Skip to Content
Centre national des arts plastiques
  • Le Cnap
    • Toute l’actualité des événements, des commandes et des temps forts de la diffusion de la collection du Cnap. Consulter les archives de l'activité depuis 2007
    • Nouveautés, catalogue
    • Entreprises, médias et particuliers qui accompagnent le Cnap
    • Consulter les offres d'emploi et de stages
  • Collection
    • Procédures d’acquisition, de commande et de donation d’œuvres en arts plastiques, en photographie et images, en arts décoratifs, design et métiers d'art. Dates de dépôts des propositions et des commissions
    • Base de données des œuvres acquises depuis 1791. Base de données des œuvres et des études de la commande publique nationale et déconcentrée depuis 1983. Cartographie des commandes publiques. Œuvres dans les portails thématiques du ministère de la Culture.
    • Récolement et post-récolement, notices de constat d'état, gestion des disparitions et des vols
    • Consulter les listes d’œuvres acquises depuis 2015
    • Histoire du Fonds national d’art contemporain et actions de recherche scientifique. Présentation de la collection contemporaine, moderne et historique et articles sur une sélection d'œuvres
    • Écouter les œuvres produites dans le cadre des ACR - Ateliers de création radiophonique, commandées par le Cnap et France Culture
  • Prêts et dépôts
    • Le Cnap peut prêter et déposer les œuvres et objets d’art inscrits sur l’inventaire du Fonds national d’art contemporain
    • Le prêt d’œuvres est une procédure qui permet la mise à disposition des œuvres du Fonds national d’art contemporain par le Cnap pour des expositions temporaires, en France et à l’étranger.
    • Le dépôt est la mise à disposition d’une œuvre du Fonds national d’art contemporain, géré par le Cnap, destinée à être présentée au public, qu’elle soit installée dans une administration ou une institution muséale pouvant l’abriter pour une durée de plus d’un an.
  • Documentation
    • Consultation de la documentation, demandes de renseignements et contacts
    • Documentation générale, documentation des œuvres et des artistes de la collection, iconothèque, archives et actualité de la documentation
  • Soutien à la création
    • Soutien à l'édition imprimée et numérique
    • Soutien à la première exposition et à la publication, soutien pour une participation à une foire à l'étranger. Avance remboursable
    • Soutien aux maisons de production : soutien au développement et soutien à la post-production
    • Comptes-rendus de recherches d'artistes, de critiques et historiens de l'art, de restaurateurs d'art et de photographes documentaires
  • Profession artiste
    • Conditions d’accès aux écoles d’art, cursus, diplômes et vie étudiante. Validation des acquis et de l’expérience
    • Statuts et modes de recrutement des enseignants
    • Définitions, copies et reproductions, protection par le droit d’auteur, exploitation des œuvres
    • Obligations fiscales, déclaration d’impôts, TVA, contribution économique territoriale, taxe d’habitation, mécénat, parrainage
    • Obligations sociales des artistes, couverture et prestations, déclaration d’activité, identification, assujettissement, affiliation
    • Début et fin d’activité, création d’entreprise, cumuls d’activités, formation, validation des acquis de l’expérience, commandes, ventes, contrats de cession de droits d’auteur, exposition, résidences, aides de l’état, ateliers-logement
    • Résidences d’artistes, appels à projets, 1%, commandes publiques, offres d’emploi
  • Calendrier
  • Guide / Annuaire

Galerie Tator

Share Share Share Share Share

La pantoufle invertie

Charlie Boisson

Arts plastiques - Exposition
17 septembre • 23 novembre 2018

Sur une proposition de Mickaël Roy, en partenariat avec Bikini, espace d’art contemporain.

 

Dans la pratique plasticienne d’assemblage que poursuit Charlie Boisson, des fragments d’objets de la société de production pré-industrielle et industrielle se mêlent et s’emmêlent à ceux de la société de consommation technologique. A tel point qu’il n’est pas aisé d’en reconnaître ni l’origine ni l’usage passé ou actuel. C’est dire que nos modes de vie sont frappés régulièrement d’une fulgurante obsolescence et même d’une amnésie, dans le même temps que les désirs d’objets et des fonctions de confort ou de plaisir domestique qu’ils appellent dans nos sociétés contemporaines développées et rompues au principe de production et de progrès, se renouvellent perpétuellement comme la marque d’une obsession, d’un plaisir ou d’une névrose de la confection et de la possession, c’est selon. 

 

A l’occasion de cette double exposition personnelle à la galerie Tator et à Bikini, le corpus des compositions hybrides faites de matériaux artisanaux et mécaniques pour partie récupérés s’élargit en de nouvelles préoccupations : à travers La pantoufle invertie, Charlie Boisson livre des espaces - installations desquels émerge pour tout dire une certaine érotique des objets et des formes de vie ainsi chinées, collectionnées et mises à vues, tantôt triviales comme les marqueurs anthropologiques et anthropocentriques de fonctions, de métiers et de modes révolus, tantôt métaphoriques comme les témoins d’un attachement physique et affectif pour des artefacts qui appellent par procuration la projection de certaines associations d’idées qui dépassent le registre de l’avouable. Par mécanisme de retroussement du réel et de passage du monde des objets vécus à celui des manipulations fantasmées, de dissimulation partielle, d’imbrication et d’interpénétration, les sculptures ouvertes qu’imagine Charlie Boisson dans un état d’éveil mû par le désir de côtoyer et de faire co-exister des objets dépourvus de chair et qui cependant s’épousent les uns les autres — qui d’un corset, d’un embauchoir ou d’un triboulet —, disposent au total des états incomplets d’un corps référent toutefois absent. Empruntant à la fois aux registres du féminin et du masculin, les images qui apparaissent, et qui par réminiscence ou extrapolation désignent éventuellement une pantoufle ou un talon, l’aiguille d’une quenouille, la structure d’une colonne vertébrale ou d’un membre viril, sont celles que l’esprit convoque par culture, tant il semble que l’intelligence humaine ne puisse considérer tout à fait le monde des objets sans le concevoir à son image. 

 

Cette double exposition entre la galerie Tator et Bikini est l’occasion pour Charlie Boisson de faire co-exister non loin l’un de l’autre deux ensembles, deux structures récentes d’un corpus nouveau qui s’établissent de façon immobile et immobilière dans l’espace d’exposition comme des présentoirs ou des plateaux de jeux qui mettent en visibilité autant de fragments signifiants ou insignifiants d’un sentiment paradoxal : il n’y a là aucun corps et pourtant notre perception en devine des échos ou des émanations. Se faisant l’on se demande si c’est du corps et du geste qu’est projeté l’objet ou de l’objet qu’apparaît le sentiment incomplet et métaphorique de quelques états d’un objet humain non identifié.

 

Si aux murs trônent comme des trophées quelques compositions matérielles et cependant anthropomorphes (là un embauchoir en lieu et place d’un nez ou une raquette en guise de volume facial), l’établi central donne davantage d’amorces et de possibilités de reconnaissance suggérées qu’il ne livre l’état abouti d’un corps qui pourrait encore être amené à se retourner voire à se retrousser selon les possibilités d’agencement offerte par l’ouvroir des potentielles représentations que constituent ces tables d’opération ou de dissection.

 

 

 

 

 

Si de part et d’autre de cette double exposition, l’on est tenté de partir à la recherche de la pantoufle que l’on croit pouvoir trouver, l’on reviendra sur ses pas, de gauche a droite et vice versa, pris au piège de la trouvaille annoncée d’un objet amical et désirable, tout à fait l’opposé de l’évocation inconfortable que l’on trouvera d’un talon près duquel se dresse une pointe toute métaphorique de la charge d’éros et de thanatos que cette rencontre suggère, de même que la pierre tombale prise en photographie évoque l’attraction de la durée funeste de la dernière demeure. 

 

Cette trouvaille ainsi promise, s’offre alors peut-être en toute supposition et comme tout subsitut sous la forme d’une figure de pied en fonte ou d’embauchoir en bois. Car ce qui se retourne en présence et en signification produit autant de satisfaction que de manque à combler en une autre position, en une autre condition de perception, féconde au demeurant. Ainsi en va-t-il de cette mystérieuse pantoufle, ni présente ni absente, mais tout à fait à sa place, dans l’esprit de tout un chacun en quête d’un support fétiche comme tutelle à vivre, à la verticale, à l’horizontale ou à la renverse, si tant est que l’on puisse imaginer qu’elle réside quelque part, en réserve d’apparition.

 

 

Mickaël Roy, septembre 2018

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Horaires : 
Du lundi au vendredi, de 14h à 18h
Heures de vernissage : 
18h
Dernière mise à jour le 16 oct. 2018

Galerie Tator

36 rue d'Anvers
69007 Lyon
France
Téléphone : 04 78 58 83 12
Responsable de la galerie : Marie Bassano
Président et co-fondateur : Laurent Lucas