Skip to Content
Centre national des arts plastiques
  • Le Cnap
    • Toute l’actualité des événements, des commandes et des temps forts de la diffusion de la collection du Cnap. Consulter les archives de l'activité depuis 2007
    • Nouveautés, catalogue
    • Consulter les offres d'emploi et de stages
  • Collection
    • Procédures d’acquisition, de commande et de donation d’œuvres en arts plastiques, en photographie et images, en arts décoratifs, design et métiers d'art. Dates de dépôts des propositions et des commissions
    • Base de données des œuvres acquises depuis 1791. Base de données des œuvres et des études de la commande publique nationale et déconcentrée depuis 1983. Cartographie des commandes publiques. Œuvres dans les portails thématiques du ministère de la Culture.
    • Récolement et post-récolement, notices de constat d'état, gestion des disparitions et des vols
    • Consulter les listes d’œuvres acquises depuis 2015
    • Histoire du Fonds national d’art contemporain et actions de recherche scientifique. Présentation de la collection contemporaine, moderne et historique et articles sur une sélection d'œuvres
    • Écouter les œuvres produites dans le cadre des ACR - Ateliers de création radiophonique, commandées par le Cnap et France Culture
  • Prêts et dépôts
    • Le Cnap peut prêter et déposer les œuvres et objets d’art inscrits sur l’inventaire du Fonds national d’art contemporain
    • Le prêt d’œuvres est une procédure qui permet la mise à disposition des œuvres du Fonds national d’art contemporain par le Cnap pour des expositions temporaires, en France et à l’étranger.
    • Le dépôt est la mise à disposition d’une œuvre du Fonds national d’art contemporain, géré par le Cnap, destinée à être présentée au public, qu’elle soit installée dans une administration ou une institution muséale pouvant l’abriter pour une durée de plus d’un an.
  • Documentation
    • Consultation de la documentation, demandes de renseignements et contacts
    • Documentation générale, documentation des œuvres et des artistes de la collection, iconothèque, archives et actualité de la documentation
  • Soutien à la création
    • Soutien à l'édition, soutien pour la participation à un salon
    • Soutien pour une exposition/publication, soutien pour une participation à une foire à l'étranger. Avance remboursable
    • Soutien aux maisons de production : soutien au développement et soutien à la post-production
    • Comptes-rendus de recherches d'artistes, de critiques et historiens de l'art, de restaurateurs d'art et de photographes documentaires
  • Profession artiste
    • Conditions d’accès aux écoles d’art, cursus, diplômes et vie étudiante. Validation des acquis et de l’expérience
    • Statuts et modes de recrutement des enseignants
    • Définitions, copies et reproductions, protection par le droit d’auteur, exploitation des œuvres
    • Obligations fiscales, déclaration d’impôts, TVA, contribution économique territoriale, taxe d’habitation, mécénat, parrainage
    • Obligations sociales des artistes, couverture et prestations, déclaration d’activité, identification, assujettissement, affiliation
    • Début et fin d’activité, création d’entreprise, cumuls d’activités, formation, validation des acquis de l’expérience, commandes, ventes, contrats de cession de droits d’auteur, exposition, résidences, aides de l’état, ateliers-logement
    • Résidences d’artistes, appels à projets, 1%, commandes publiques, offres d’emploi
  • Calendrier
  • Guide / Annuaire

Galerie Depardieu

Share Share Share Share Share

Urban Solitude

Laurence Bessas / Agnès Doneau / N_VR

Arts plastiques - Exposition
11 janvier • 02 février 2019

 

Vernissage jeudi 10 janvier 2019 de 16h à 21h

« Urban Solitude »avec Laurence Bessas / Agnès Doneau / N_VR

Exposition jusqu'au 2 février 2019

Entrée libre

 

Du lundi au samedi de 14h30 à 18h30

 

Galerie Depardieu
6 rue du docteur Jacques Guidoni
06000 Nice
Tel 0 966 890 274
www.galerie-depardieu.com

 

 

Laurence Bessas

Laurence Bessas, la sculpture comme une respiration

A la sortie des « Beaux-Arts » Laurence Bessas s’était lancée dans la peinture à la main. Refusant les pinceaux et leurs traces hasardeuses, elle plongeait dans la matière, accumulait les couches de couleur, donnant ainsi naissance à des formes en suspens, à d’étranges silhouettes perdues dans l’espace.

Cette petite femme d’apparence fragile avait pourtant l’âme d’un sculpteur et dès qu’elle entreprit la taille directe, cette vocation artistique s’affirma comme une évidence. La pierre et le bois s’imposèrent comme les vecteurs d’une expression que l’on peut qualifier de forte, dense, singulière. Laurence Bessas travaille aujourd’hui le granit, le marbre, le bois, insufflant à la matière un supplément d’âme. Pour elle «Sculpter, c’est projeter dans l’espace son moi qui est mémoire collective et universelle. Sculpter, c’est comme vivre, c’est contracter le temps à chaque respiration».

Ses oeuvres sont précisément captivantes parce qu’elles semblent dépasser leurs contours pour gagner un au-delà invisible, imaginaire, multiple. Une façon très personnelle d’imprimer à la pierre ses émotions. Son oeuvre s’inscrit tout naturellement dans ce thème poignant, la déréliction de l’homme perdu dans une sorte de no man’s land. Urban solitude pour tous ceux qui tentent vainement de gagner une terre meilleure, pour tous ceux qui rêvent d’un ailleurs moins désespérant. Les couleurs et les veinures des bois exotiques qu’utilise Laurence Bessas évoquent les chemins tortueux qu’empruntent tous les errants, tous les migrants de la terre. Et l’on suit leur itinéraire en

contemplant longuement ces sculptures abstraites, parfois imposantes par leurs dimensions mais donnant toujours à penser les contrastes, les vides, les pleins, les trajectoires.

Une réflexion ouverte sur le monde contemporain.

Nicole Laffont

 

 

Agnès Doneau

Courbés sous un poids 
parfois visible, parfois non,
ils peinent dans la boue ou dans la mer,
penchés, affamés,

des hommes silencieux aux cafetans épais (....)
Cela peut être la Bosnie, la Syrie aujourd'hui,
la Pologne en septembre 39 , la France huit mois plus tard, Thuringe en 45,Somalie ou Afghanistan, Egypte, Palestiniens ...

Et cette oblique, toujours, le corps penché
comme vers une planète autre, meilleure,
avec moins de canons, moins de neige, de vent,
moins d'Histoire (hélas, cette planète n'existe pas il n'y a que l'oblique).

Jambes lourdes
le pas très lent, très lent,
ils vont dans le pays nulle part,
dans la ville personne
sur la rivière jamais.

 

poème d'Adam ZAGAJEWSKI

 

 

 

 

 

N_VR

Urbaines Solitudes

Suite photographique de N_VR

Les solitudes croisées des urbains d'aujourd'hui forment un canevas d'instants de vie que la photographe N_VR a patiemment rassemblés ici.

De Buenos Aires à St Pétersbourg, les grandes métropoles exsudent ce même sentiment chez les humains qui y vivent : ils se sentent minuscules et tout à fait seuls au milieu d'une foule fantasmée à laquelle jamais on ne peut recourir pour sortir de cette solitude.

Chacun, au contraire, est systématiquement et implacablement renvoyé à son statut de minuscule élément d'un processus qui échappe désormais à toute tentative d’humanisation : la grande métropole.

Dans la série d'images présentée ici, la photographe s'attache davantage à rendre l'atmosphère qui entoure les humains perdus dans la ville quelle qu'elle soit qu'à montrer des lieux en tant que tels. Les images ne sont jamais mises en scène et très peu retravaillées (quelques recadrages à la marge, rien de plus)

 

Urbaines Solitudes

Mais de qui sont-ils le nom, ces femmes et ces hommes surpris de dos dans une immobilité fascinante faisant écho aux paysages miroirs vides de toute existence qui s’étendent devant eux comme les reflets de leur humanité suspendue au fol espoir de renaître de ses cendres ? Visages-Paysages dérobés au flux du temps d’où la vie aurait fui vers quelque contrée inconnue d’eux, ultimes rêves éveillés d’une humanité en voie de déliquescence. Il y a là, dans ces silhouettes absorbées par le trou noir de l’objectif de N_VR, des pulsions de vie que l’on devine en attente d’un je ne sais quoi qui les extrairait de cette stupeur de lave semblant les avoir momifiés à jamais.

Quelles que soient les métropoles, la taille de leur territoire et l’empreinte de celui-ci sur le globe terrestre, ces étendues désertées paraissent toutes offrir le même désarroi, le même reflet du vide de ces vies minuscules prises dans les rets de tentaculaires solitudes urbaines. De Buenos Aires à Saint- Pétersbourg, de Marseille à Bordeaux en passant par Arles, Aix en Provence et Berlin, sourd le même sentiment d’incomplétude générant les mêmes cris rentrés de détresse, toute tentative d’appel étant par avance destinée à ne trouver aucun écho.

De cette mélancolie picturale surgie de quelques failles spatio-temporelles captées - presque - incidemment par la photographe, ressort une inquiétante étrangeté renvoyant à celle ressentie lors de la projection des plans fixes de La Jetée de Chris Marker. Ce sentiment, qui préexistait avant que « la pellicule » ne le révèle, a quelque chose à voir avec le « sentiment océanique » dont parlait si bien Romain Rolland : l’impression fugace d’appartenir à un univers plus grand que soi qui se joue de l’intégrité de chacun en lui tendant le miroir de son absolue solitude.

Horaires : 
Du lundi au samedi de 14h30 à 18h30
Heures de vernissage : 
Vernissage jeudi 10 janvier 2019 de 16h à 21h
Dernière mise à jour le 27 déc. 2018

Galerie Depardieu

6 rue du docteur Jacques Guidoni
06000 Nice
France
Téléphone : 0 966 890 274
Galeriste : Christian Depardieu
Téléphone : 0 966 890 274