Skip to Content
Centre national des arts plastiques

Missions

Valoriser le patrimoine artistique de l’État

Share Share Share Share Share

Les partenariats de recherche avec l'enseignement supérieur

Le Cnap est, par exemple, le partenaire des universités Paris 1 et Paris 8, mais aussi du Sciences Po Médialab avec lequel sont mis en place des projets de recherche sur le long terme. Ces recherches peuvent prendre la forme d’ateliers menés avec des étudiants, d’analyses de la collection en vue de produire des tableaux/outils statistiques ou d’expérimenter de nouvelles formes d’exploration des oeuvres et de leur histoire. C’est l’objectif de la collaboration avec le Médialab au cours de laquelle l’exploration de la collection a pris la forme d’un data sprint, soit une séquence mêlant, sur une courte durée, l’exploration des données, leur (re)mise en forme, la production de statistiques descriptives et de visualisations de données. Elle a permis de produire des visualisations sur les propriétés et caractéristiques des oeuvres et des artistes.

UNIVERSITÉ PARIS 1 PANTHÉON-SORBONNE
Une convention de partenariat « Recherche » a été signée en 2014 pour une durée de quatre ans, entre le Cnap et l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, en collaboration avec le Centre d’histoire sociale du XXe siècle. La recherche, portée par Véronique Figini concerne un ensemble spécifique de la collection photographique : le fonds Romeo Martinez  acquis par l’État entre les années 1990 et 2006. Il regroupe environ 3 200 photographies des années 1950 à 1990 rassemblées par Roméo Martinez (1911-1990), éditeur et collectionneur, grand témoin et acteur de la vie photographique (récolement, recherche, valorisation scientifique). Le programme, qui se poursuit sur trois ans porte sur l’analyse des éléments, les constats d’état et l’enrichissement de la documentation.

En collaboration avec l’UFR Histoire de l’art et archéologie, Sophie Cras, Maître de conférences en Histoire de l'art contemporain et des étudiants en Master recherche (niveau M1) a organisé avec le Cnap une suite d’ateliers dans lesquels les étudiants ont contribué à la rédaction de notices sur les œuvres de la collection, pour la création d’une exposition-dossier en ligne. Elle s'intéresse aux multiples de la collection et est basée sur son émergence, comme un nouveau médium à part entière de l'art contemporain depuis les années 1960 (rapport au ready-made, à l'objet, à la marchandise, à l'industrie, etc.).

_

UNIVERSITÉ PARIS 8 VINCENNES-SAINT DENIS
Une convention de partenariat avec l’Université Paris 8 Vincennes-Saint Denis - l’Unité mixte de recherche 7217 Centre de recherches sociologiques et politiques de Paris (Cresppa) a été signée en 2016. Dans ce cadre, Éric Brun, docteur en sociologie, sous la direction de Laurent Jeanpierre, sociologue et professeur à l’Université Paris 8 ont mis en place une analyse de la collection en vue de produire un tableau statistique qui recense l’ensemble des œuvres et des artistes à partir de la base de données. Cette analyse permet de dégager de ces données quelques pistes thématiques de recherche qui pourraient être proposées à la communauté scientifique.
_

MÉDIALAB DE SCIENCES-PO
Le Cnap et le médialab de Sciences-Po (Vincent Lépinay, Christophe Leclercq et Paul Girard) ont lancé un projet pilote destiné à mettre en valeur la collection et à expérimenter de nouvelles formes d’exploration des oeuvres et de leur histoire. Le médialab se situe à l’articulation de trois domaines peu liés par les chercheurs : les sciences humaines et sociales, la programmation informatique et le design. Il permet aux chercheurs qui y travaillent de repenser les étapes d’un programme de recherche, en incluant des étapes d’exploration visuelle de leurs données.

L’exploration de la collection a pris la forme d’un data sprint, c’est-à-dire une séquence mêlant, sur une courte durée, l’exploration des données, leur (re)mise en forme, la production de statistiques descriptives et de visualisations de données. L’expérience s’est déroulée du 27 au 29 septembre 2016 ; elle a rassemblé 6 universitaires (Laurence Bertrand-Dorléac, Sophie Cras, Nicolas Thély, Charlotte Guichard, Fanny Drugeon et Ricardo Venturi), 6 chercheurs du médialab, 5 designers, 5 responsables de collection et les responsables de la documentation du Cnap, ainsi que le directeur de Videomuseum.

L’exploration des données a permis de produire des visualisations sur les propriétés et caractéristiques des œuvres et des artistes. Cette expérience offre des perspectives de recherche et va permettre de développer des partenariats pour susciter des analyses scientifiques de la collection du Cnap. À titre d’exemple, l’étude d’un aperçu de l’histoire de la commande par nombre d’items, sur la totalité de l’histoire de la collection, a pu mettre en évidence quelques inflexions importantes, notamment : la non-incidence de la guerre de 1870 sur la politique de commande ; la chute considérable des commandes en 1914–1918 ; sous Vichy, des pics notables en matière de commande, mais bien moins importants que ce que l’on observe en 1937 pour l’Exposition universelle ; au moment de l’arrivée de Malraux, une chute claire des commandes dont on sait en revanche qu’elles s’adressent à des artistes phares du XXe siècle : Chagall, Masson, Calder ou encore Étienne-Martin, etc.

L’année 2017 devrait voir le développement de projets avec des étudiants de Sciences-Po, autour des questions de thésaurus/ mots-clés/iconographie, qui s’articuleraient avec la poursuite des recherches du groupe « Les Mots et les Choses », ou le rôle de la collection dans la manière dont les mouvements, les groupes prospèrent dans les années 1960-1980, ou encore l’entrée du design industriel dans la collection.

L’objectif est d’encourager l’analyse scientifique de la collection et d’améliorer la visibilité/lisibilité du Fonds national d’art contemporain en décrivant cette collection par son mode de collection, son histoire, son ampleur et son système de dépôts. 

Dernière mise à jour le 07 févr. 2019