Skip to Content
Centre national des arts plastiques
  • Le Cnap
    • Toute l’actualité des événements, des commandes et des temps forts de la diffusion de la collection du Cnap. Consulter les archives de l'activité depuis 2007
    • Nouveautés, catalogue
    • Entreprises, médias et particuliers qui accompagnent le Cnap
    • Consulter les offres d'emploi et de stages
  • Collection
    • Procédures d’acquisition, de commande et de donation d’œuvres en arts plastiques, en photographie et images, en arts décoratifs, design et métiers d'art. Dates de dépôts des propositions et des commissions
    • Base de données des œuvres acquises depuis 1791. Base de données des œuvres et des études de la commande publique nationale et déconcentrée depuis 1983. Cartographie des commandes publiques. Œuvres dans les portails thématiques du ministère de la Culture.
    • Récolement et post-récolement, notices de constat d'état, gestion des disparitions et des vols
    • Consulter les listes d’œuvres acquises depuis 2015
    • Histoire du Fonds national d’art contemporain et actions de recherche scientifique. Présentation de la collection contemporaine, moderne et historique et articles sur une sélection d'œuvres
    • Écouter les œuvres produites dans le cadre des ACR - Ateliers de création radiophonique, commandées par le Cnap et France Culture
  • Prêts et dépôts
    • Le Cnap peut prêter et déposer les œuvres et objets d’art inscrits sur l’inventaire du Fonds national d’art contemporain
    • Le prêt d’œuvres est une procédure qui permet la mise à disposition des œuvres du Fonds national d’art contemporain par le Cnap pour des expositions temporaires, en France et à l’étranger.
    • Le dépôt est la mise à disposition d’une œuvre du Fonds national d’art contemporain, géré par le Cnap, destinée à être présentée au public, qu’elle soit installée dans une administration ou une institution muséale pouvant l’abriter pour une durée de plus d’un an.
  • Documentation
    • Consultation de la documentation, demandes de renseignements et contacts
    • Documentation générale, documentation des œuvres et des artistes de la collection, iconothèque, archives et actualité de la documentation
  • Soutien à la création
    • Soutien à l'édition, soutien pour la participation à un salon
    • Soutien pour une exposition/publication, soutien pour une participation à une foire à l'étranger. Avance remboursable
    • Soutien aux maisons de production : soutien au développement et soutien à la post-production
    • Comptes-rendus de recherches d'artistes, de critiques et historiens de l'art, de restaurateurs d'art et de photographes documentaires
  • Profession artiste
    • Conditions d’accès aux écoles d’art, cursus, diplômes et vie étudiante. Validation des acquis et de l’expérience
    • Statuts et modes de recrutement des enseignants
    • Définitions, copies et reproductions, protection par le droit d’auteur, exploitation des œuvres
    • Obligations fiscales, déclaration d’impôts, TVA, contribution économique territoriale, taxe d’habitation, mécénat, parrainage
    • Obligations sociales des artistes, couverture et prestations, déclaration d’activité, identification, assujettissement, affiliation
    • Début et fin d’activité, création d’entreprise, cumuls d’activités, formation, validation des acquis de l’expérience, commandes, ventes, contrats de cession de droits d’auteur, exposition, résidences, aides de l’état, ateliers-logement
    • Résidences d’artistes, appels à projets, 1%, commandes publiques, offres d’emploi
  • Calendrier
  • Guide / Annuaire

Galerie Isabelle Gounod

Share Share Share Share Share

Katharina ZIEMKE

La lune, comme un sabre blanc

Arts plastiques - Exposition
13 octobre • 17 novembre 2018

La lune, comme un sabre blanc

 

 

Je rêve un théâtre de chambre,
Dont Breughel peindrait les volets,
Shakespeare, les pâles palais,
Et Watteau, les fonds couleurs d’ambre.

(Albert Giraud, extrait de « Théâtre » in Pierrot Lunaire, 1884)

 

 

Depuis déjà plusieurs années, l’intérêt que porte Katharina Ziemke à l’univers du théâtre paraît ne s’être jamais démenti. Qu’elle y puise un corpus de personnages et de motifs, ou qu’elle y trouve une occasion de déployer sa propre sensibilité sur scène par la création de décors[1], l’artiste semble en effet marquée par certaines de ses figures les plus emblématiques[2], ainsi que par la tradition de la pantomime, plus populaire et plus ancienne encore.

Pour sa première exposition personnelle à la Galerie Isabelle Gounod, la jeune artiste allemande s’empare des poèmes symbolistes d’Albert Giraud, rassemblés en 1884 dans son recueil Pierrot Lunaire et dont Arnold Schönberg s’inspira pour composer, en 1912, une œuvre musicale saisissante de modernité[3].

S’inscrivant dans cette généalogie à la fois littéraire et musicale, Katharina Ziemke y apporte une lecture plastique et visuelle du mythe de Pierrot, présentant un ensemble inédit de sculptures en bois peint et de grandes toiles réalisées à l’encre et au crayon de couleurs. Autant de nouveaux médiums et techniques qui lui permettent de rejouer les amours fragiles du poète lunaire de la commedia dell’arte et de composer un théâtre de chambre halluciné, dont les protagonistes immobiles paraissent flotter entre les rives du drame et de la farce : on y voit l’humble Colombine, nouée dans sa robe modeste ; Cassandre en sorcière qui toise, blâmant le nocturne acrobate ; affairée au soin de son linge, la Lavandière aux bras d’argent ; et la regardant, amoureux, un jeune Pierrot silencieux. Plus loin, au mur et surplombant la scène, un marionnettiste nous lance un regard farouche, surpris à tirer les ficelles d’une intrigue amoureuse dont il semble nous défier de croire qu’il est le maître. A moins que toute cette mascarade ne soit le fruit des rêves du dormeur qui, assoupi sur une barrière, vogue déjà loin sur l’onde bleutée du repos.

Tout autour, la mise en scène réalisée avec la complicité d’Émilie Cognard laisse sourdre une atmosphère feutrée de fin du jour, comme embaumée du parfum léger de la mélancolie et de celui, plus capiteux, d’une étrange inquiétude. C’est un philtre pour les yeux, distillant l’ivresse d’une expérience synesthésique où les sombres chatoiements des violets épousent la cruauté des rouges et côtoient la douceur des blonds et des pâles carnations.

Entre rêve et cauchemar, Katharina Ziemke soulève ainsi le lourd rideau de la réalité pour laisser entrevoir un monde étrange et hors du temps, nous invitant à y entrer pour sombrer, avec elle, dans le songe d’une nuit d’automne.


Thibault Bissirier, juillet 2018



[1] Katharina Ziemke a en effet collaboré avec le metteur en scène Thomas Ostermeier et réalisé plusieurs décors originaux pour Un ennemi du peule d’Isben en 2012, La Mouette de Tchekov en 2013 et Professeur Bernhardi de Schnitzler en 2017.

[2] Hamlet notamment, dont elle réalisa une série de portraits à l’encre de Chine en 2013.

[3] Le Pierrot Lunaire d’Armold Schönberg est remarquable à plus d’un titre. Outre une instrumentalisation radicale qui annonce la rupture du compositeur avec la tradition romantique, cette pièce expérimente une forme nouvelle de déclamation : le Sprechgesang ou parlé-chanté.

Horaires : 
Du mardi au samedi de 11h à 19h.
Heures de vernissage : 
De 16h à 20h.
Dernière mise à jour le 04 oct. 2018

Galerie Isabelle Gounod

13 rue Chapon
Paris 03
France
Téléphone : 01 48 04 04 80
Télécopie : 01 48 04 04 80
Directrice : Isabelle Gounod