien pour une participation à une foire à l'étranger. Avance remboursable
    • Soutien aux maisons de production : soutien au développement et soutien à la post-production
    • Comptes-rendus de recherches d'artistes, de critiques et historiens de l'art, de restaurateurs d'art et de photographes documentaires
  • Profession artiste
    • Conditions d’accès aux écoles d’art, cursus, diplômes et vie étudiante. Validation des acquis et de l’expérience
    • Statuts et modes de recrutement des enseignants
    • Définitions, copies et reproductions, protection par le droit d’auteur, exploitation des œuvres
    • Obligations fiscales, déclaration d’impôts, TVA, contribution économique territoriale, taxe d’habitation, mécénat, parrainage
    • Obligations sociales des artistes, couverture et prestations, déclaration d’activité, identification, assujettissement, affiliation
    • Début et fin d’activité, création d’entreprise, cumuls d’activités, formation, validation des acquis de l’expérience, commandes, ventes, contrats de cession de droits d’auteur, exposition, résidences, aides de l’état, ateliers-logement
    • Résidences d’artistes, appels à projets, 1%, commandes publiques, offres d’emploi
  • Calendrier
  • Guide / Annuaire

Jousse entreprise - art contemporain

Share Share Share Share Share

VERSIONS

Arts plastiques - Exposition
30 novembre 2017 • 06 janvier 2018

Nathanaëlle Herbelin a grandi dans un petit village au centre d’Israël entre un père français et une mère israélienne, et c’est à Tel-Aviv qu’elle a appris la peinture, aux côtés d’artistes russes et ukrainiens arrivés sur place dans les années 1990. De ce territoire, elle conserve aujourd’hui encore le goût du désert, du silence et de la culture des bédouins du Néguev, ainsi qu’un lien étroit avec la nature. L’ensemble de son travail est sous-tendu par un contraste entre une grande tension et une certaine douceur. Et sa mélancolie n’exclut pas, ici et là, des traits d’humour et une certaine légèreté.

Il y a quelques années, Nathanaëlle Herbelin s’interrogeait sur l’éventuel rapport de sa peinture à la photographie.

Ce questionnement a fait place aujourd’hui à de nouveaux paradoxes, à de nouvelles équivoques.

Elle chasse dans le réel de petits épisodes banals. Puis elle les examine à la surface de ses peintures dans un mélange de prosaïsme et de transcendance poétique, qui se résume en général dans un trait d’humour léger. Ses tableaux les plus réalistes sont les plus ambigus, par exemple le grand intérieur inspiré par Les Choses de Georges Perec, qui est aussi la bibliothèque d’un appartement prêté par un ami peintre.

Il exprime sa fascination pour l’idée d’une maison à soi, entre présence concrète et monde de fiction.

Récemment de drôles de scènes sont apparues dans ses tableaux, comme des commentaires sur ce qu’elle aurait pu faire si elle avait été une peintre abstraite. Ce sont des détournements de souvenirs de l’école des beaux-arts : des vues méconnaissables de chantiers d’exposition, des petits coins d’ateliers, un tréteau dont la forme évoque un module métallique, un chevalet ou bien les restes d’une installation, une boîte noire pour montrer de la vidéo, qui ressemble à un monochrome devant des murs d’un rouge sombre. Plus ancienne d’à peine quelques mois, une petite nature morte montrant un morceau de carton aplati, trouvé par terre dans la rue, n’est pas une sculpture abstraite, mais une de ces protections que l’on met autour des gobelets de café à emporter pour ne pas se brûler les doigts.

Au meme moment et à l’opposé de cette recherche — ou plutôt exactement dans le meme esprit — Nathanaëlle Herbelin s’est lancée dans une nouvelle aventure: des portraits d’inconnus, réalisés au hasard des rencontres dans la rue ou dans les salles d’un musée, et des portraits d’amis intimes qui ont posé pour elle, seuls ou bien par groupes, réceptacles eux aussi, d’histoires que l’on ne saura pas. Au début, ils détournaient le regard puis, de plus en plus, ils font face aujourd’hui à leur présent et à l’archaïsme de la peinture.

Elle pétrit ses motifs en faisant des variations sur des périodes assez longues, comme pour les épuiser, presque pour les faire disparaître dans les couleurs et dans les formes. Pour des esquisses qui ont la force des premières expériences, elle peint souvent sur des planchettes de bois. Ce matériau ne craint pas les allées et venues de l’image dans le temps. C’est le moment du jeu. Puis elle commence ensuite une toile préparée, en plus grand format, à la recherche du geste juste, du mouvement franc, de la couleur exacte — elle a même peint une collection de mains et de gestes. Ses dessins, mêlés dans des cahiers à quelques images découpées ici et là, sont de simples notes ; les recherches véritables ont lieu au bout du pinceau. De temps en temps, une peinture est abandonnée au profit d’une autre, parce qu’elle partait dans une mauvaise direction, puis reprise plus tard comme un chemin nouveau. C’est le cas par exemple de ces piscines dont l’une, au trait est plus relâché, tire vers le pourpre et l’autre, plus tendue, vers une obscurité bleue et froide . Elles disent différents angles de la mémoire.

L’une de ses premières séries montrait des campements dans le désert, baraquements à la destination inconnue.

En plans beaucoup plus rapprochés, de petits abris sont ensuite apparus dans ses tableaux, ornés de guirlandes de lumières colorées, toujours vides. On dirait que les humains qui les habitent viennent de s’absenter, à moins qu’ils ne soient sur le point de rentrer pour une fête mélancolique. Les tableaux de Nathanaëlle Herbelin sont des cabanes, des cachettes — protection face au danger ou asile pour la rêverie.

Le grand tipi rouge, à la fois inquiétant chapiteau de cirque et refuge enfantin, est à l’image de cette peinture réaliste qui ne l’est pas. Des objets ramassés sur une route disposés dans le coin d’une pièce dessinent un autel mélancolique, tandis qu’un véritable autel candomblé composé d’objets exotiques évoque un univers familier. Une cuisine, inspirée par une scène de Cent ans de solitude de Garcia-Marquez, et constellée de post-it ressemble à un monde évanescent, sur le point de disparaître : se souvenir de se souvenir.

 

Anaël Pigeat

Heures de vernissage : 
16h - 21h30
Dernière mise à jour le 21 nov. 2017

Jousse entreprise - art contemporain

6 rue Saint-Claude
75003 Paris 03
France
Téléphone : 01 53 82 10 18
Directeur : Philippe Jousse