Skip to Content
Centre national des arts plastiques

Institut Hongrois de Paris

Share Share Share Share Share

Mets littéraires

A la table des écrivains hongrois

Exposition
10 septembre • 19 octobre 2018

« Allons-nous publier cette chronique, monsieur le rédacteur ?... C’est-à-dire que sur quatre colonnes il ne s’y passe rien d’autre qu’un homme qui mange un poisson !... », demande l’imprimeur dans Dernier jour à Budapest, roman de Sándor Márai (Albin Michel, 2017, traduit par Catherine Fay), consacré à la figure Gyula Krúdy, auteur de nombreux récits « culinaires ».

Il ne s’y passerait réellement rien d’autre ? Quelle peut être la signification d’un repas ou d’un mets dans un texte littéraire ? La description minutieuse du dîner consommé par le protagoniste aiguiserait-elle notre compréhension du roman ? Notre exposition, réalisée en collaboration avec le Musée littéraire Petőfi, met sur la table un sujet rarement évoqué dans les murs de l’Institut hongrois : la littérature gourmande. Conscients que manger est rarement un acte innocent en littérature, nous articulons notre sélection de textes et d’archives littéraires autour de concepts tels que sacralité, l’identité nationale, la sensualité ou la recherche de l’extrême.

Convié à la table des écrivains hongrois, le visiteur sera, contrairement aux préceptes communément admis de la bienséance, vivement encouragé à regarder dans l’assiette (la tasse à café, le plat à rôti, le sucrier ou encore la boîte à épices) de ses illustres voisins tout en se délectant du festin littéraire qu’offrent les textes mitonnés par leurs propriétaires. Car si les plaisirs de la table et la faim sont des phénomènes éternels, le discours littéraire qui s’en inspire ne l’est pas moins.

 

Complément d'informations : 
Entrée libre Informations : accueil@instituthongrois.fr | +33 1 43 26 06 44
Horaires : 
Du lundi au samedi : 9h-20h
Dernière mise à jour le 27 juill. 2018

Institut Hongrois de Paris

92 rue Bonaparte
75006 Paris 06
France
Téléphone : 01 43 26 06 44
responsable de presse : Reka Korcsak