Skip to Content
Centre national des arts plastiques
  • Le Cnap
    • Toute l’actualité des événements, des commandes et des temps forts de la diffusion de la collection du Cnap. Consulter les archives de l'activité depuis 2007
    • Nouveautés, catalogue
    • Entreprises, médias et particuliers qui accompagnent le Cnap
    • Consulter les offres d'emploi et de stages
  • Collection
    • Procédures d’acquisition, de commande et de donation d’œuvres en arts plastiques, en photographie et images, en arts décoratifs, design et métiers d'art. Dates de dépôts des propositions et des commissions
    • Base de données des œuvres acquises depuis 1791. Base de données des œuvres et des études de la commande publique nationale et déconcentrée depuis 1983. Cartographie des commandes publiques. Œuvres dans les portails thématiques du ministère de la Culture.
    • Récolement et post-récolement, notices de constat d'état, gestion des disparitions et des vols
    • Consulter les listes d’œuvres acquises depuis 2015
    • Histoire du Fonds national d’art contemporain et actions de recherche scientifique. Présentation de la collection contemporaine, moderne et historique et articles sur une sélection d'œuvres
    • Écouter les œuvres produites dans le cadre des ACR - Ateliers de création radiophonique, commandées par le Cnap et France Culture
  • Prêts et dépôts
    • Le Cnap peut prêter et déposer les œuvres et objets d’art inscrits sur l’inventaire du Fonds national d’art contemporain
    • Le prêt d’œuvres est une procédure qui permet la mise à disposition des œuvres du Fonds national d’art contemporain par le Cnap pour des expositions temporaires, en France et à l’étranger.
    • Le dépôt est la mise à disposition d’une œuvre du Fonds national d’art contemporain, géré par le Cnap, destinée à être présentée au public, qu’elle soit installée dans une administration ou une institution muséale pouvant l’abriter pour une durée de plus d’un an.
  • Documentation
    • Consultation de la documentation, demandes de renseignements et contacts
    • Documentation générale, documentation des œuvres et des artistes de la collection, iconothèque, archives et actualité de la documentation
  • Soutien à la création
    • Soutien à l'édition imprimée et numérique
    • Soutien pour une exposition/publication, soutien pour une participation à une foire à l'étranger. Avance remboursable
    • Soutien aux maisons de production : soutien au développement et soutien à la post-production
    • Comptes-rendus de recherches d'artistes, de critiques et historiens de l'art, de restaurateurs d'art et de photographes documentaires
  • Profession artiste
    • Conditions d’accès aux écoles d’art, cursus, diplômes et vie étudiante. Validation des acquis et de l’expérience
    • Statuts et modes de recrutement des enseignants
    • Définitions, copies et reproductions, protection par le droit d’auteur, exploitation des œuvres
    • Obligations fiscales, déclaration d’impôts, TVA, contribution économique territoriale, taxe d’habitation, mécénat, parrainage
    • Obligations sociales des artistes, couverture et prestations, déclaration d’activité, identification, assujettissement, affiliation
    • Début et fin d’activité, création d’entreprise, cumuls d’activités, formation, validation des acquis de l’expérience, commandes, ventes, contrats de cession de droits d’auteur, exposition, résidences, aides de l’état, ateliers-logement
    • Résidences d’artistes, appels à projets, 1%, commandes publiques, offres d’emploi
  • Calendrier
  • Guide / Annuaire

Galerie Thomas Bernard - Cortex Athletico

Share Share Share Share Share

Ignasi Aballi

Presque invisible

Arts plastiques - Exposition
10 mars • 21 avril 2018

Vernissage samedi 10 mars de 16h à 21h.

 

Logique du doute

 

Penser au travail d’Ignasi Aballí et aux oppositions et inversions qu’en permanence il convoque soudain fait resurgir cette phrase au combien célèbre de Fernando Pessoa, tirée de son Livre de L’intranquillité : « La solitude me désespère ; la compagnie des autres me pèse. »

Une analogie quelconque entre l’artiste catalan et l’écrivain portugais pourrait paraître parfaitement incongrue et hors sujet tant ce dernier, notamment, a inscrit sa trajectoire littéraire dans le cadre d’une fiction radicale ; fiction parfaitement étrangère à l’univers d’Aballí qui, tout au contraire, ancre son œuvre dans un réel qui lui en fourni matière à réflexion mais aussi matériaux : qu’il s’agisse d’objets, de coupures de journaux, de formes d’enregistrement diverses, de mesures ou d’occurrences du spectre des couleurs entre autres exemples.

Mais pourtant… D’un côté comme de l’autre, avec des référents et des ressorts certes forts différents, se fait jour une lecture, une analyse du monde qui pour beaucoup tient dans une observation scrupuleuse et lucide non de son absurdité mais des éléments qui en rendent la lecture complexe, parce que bâtie sur des incertitudes et des oppositions vertigineuses et sans fin.

 

Si la présente exposition est intitulée « presque invisible », la précédente de l’artiste dans l’ancien lieu de la galerie en 2015 avait pour titre « presque visible », tandis que l’exposition que lui consacrait en 2016 le Museo nacional Centro de arte Reina Sofía, à Madrid était titrée « sans début / sans fin ».

 

Pessoa encore : « J'ai pris une telle habitude de ressentir le faux comme le vrai, les choses rêvées aussi nettement que les choses vues, que j'ai perdu la capacité humaine, erronée me semble-t-il, de distinguer la vérité du mensonge. » S’il n’est chez Aballí nulle préoccupation relative au mensonge, est par contre toujours à l’œuvre une incertitude relative à la vérité établie.

Ainsi lorsqu’il expose une longue suite de près de deux-cents feuilles de papier sur chacune desquelles est inscrit, à peine lisible, le terme « presque » suivi d’un adjectif à chaque fois différent (Almost, 2018). Rien n’est donc beau, mais « presque beau ». L’adverbe est récurrent et tenace, signe d’une impossibilité à retenir une signification définitive, à enfermer la lecture, et surtout à signifier un accomplissement.

 

De cette instabilité constitutive du réel, de la difficulté – de l’impossibilité ? – à s’assurer que la nature même des choses est bien conforme à ce que l’on croit, Ignasi Aballí tire une œuvre complexe basée sur des rapprochements et des oppositions qui impose à l’autre, au spectateur, la nécessité d’opérer des choix, de décider quelle lecture il embrasse in fine de ce qui lui est soumis.

Dans sa Traduction d’un dictionnaire japonais (2018), qui prend la forme de collages de plages de couleurs découpées dans des journaux, qui là encore pourraient sembler être sans fin, se fait jour une forme d’absurdité ; si ces associations trouveraient une utilité dans des cahiers de tendances utilisées par les acteurs de la mode ou du design, elles constituent un répertoire visuel qui éventuellement pourrait trouver à être traduit dans les champs mentionnés mais qui ne constitue nullement lui-même une traduction. Avec en outre, autre source de confusion, l’usage du journal qui est bien l’un des derniers endroits où l’œil va véritablement prêter attention à la couleur.

Pessoa de nouveau : « La seule réalité pour moi, ce sont mes sensations. Les choses n'ont de valeur que par l'interprétation qu'on en donne. »

 

Entretenir le doute, laisser ouverts les possibles, se nourrir des incertitudes, outre que cela contribue à éviter l’enfermement (Pessoa toujours : « Passer des fantômes de la foi aux spectres de la raison, c'est simplement changer de cellule. »), a pour conséquence ici de constamment maintenir en alerte la réflexion certes, mais aussi de maintenir une instabilité qui confère aux choses un caractère vivant, qui permet de ne rien figer, car toujours manque un détail ou un fragment qui permettrait d’assurer que « l’objet » considéré se livre de manière complète ou achevée.

Ainsi de ce récipient de laboratoire en verre, qui fut brisé avant que l’artiste ne tente de le reconstituer au mieux (Tentative de reconstruction, 2018). Au-delà de l’absurdité de l’idée même et du défi à la logique qu’elle constitue, l’imperfection qui en résulte, nourrie par cette nature incertaine qui induit la curiosité, ouvre la voie à l’exploration d’un infime paradoxal dans lequel viennent se glisser les œuvres d’Ignasi Aballí. Ainsi encore de ces parenthèses au mur, entre lesquelles n’est lisible que du blanc ((…), 2018). L’artiste semble en effet s’ingénier à s’immiscer dans les entre-deux afin d’ausculter le réel, non pas dans sa contingence assurée mais dans ses failles et ses interstices ; dans sa potentielle part d’ombre presque.

Pessoa enfin : « La vie entière de l'âme humaine est mouvement dans la pénombre. Nous vivons dans le clair-obscur de la conscience, […]. » Là où s’infiltre le doute… ?

 

Frédéric Bonnet

 

Heures de vernissage : 
Vernissage le 10.03.2018 de 16h à 21h
Dernière mise à jour le 05 mars 2018

Galerie Thomas Bernard - Cortex Athletico

13 rue des Arquebusiers
75003 Paris 03
France
Téléphone : 01 75 50 42 65