Skip to Content
Centre national des arts plastiques

Galerie Dix9

Share Share Share Share Share

Médusidélancolie

Arts plastiques - Exposition
28 janvier • 25 février 2017

 

Deux artistes de la galerie, Sheila Concari et Anne Deguelle, se réunissent pour réactiver chacune une figure mythique de la sidération, la Mélancolie pour Anne, Méduse pour Sheila. 

Ces deux figures de la sidération Méduse et Mélancolie se rejoignent ici dans l’expression même du bouleversement. Nous demeurons médusés et sidérés en face des soubresauts du monde contemporain.

L’effroi psychique et émotionnel paralyse notre réflexion et notre capacité d’action. Les tremblements, les désenchantements, les révolutions, creusent un désarroi où tout semble éculé et voué à l’échec. 

Les investigations respectives de Anne et Sheila déploient une relecture de ces deux mythologies féminines dans les champs  du poétique, de l’art, du document pour un décryptage de l’étât d’entravement. Cette inscription mythique convoque des figures universelles pour appeler l’aide d’une réparation comparable à celle du bol brisé kintsugi*.

Créature double, effrayante et fascinante, la Méduse de Sheila Concari tire les fils d’une narration déstructurée à travers des médias divers où le mythologique et l’organique se croisent et se mélangent.  Le mythe s'incarne dans une panoplie visuelle et sonore. Une sorte de cahier intime des troubles d’une métamorphose aux

tons noirs et romantiques. 

Anne Deguelle interroge Melencolia I, 1514, gravure de Dürer sur laquelle l’ange de la Mélancolie scrute le ciel. Une chimère et un arc-en-ciel y accompagnent un objet céleste, image de la sidération, comète ou météorite. Au sol, des objets et outils gisent devenus soudainement inutiles et le monument ne commémore plus que sa base muette. L’invention de l’imprimerie et l’héliocentrisme ont-ils autant perturbé le ciel de Dürer que la révolution numérique et l’énergie noire ont ébranlé le nôtre ? A.D. déplie un à un ces Objets de Mélancolie.

__________________________________

* Information de Tiphaine Deguelle, « le projet kintsugi » 2016.

Kintsugi, une tradition et une philosophie japonaises du 15emes., évoque la réparation d’un bol brisé à l’aide de joints en laque or qui, tout en le magnifiant, lui restitue une nouvelle vie en prenant en compte le passé et l’accident.*

Heures de vernissage : 
17h - 21h
Dernière mise à jour le 30 janv. 2017

Galerie Dix9

19 rue des Filles du calvaire
75000 Paris 03
France
Téléphone : 01 42 78 91 77
Télécopie : 01 42 78 91 77
Directrice : Hélène Lacharmoise