Skip to Content
Centre national des arts plastiques

Diem perdidi Galerie du Tableau

Share Share Share Share Share

LEÏLA BRETT

Arts plastiques - Exposition
16 • 28 février 2015

Lilas et autres Nuances

 

Pour ma seconde exposition décennale à la galerie du Tableau, j’ai choisi de présenter des œuvres de séries récentes : Nuance 096 (diptyque) (2013) et de tout nouveaux dessins, Lilas (2014-2015).

 

Il est toujours question dans mon travail, soit de recouvrement, soit de prélèvement.

 

Nuance 096 (diptyque) tient des deux : du pastel « gris de Payne » – « moins un gris qu’un violet sombre[1] » – vient remplir totalement la surface du papier, puis est enlevé à l’aide une pointe à graver et d’un T, traçant dans la matière une ligne horizontale tous les millimètres environ. Le pastel est quasiment retiré du papier. La surface se fait lisse et plane.

« […] Le geste trame le motif en même temps qu’il l’altère et l’enfouit. […] La nécessité du faire est aussi celle de faire disparaître le geste du faire. Dire aussi qu’au geste cent fois, mille fois réitéré, répond le principe sériel qui régit la plupart des œuvres2. »

 

Lilas emprunte son nom à une autre série d’œuvres, les Tabulas lilas3 de Simon Hantaï. Dans mes Lilas, deux couleurs se confrontent : celle du papier blanc « héliosensible », et celle des nombreux points de feutre, blancs eux aussi, qui le recouvrent presque totalement. Au fur et à mesure de son exposition, la couleur non-peinte devient immatérielle et vulnérable.

Pour reprendre les termes de Dominique Fourcade à propos des Tabulas lilas : « […] ce qui donnait vie à cette couleur lilas, l’agent ultraviolet de la lumière du jour, était le principe même qui allait l’anéantir, et la brûlait déjà alors que nous la regardions4 […] ».

 

Leïla Brett

 

 

1 Cédric Loire, « Leïla Brett. Une singulière trame... », cat. exp. L’art dans les chapelles, 23e édition, Pontivy, 2014, p. 16.

2 C. Loire, « Leïla Brett. Une singulière trame... », op.cit., p. 16.

3 Elles-mêmes font référence à une parole de Matisse de 1952 : « Mais avez-vous vu la couleur du confessionnal ? La couleur qui apparaît dans les parties ajourées est-elle lilas ou violet ? De cette couleur sort un effet que j’aimerais qualifier de surnaturel. » Extrait cité par Dominique Fourcade, «  1973-1982, Les Tabulas, in sheer hantaïcity », cat. exp. Simon Hantaï, éditions du Centre Pompidou, Paris, 2013, p. 185.

4 D. Fourcade, «  1973-1982, Les Tabulas, in sheer hantaïcity », op. cit., p. 185.



 

 

 

Horaires : 
Du lundi au vendredi de 10h à 12h et de 15h à 19h. Le samedi de 10h à 12h et de 15h à 18h
Heures de vernissage : 
le lundi 16 à partir de 18h 30
Tarifs : 
Gratuit
Dernière mise à jour le 05 févr. 2015

Diem perdidi Galerie du Tableau

37 rue Sylvabelle
13006 Marseille
France
Téléphone : 04 91 57 05 34
Télécopie : 09 58 63 05 34
Site internet : Galerie du Tableau
Président : Bernard Plasse