Skip to Content
Centre national des arts plastiques
  • Le Cnap
    • Toute l’actualité des événements, des commandes et des temps forts de la diffusion de la collection du Cnap
    • Nouveautés, catalogue
    • Entreprises, médias et particuliers qui accompagnent le Cnap
  • Collection
    • Procédures d’acquisition, de commande et de donation d’œuvres en arts plastiques, en photographie et images, en arts décoratifs, design et métiers d'art
    • Base de données des œuvres acquises depuis 1791 et base de données des œuvres et des études de la commande publique nationale et déconcentrée depuis 1983. Œuvres dans les portails thématiques du ministère de la Culture et de la Communication.
    • Récolement et post-récolement, notices de constat d'état, gestion des disparitions et des vols
    • Consulter les listes d’œuvres acquises depuis 2012
    • Histoire du Fonds national d’art contemporain. Présentation de la collection contemporaine, moderne et historique et articles sur une sélection d'œuvres
    • Écouter les œuvres produites dans le cadre des Ateliers radiophoniques, en partenariat avec France Culture
  • Prêts et dépôts
    • Le Cnap peut prêter et déposer les œuvres et objets d’art inscrits sur l’inventaire du Fonds national d’art contemporain
    • Le prêt d’œuvres est une procédure qui permet la mise à disposition des œuvres du Fonds national d’art contemporain par le Cnap pour des expositions temporaires, en France et à l’étranger.
    • Le dépôt est la mise à disposition d’une œuvre du Fonds national d’art contemporain, géré par le Cnap, destinée à être présentée au public, qu’elle soit installée dans une administration ou une institution muséale pouvant l’abriter pour une durée de plus d’un an.
  • Documentation
    • Consultation de la documentation, demandes de renseignements et contacts
    • Documentation générale, documentation des œuvres et des artistes de la collection, iconothèque, archives et actualité de la documentation
  • Soutien à la création
    • Soutien à l'édition imprimée et numérique
    • Soutien à la première exposition et à la publication, soutien pour une participation à une foire à l'étranger. Avance remboursable
    • Soutien aux maisons de production : soutien au développement et soutien à la post-production
    • Comptes-rendus de recherches d'artistes, de critiques et historiens de l'art, de restaurateurs d'art et de photographes documentaires
  • Profession artiste
    • Conditions d’accès aux écoles d’art, cursus, diplômes et vie étudiante. Validation des acquis et de l’expérience
    • Statuts et modes de recrutement des enseignants
    • Définitions, copies et reproductions, protection par le droit d’auteur, exploitation des œuvres
    • Obligations fiscales, déclaration d’impôts, TVA, contribution économique territoriale, taxe d’habitation, mécénat, parrainage
    • Obligations sociales des artistes, couverture et prestations, déclaration d’activité, identification, assujettissement, affiliation
    • Début et fin d’activité, création d’entreprise, cumuls d’activités, formation, validation des acquis de l’expérience, commandes, ventes, contrats de cession de droits d’auteur, exposition, résidences, aides de l’état, ateliers-logement
    • Résidences d’artistes, appels à projets, 1%, commandes publiques, offres d’emploi
  • Calendrier
  • Guide / Annuaire

3 bis f, Lieu d'arts contemporains

Share Share Share Share Share

IAN SIMMS

Les espaces autres : passages

Exposition
07 mai • 05 juin 2014

Ian Simms est un artiste de nationalité britannique né en 1961 à Johannesburg, où il vécut jusqu’à son exil en 1983, lorsqu’il refuse de se soumettre à la conscription. Il poursuit depuis la Grande-Bretagne une activité militante à l’encontre de l’Apartheid, avant de s’installer dans le sud de la France. Il y vit et travaille depuis plus de vingt ans.

L’exposition « Les espaces autres : passages » clôture la résidence de création pour le lieu de l’artiste au 3 bis f. L’espace d’exposition est occupé par une installation, un espace mental, fragmenté, qui délimite un espace intérieur dans un espace autre, celui de l’ancien pavillon de contention pour femmes du 3 bis f.

L’espace autre, ou hétérotopie, c’est pour Michel Foucault celui de l’hôpital psychiatrique, celui de la prison, de la maison de retraite, du cimetière, mais aussi la maison close, le village de vacances, le jardin, le bateau. Ces espaces représentent des territoires ouverts ou fermés, souvent surveillés, contrôlés, sécurisés, réglementés. Leur fonction détermine leur organisation. Ils constituent autant de cités dans la cité, tout en demeurant physiquement en sa périphérie. Dans ses travaux antérieurs (Si jamais je rentrais… j’habiterais un centre commercial, 2003-2013 - Establishing Territory #1, 2007), Ian Simms s’empare de leurs manifestations les plus contemporaines, le centre commercial et le gated community[1]. Ces mirages d’utopies réalisées, espaces concrets abritant l’imaginaire, comme extraits des romans que J.G. Ballard, constituent des « mythes de notre futur proche[2] », constructions relevant d’un espace psychologique, d’un espace intérieur.

Dans l’espace d’exposition, Ian Simms ouvre un passage d’un espace à l’autre, crée un espace dans l’espace. L’installation, se déploie sous la verrière, cohabite avec les murs d’origine en granito ocre et carreaux de terre, le couloir panacoustique, les cellules d’isolement aujourd’hui vacantes. Sur le papier peint qui recouvre deux pans de la structure de bois, cinq caissons lumineux. Les couleurs des photographies, tour à tour à dominantes froides ou chaudes, résultent pour les premières de la technique de captation de l’image et pour les secondes du passage du temps sur les négatifs. Ce corpus est un ensemble de paysages, sauvages, désertiques, semi-urbains. Les plus anciens ont été photographiés dans les années 1930, les plus récents datent des années 1950 et, pour quatre d’entre eux, prélevés dans le fond d’archives sur l’Afrique du Sud à Paris. Le cinquième est un paysage désertique du Sahara réalisé par Ian Simms en 1987. Cette photographie constitue, de manière presque anonyme, la seule « œuvre » de l’artiste dans le corpus présenté. Ce retrait volontaire participe d’une pratique de l’archive, au sens warburgien, centrale dans la démarche de l’artiste, au même titre que la collecte et la citation. C’est dans la juxtaposition de fragments que l’œuvre émerge, fait sens.

« Fragmentaire » est également l’un des qualificatifs des écrits qui constituent les deux références principales de l’exposition : Le Livre des passages de Walter Benjamin et La Foire aux atrocités (1969) de J.G. Ballard. Si cet aspect tient de la forme, Ian Simms explore leur caractère anticipatif de l’utopie politique de la modernité pour l’un et sa réactualisation contemporaine pour le second. C’est ainsi qu’il prélève dans La Foire aux atrocités, treize « images » décrites par l’auteur ou récurrentes dans l’ouvrage, voire dans son œuvre. Il rentre la description de ces images mentales de Ballard sur un moteur de recherche. Spectro-héliogramme du soleil, façade à balcons de l’hôtel Hilton (Londres), Chronogrammesde E.J. Marey, reproduction de Pièges pour un avion de jardinpar Max Ernst, séquences fondues de Little Boyet de Fat Boy(bombes atomiques de Hiroshima et Nagasaki), Pontiac blanche ou encore portrait de Jayne Mansfield en collage, sont tirés sur papier photo. Suivant le protocole établi par Hollis Frampton, dans la vidéo (nostalgia) (1971), chaque image est posée « sur une plaque chauffante et filmée par la caméra placée directement au-dessus d’elle. La durée de chaque plan correspond au temps que met le cliché à prendre feu et être complètement réduit en cendres. Durant chacun des plans, une voix décrit la prochaine photo qui va apparaître. Chaque description dure le temps que la photo prenne feu mais s’achève avant sa réduction en cendres. Du coup, pendant environ les quarante-cinq dernières secondes de chaque plan, il n’y a ni image photographique à voir ni commentaire à entendre[3] ». Les commentaires sont à la fois tirés des propres notes de J.G. Ballard ajoutées dans l’édition de 1990 de La Foire aux atrocités, mêlés à ceux de Walter Benjamin, William Burroughs, Winfried Georg Sebald, Sigmund Freud, André Breton…

Des images-collages extraites de l’advertisement ballardien et recyclées en papier peint d’intérieur, sur lequel des images d’archive sont encastrées sans commentaire, jusqu’à la séquence vidéo d’images détruites décrites ou évoquées par anticipation, Ian Simms nous offre un voyage dans le XXème siècle, d’où ressort la difficulté, selon son propre sentiment, « à se situer dans la tension entre histoire et mémoire, vérité et fiction, territoire et lieu, image et souvenir ». L’image disparue, il ne reste que les mots de Walter Benjamin (Le caractère destructeur[4]) et J.G. Ballard (What I believe) défilant sur un écran panoramique.



[1] in Fortress America : Gated Communities in the United States, Land Lines, Lincoln Institute, vol. 7, n°5, septembre 1995, les gated communities sont définies par Edward J. Blakely et Mary Gail Snyder comme « des quartiers résidentiels dont l’accès est contrôlé, et dans lesquels l’espace public est privatisé. Leurs infrastructures de sécurité, généralement des murs ou grilles et une entrée gardée, protègent contre l’accès des non-résidents. Il peut s’agir de nouveaux quartiers ou de zones plus anciennes qui se sont clôturées, et qui sont localisés dans les zones urbaines et périurbaines, dans les zones les plus riches comme les plus pauvres ».

[2] J.G. Ballard, Mythes de notre futur proche, 1984, recueil de nouvelles.

[3] in Traffic n°82, (nostalgia) : un film de Hollis Frampton par Anthony McCall et Andrew Tyndall, (p.124), mai 2012.

[4] in Œuvres II, Walter Benjamin, texte de 1931, Paris, Gallimard, 2000, p.330. 2.

Horaires : 
Du lundi au vendredi de 13h à 17h et sur rendez-vous. Fermeture exceptionnelle les 8 et 9 mai, 29 et 30 mai
Heures de vernissage : 
18h30
Tarifs : 
Entrée libre
Moyens d'accès : 
A pied ou en bus : Le 3 bis f est à quelques minutes à pied du centre d’Aix-en- Provence, près de la Cité du Livre et de la gare routière. Bus n°4, n°7, mini 1 et mini 2 (arrêt gare routière) Depuis Marseille En voiture : Prendre l’autoroute A 51, sortir à Aix Centre, tourner à droite (premier feu), puis prendre la première à gauche (direction Centre Hospitalier Montperrin). Passer la première barrière qui s’ouvre automatiquement. Aller tout droit. Stationnement possible sur la parking visiteur ou bien un code pour passer la seconde barrière (code journalier sur demande au 04 42 16 17 75). Prendre la première à droite, puis la troisième à gauche. Le 3 bis f est sur la droite. En bus : Départ pour Aix toutes les 5 mn en heures de pointe depuis la gare routière à côté de la gare Saint Charles. Descendre à la gare routière d’Aix. A pied : Suivre le fléchage.
Partenaires : 
Le 3 bis f bénéficie du soutien de l’Hôpital Montperrin, du Ministère de la Culture et de la Communication - DRAC Provence-Alpes-Côte d’Azur, de la Région Provence-Alpes-Côte d’Azur, de l’ARS – Agence Régionale de Santé, du Conseil Général des Bouches-du-Rhône, de la Communauté du Pays d’Aix et de la Ville d’Aix-en-Provence.
Mécénat : 
Cette exposition est réalisée avec le concours de Ditoc Europe.
Dernière mise à jour le 26 Mai 2014

3 bis f - Lieu d'arts contemporains

109 avenue du Petit Barthélémy
Hôpital psychiatrique Montperrin
13090 Aix-en-Provence
France
Téléphone : 04 42 16 17 75
Télécopie : 04 42 16 18 23
Site internet : www.3bisf.com
Directrice générale : Sylvie Gerbault
Responsable des arts visuels : Diane Pigeau