Skip to Content
Centre national des arts plastiques
  • Le Cnap
    • Toute l’actualité des événements, des commandes et des temps forts de la diffusion de la collection du Cnap. Consulter les archives de l'activité depuis 2007
    • Nouveautés, catalogue
    • Entreprises, médias et particuliers qui accompagnent le Cnap
  • Collection
    • Procédures d’acquisition, de commande et de donation d’œuvres en arts plastiques, en photographie et images, en arts décoratifs, design et métiers d'art
    • Base de données des œuvres acquises depuis 1791. Base de données des œuvres et des études de la commande publique nationale et déconcentrée depuis 1983. Cartographie des commandes publiques. Œuvres dans les portails thématiques du ministère de la Culture.
    • Récolement et post-récolement, notices de constat d'état, gestion des disparitions et des vols
    • Consulter les listes d’œuvres acquises depuis 2015
    • Histoire du Fonds national d’art contemporain et actions de recherche scientifique. Présentation de la collection contemporaine, moderne et historique et articles sur une sélection d'œuvres
    • Écouter les œuvres produites dans le cadre des Ateliers radiophoniques, en partenariat avec France Culture
  • Prêts et dépôts
    • Le Cnap peut prêter et déposer les œuvres et objets d’art inscrits sur l’inventaire du Fonds national d’art contemporain
    • Le prêt d’œuvres est une procédure qui permet la mise à disposition des œuvres du Fonds national d’art contemporain par le Cnap pour des expositions temporaires, en France et à l’étranger.
    • Le dépôt est la mise à disposition d’une œuvre du Fonds national d’art contemporain, géré par le Cnap, destinée à être présentée au public, qu’elle soit installée dans une administration ou une institution muséale pouvant l’abriter pour une durée de plus d’un an.
  • Documentation
    • Consultation de la documentation, demandes de renseignements et contacts
    • Documentation générale, documentation des œuvres et des artistes de la collection, iconothèque, archives et actualité de la documentation
  • Soutien à la création
    • Soutien à l'édition imprimée et numérique
    • Soutien à la première exposition et à la publication, soutien pour une participation à une foire à l'étranger. Avance remboursable
    • Soutien aux maisons de production : soutien au développement et soutien à la post-production
    • Comptes-rendus de recherches d'artistes, de critiques et historiens de l'art, de restaurateurs d'art et de photographes documentaires
  • Profession artiste
    • Conditions d’accès aux écoles d’art, cursus, diplômes et vie étudiante. Validation des acquis et de l’expérience
    • Statuts et modes de recrutement des enseignants
    • Définitions, copies et reproductions, protection par le droit d’auteur, exploitation des œuvres
    • Obligations fiscales, déclaration d’impôts, TVA, contribution économique territoriale, taxe d’habitation, mécénat, parrainage
    • Obligations sociales des artistes, couverture et prestations, déclaration d’activité, identification, assujettissement, affiliation
    • Début et fin d’activité, création d’entreprise, cumuls d’activités, formation, validation des acquis de l’expérience, commandes, ventes, contrats de cession de droits d’auteur, exposition, résidences, aides de l’état, ateliers-logement
    • Résidences d’artistes, appels à projets, 1%, commandes publiques, offres d’emploi
  • Calendrier
  • Guide / Annuaire

Une collection sans murs

Collection arts plastiques

Share Share Share Share Share

Melik Ohanian, Days/See What I Saw/ Saw and What I Will See, 2011

Article

  • Vue de l’exposition « Melik Ohanian - Days, I See what I Saw and what I will See »
    Galerie Chantal Crousel, Paris
    © Adagp, Paris / Cnap / photo : Grégory Copitet

  • Vue de l’exposition « Melik Ohanian - Days, I See what I Saw and what I will See »
    Galerie Chantal Crousel, Paris
    © Adagp, Paris / Cnap / photo : Grégory Copitet

  • Vue de l’exposition « Melik Ohanian - Days, I See what I Saw and what I will See »
    Galerie Chantal Crousel, Paris
    © Adagp, Paris / Cnap / photo : Grégory Copitet

  • Vue de l’exposition « Melik Ohanian - Days, I See what I Saw and what I will See »
    Galerie Chantal Crousel, Paris
    © Adagp, Paris / Cnap / photo : Grégory Copitet

  • Vue de l’exposition « Melik Ohanian - Days, I See what I Saw and what I will See »
    Galerie Chantal Crousel, Paris
    © Adagp, Paris / Cnap / photo : Grégory Copitet

  • Vue de l’exposition « Melik Ohanian - Days, I See what I Saw and what I will See »
    Galerie Chantal Crousel, Paris
    © Adagp, Paris / Cnap / photo : Grégory Copitet

  • Vue de l’exposition « Melik Ohanian - Days, I See what I Saw and what I will See »
    Galerie Chantal Crousel, Paris
    © Adagp, Paris / Cnap / photo : Grégory Copitet

À l'occasion de la 14ème Biennale de Lyon qui se tient jusqu'au 7 janvier 2018, Melik Ohanian est invité à montrer son dernier film « Borderland — I Walked a Far Piece » à La Sucrière. Le Cnap revient sur une œuvre monumentale de cet artiste qu'il a acquise en 2011 : Days/See What I Saw/ Saw and What I Will See.

« Si j'ai commencé À l'ouest des rails par filmer les rails, c'est parce que les rails, c'est précisément ce qui relie l'ensemble des parties. Le rail donne aussi l'impression d'un lien entre le passé et le présent. Tu entres dans le passé »
Ainsi le cinéaste chinois Wang Bing décrit-il sa première grande œuvre d'envergure, le film de 9 heures consacré au gigantesque complexe industriel Tie Xi, constitué pendant le temps de l'occupation japonaise et filmé par le cinéaste de 1999 à 2001, au moment même de l'effondrement économique du complexe minier.
Days, /See what I Saw/ Saw and what I will See (2011) de Melik Ohanian est un long film travelling de quarante-deux minutes qui a été tourné de jour et de nuit en onze jours dans un camp de travailleurs à Sajaa, Sharjah, en 2011. Deux plans-séquences le composent, qui correspondent à une lente traversée de 1100 mètres de rails construits par l'artiste par segments, à l'intérieur du camp, pour pouvoir le filmer. Chaque jour, l’artiste a monté et démonté les 100 mètres de rails dont il disposait. Toutes les quatre minutes, alors que la caméra s’apprête à arriver au bout de sa course, un raccord du plan place à l’image les nouveaux cent mètres de rails devant la caméra.
Cette expérience filmique s'identifie à une tentative de représentation continue du temps et de l'espace, en une politique de la lenteur, qui témoigne de la condition faite aux ouvriers-travailleurs immigrés des grands sites architecturaux des émirats pétroliers. La caméra de ce film structural filme systématiquement la cité ouvrière comme un labyrinthe, selon un principe répétitif -de jour et de nuit- du tour d'écrou. Le dispositif qu'invente Melik Ohanian est littéralement le dispositif technique du cinéma (le cadre, le cadrage, le travelling avant) qui devient le lieu d'une recherche artistique, menée sous la forme d'une avancée sans fin. Ce parti pris cinématographique accompagne et rend possible une lente immersion au cœur du monde des ouvriers anonymes et exploités.
L'insistance, l’itération des gestes sont les motifs principaux du film de Melik Ohanian.
Un tel motif est également celui du cinéaste chinois, que Dork Sabunyan traduit à sa manière par le terme d'endurance, à propos de À l'ouest des rails :
« Ces jeux mouvants entre l'attente et l'imprévisible qui en découle- sortes de bougés perceptifs qui affinent notre relation à l'expérience ouvrière-, empêchent corrélativement toute esthétisation de la misère, laquelle ne fait rien d'autre que confirmer à sa façon le lieu commun d'une humanité souffrante. Non que, encore une fois, la dureté du labeur et des circonstances soit niée, au contraire ; mais l'endurance filmique de Wang Bing cherche en parallèle à montrer les mille modalités selon lesquelles les ouvriers s'approprient un lieu de travail, où le caractère mécanique des gestes n'interdit pas l'établissement d'un rapport fort, presque organique, aux matériaux. »
Ici, les deux faces de l'écran exposant la version diurne et la version nocturne sont comme deux doublures réversibles.

L'œuvre de Melik Ohanian est forte d'un grand nombre de pièces. À travers une multiplicité de médiums (vidéo, installations, photos, textes) l'artiste explore les notions de territoire et d'espace. Déjà dans une œuvre plus ancienne White Wall Travelling, (1997, 30’), Melik Ohanian avait filmé, en trois travellings successifs, la lutte des cinq cent dockers licenciés de Liverpool en grève depuis deux ans, retraçant une temporalité et une géographie humaine spécifique. Les trois séquences filmées combinent trois temps différents. Le temps constitue en effet et en dernier lieu l'élément récurrent et fondamental du travail de Melik Ohanian.

Pascale Cassagnau, Responsable de la collection audiovisuel, vidéo et nouveaux médias au Cnap
_

Melik Ohanian est né en 1969 à Lyon, il vit et travaille à Paris et New York. Il est représenté à Paris par la galerie Chantal Crousel.

Artiste(s) associé(s) : 
Dernière mise à jour le 29 sept. 2017